Napoléon et le Portugal – Mémoires

Invasion du Portugal par Junot

Jean Savary

Portrait de Savary - Robert Lefèvre. Base de données Joconde
Portrait de Savary – Robert Lefèvre. Base de données Joconde

Depuis le refus qu’avait fait l’Angleterre d’accepter la médiation de la Russie pour négocier la paix avec la France, l’empereur avait sommé le Portugal de prendre un parti, le menaçant de faire marcher contre lui les troupes françaises, s’il persistait dans son alliance avec l’Angleterre.

Le prince régent de Portugal hésitait et répondait d’une manière évasive aux sollicitations pressantes qu’on lui faisait faire à la fois à Lisbonne et par la voie de son ambassadeur à Paris, le comte de Lima.

Il est à remarquer que le prince régent avait été un des premiers souverains qui eussent recherché l’alliance de la France, et que cependant, dès le temps du consulat, on avait été obligé de le faire attaquer par les troupes françaises et espagnoles combinées, pour l’obliger à entrer avec nous dans l’alliance contre l’Angleterre.

C’était cet ouvrage que l’on voulait recommencer: l’ambassadeur de ce pays en France jugeant de ce qui allait arriver, crut qu’il pourrait conjurer l’orage en allant lui-même à Lisbonne faire ouvrir les yeux à son gouvernement sur les dangers d’invasion dont le Portugal était menacé; il partit de Fontainebleau, et comme courrier près de son souverain; mais il était trop tard, toute transaction était devenue impossible; le prince n’eut d’autre parti à prendre que de s’embarquer sur sa flotte pour le Brésil, abandonnant ainsi ses États d’Europe à ce que la fortune en déciderait. Il partit effectivement avant l’arrivée du corps de troupes qui s’approchait de sa frontière.

Ce corps était commandé par le général Junot, qui avait été gouverneur de Paris pendant la longue absence de l’empereur. Les troupes qui le composaient avaient été formées du troisième bataillon, et des escadrons de dépôt de plusieurs des régiments qui étaient à la grande armée.

Il pénétra sur le territoire portugais, prit possession des places fortes, sans rencontrer d’autre résistance que celle que lui opposaient les torrents, les précipices, qu’il eut à franchir. Il parvint enfin à vaincre tous ces obstacles, et, à force de constance, il triompha de la faim et de la fatigue, et entra dans Lisbonne sans que le gouvernement essayât de s’opposer à sa marche.

Loin de là, le prince régent prit soin de lui aplanir les difficultés. Il prévint ses vassaux que la défense était inutile; qu’il allait s’absenter pour laisser écouler l’orage; qu’il reviendrait quand la tempête serait passée, et venait, en attendant, d’organiser un gouvernement chargé surtout de procurer de bons logements aux troupes françaises, de pourvoir à leurs besoins, et d’empêcher qu’il ne leur fût fait aucune insulte.

« Après avoir inutilement: fait tous mes efforts pour conserver la neutralité, à l’avantage de nos vassaux chéris et fidèles; après avoir fait, pour obtenir ce but, le sacrifice de tous mes trésors, m’être même porté, au grand préjudice de mes sujets, à fermer mes ports à mon ancien et loyal allié le roi de la Grande-Bretagne, je vois s’avancer vers l’intérieur de mes États les troupes de S. M. l’empereur des Français.

Son territoire ne m’étant pas contigu, je croyais être à l’abri de toute attaque de sa part; ces troupes se dirigent sur ma capitale. Considérant l’inutilité d’une défense, et coulant éviter une effusion de sang sans probabilité d’aucun résultat utile et présumant que mes fidèles vassaux souffriront moins dans ces circonstances si je m’absente de ce royaume, je me suis déterminé, pour leur avantage, à passer avec la reine et toute ma famille dans mes États d’Amérique, et à m’établir dans la ville de Rio-Janeiro jusqu’à la paix générale. Considérant qu’il est de mon devoir, comme de l’intérêt de mes sujets, de laisser à ce pays un gouvernement qui veille à leur bien-être, j’ai nommé, tant que durera mon absence (ici est détaillé la composition du gouvernement).

 D’après la confiance que j’ai en eux tous, et à la longue expérience qu’ils ont des affaires, je tiens pour certain qu’ils rempliront leurs devoirs avec exactitude; qu’ils administreront la justice avec impartialité; qu’ils distribueront les récompenses et les châtiment suivant les mérites de chacun ; que mes peuples seront gouvernés d’une manière qui décharge ma conscience.

Les gouverneurs le tiendront pour dit; ils se conformeront au présent décret, ainsi qu’aux instructions qui y sont jointes, et les communiqueront aux autorités compétentes. – Donné au palais de Notre-Dame d’Aduja, le 26 novembre 1807 – LE PRINCE. »

Instructions

  • Les gouverneurs du royaume nommés par mon décret de ce jour, prêteront le serment d’usage entre les mains du cardinal-patriarche.
  • Ils maintiendront la rigoureuse observance des lois du royaume.
  • Ils conserveront aux nationaux tous les privilèges qui leur ont été accordés par moi et par mes ancêtres.
  • Ils décideront à la pluralité des voix les questions qui leur seront soumises par les tribunaux respectifs.
  • Ils pourvoiront aux emplois d’administration des finances, aux offices de justice, dans la forme pratiquée jusqu’à ce jour.
  • Ils défendront les personnes et les biens de mes fidèles sujets.
  • Ils feront choix pour les emplois militaires de personnes dont ils connaîtront les bons services.
  • Ils auront soin de conserver, autant que possible, la paix dans le pays; que les troupes de l’empereur des Français aient de bons logements; qu’elles soient pourvues de tout ce qui leur sera nécessaire pendant leur séjour dans ce royaume; qu’il ne leur soit fait aucune insulte, et ce, sous les peines les plus rigoureuses, conservant toujours la bonne harmonie qui doit exister entre nous et les armées des nations avec lesquelles nous nous trouvons unis sur le continent.
  • En cas de vacance par mort ou autrement d’une des charges de gouverneur du royaume, il sera pourvu au remplacement à la pluralité des voix; je me confie en leurs sentiments d’honneur et de vertu. J’espère que mes peuples ne souffriront pas de mon absence, et que, revenant bientôt parmi eux avec la permission de Dieu, je les trouverai contents, satisfaits et animés du même esprit qui les rend si dignes de mes soins paternels.

LE PRINCE,

Donné au palais Notre-Dame d’Aduja, le 26 novembre 1807.

 

On ne pouvait faire les choses de meilleure grâce, ni être plus prévenant. Il n’avait oublié qu’une chose, c’était de parler de l’imprudence qui attirait l’orage sur ses États: il n’avait cependant pu imaginer que le traité qui devait soulevé toute les forces de la Péninsule, ne nous avait pas échappé, et que, quoique l’Espagne seule eût éclaté, nous savions à quoi nous en tenir sur les projets du Portugal.

Pendant que l’empereur prenait ce parti vis-à-vis du Portugal, il fit rapprocher des frontières d’Espagne, du côté de la Catalogne et de la Navarre, deux corps d’armée, dont les troupes étaient encore bien moins organisées que celles du corps du général Junot : ce n’étaient pour la plupart que des bataillons de marche.

On appelait ainsi des bataillons que l’on formait des détachements de plusieurs régiments différents, qui avaient un long trajet à faire pour se rendre à la même armée. Les meilleurs étaient composés d’hommes appartenant à trois régiments différents; mais il y en avait dont les compagnies avaient des soldats de plusieurs corps, et même des officiers tirés d’autres corps que ces mêmes soldats; il fallait bien certainement que l’empereur crût n’avoir pas de grandes opérations à faire exécuter pour s’être décidé à employer des troupes dans cet état d’organisation; enfin la meilleure portion était la conscription des provinces méridionales, qui avait été appelée en 1806, lorsque l’on entra en Pologne, après que la Prusse eut refusé de traiter et se fut jetée dans les bras des Russes, lorsque nous étions à Berlin.

L’empereur avait ordonné que cette portion de conscription restât en France, et il l’avait fait organiser en plusieurs corps réguliers, que l’on nomma légions; ces légions furent rassemblées à Grenoble, Dijon, Toulouse, et, je crois, Bordeaux: cette disposition fut prise après la bataille d’Eylau, et c’est d’Osterode que l’empereur ordonna d’en former des corps de réserve, dont il donna le commandement à des sénateurs qui avaient été militaires.

La proclamation de l’Espagne avait paru quelques mois auparavant; l’armée d’observation de l’Autriche était dans les environs de Prague. Ces corps de réserve auraient été grossir l’armée d’Italie, si l’Autriche avait entrepris quelques hostilités, ou bien ces mêmes corps auraient formé une armée pour s’opposer aux Espagnols, si la proclamation de leur gouvernement avait été suivie de quelques opérations offensives de sa part: ni l’un ni l’autre cas n’était arrivé, et l’empereur trouva les légions disponibles à son retour de Tilsit.

C’est ici que commencèrent les affaires d’Espagne, que je crois nécessaire de faire précéder de quelques détails.

On a débité avec affectation dans le monde que M. de Talleyrand avait été d’un avis opposé à cette entreprise : il a pu convenir à quelques esprits de parti de chercher à établir cette opinion, mais elle est contraire à la vérité: non seulement il n’y était point opposé, mais encore il la conseilla et fut celui qui en posa les préliminaires; et c’est dans le but de la terminer qu’il pressa tant la conclusion de la paix à Tilsit, disant à l’empereur que son affaire la plus importante était celle du Midi, d’où tôt ou tard un prince belliqueux pourrait tenter d’ébranler son ouvrage, lui faisant remarquer qu’il aurait suffi d’une proclamation pour mettre tout le pays en alarme, et que, s’il y avait eu une seconde bataille d’Eylau, ce qui pouvait arriver au centre des provinces russes, où il aurait bien fallu aller si l’on n’avait pas fait la paix, il était possible que les Espagnols et les Autrichiens arrivassent à Paris avant qu’il pût en être informé; que, d’un autre côté, s’il faisait la paix avec l’Angleterre sans avoir réglé à sa convenance les affaires d’Espagne, il y fallait renoncer pour jamais, parce qu’il retrouverait l’Europe contre lui aussitôt qu’il voudrait en entreprendre l’exécution, au lieu que, si on était assez heureux pour réussir, on traiterait avec l’Angleterre sur cette base, en faisant, d’un autre côté, les sacrifices auxquels on pourrait être obligé de souscrire.

M. de Talleyrand est le premier qui ait songé à l’opération d’Espagne; il avait préparé les ressorts qu’il fallait mettre en jeu pour la faire consommer: il est bien vrai qu’il voulut la faire d’une autre manière, et peut-être l’eût-il menée à meilleure fin.

Le hasard a voulu que, dans la circonstance où l’on aurait eu le plus besoin de toutes les ressources de son esprit, de son habileté et de ses talents, qui étaient dans tout le lustre que leur donnaient les succès des armes de l’empereur, il se retirât des affaires 1)Sic. La vérité fut toute autre, puisque Talleyrand fut en fait limogé par Napoléon. Par son absence, on fut privé de tous ces moyens d’intrigues dont l’Espagne fourmillait, et que M. de Talleyrand avait fait mouvoir à son gré pendant plus de dix ans; en sorte que l’on attaqua la politique maladroitement en heurtant des intérêts que l’on aurait pu se rendre favorables, si on ne les avait pas d’abord effarouchés.

On a dit aussi que c’était par suite de son opposition à cette affaire qu’il avait quitté le ministère : c’est une autre erreur, encore plus lourde que la première; l’empereur lui en a voulu longtemps d’avoir quitté la direction des affaires dans cette circonstance, pour une question de vanité. An retour de Tilsit, il avait fait Berthier vice-connétable, ce qui le créait grand dignitaire ; il le remplaça au ministère de la guerre par le général Clarke, dont les talents administratifs s’étaient développés en Prusse et à Vienne.

M. de Talleyrand voulait être grand dignitaire; il souffrait de voir l’archichancelier et Berthier au-dessus de lui. Il commença à dire qu’il était fatigué; que sa santé ne lui permettait plus de suivre un quartier-général; qu’il désirait de tout son cœur servir l’empereur, mais qu’il avait besoin de repos: il fit parvenir cela par le moyen des femmes qui avaient accès chez l’impératrice, et, enfin, l’empereur devina le reste.

Il était trop content de M. de Talleyrand pour lui refuser ce qu’il paraissait désirer si vivement; il le fit donc vice grand-électeur, et, ainsi que Berthier l’avait été, il fut remplacé au ministère par M. de Champagny. L’empereur fut très fâché de ce changement, surtout dans la circonstance qui approchait, et M. de Talleyrand ne tarda pas à s’en repentir lui-même, parce que, une fois hors du ministère, il fut en butte à une foule d’intrigues et de mauvais propos. On lui prêta toutes sortes d’indiscrétions sur des faits antérieurs à sa retraite des affaires et sur les projets à venir de l’empereur.

L’empereur lui-même disait-il quelque chose, on en raisonnait dans tous les sens, et on en faisait des critiques méchantes que l’on attribuait à M. de Talleyrand. N’ayant plus de conférences particulières, dans lesquelles il aurait pu détruire les menées de ses ennemis, ces absurdités, quelque ridicules qu’elles fussent, n’en laissaient pas moins une impression fâcheuse dans l’esprit de l’empereur.

II devint bientôt le point de mire de tout ce qui voulait faire fortune et participer aux honneurs attachés à la place qu’il venait de quitter. On chercha à le rendre odieux à l’empereur; on imagina mille contes, productions de gens qui ne peuvent soutenir la concurrence de ceux dont ils sont forcés de reconnaître la supériorité; guidés par leurs intérêts particuliers, et poussés par les passions de ceux dont ils se sont entourés, ils aiment mieux perdre un État entier en étouffant la lumière autour du monarque, que de voir pâlir leur étoile en laissant accès aux hommes qui véritablement peuvent le servir.

L’empereur résista longtemps: il continua à voir avec bonté M. de Talleyrand; mais comme tout cède à l’importunité qui ne se rebute point, Talleyrand tomba bientôt dans une sorte de disgrâce. Il n’abandonna pas néanmoins l’entreprise qu’il avait suggérée à l’empereur; au contraire, il la suivit avec constance, et profitant, avec son adresse ordinaire, d’une inspiration de colère qui était échappée à Charles IV, il alla jusqu’à vouloir intervertir l’ordre de succession au trône d’Espagne.

Chargé, conjointement avec le grand maréchal, de suivre les négociations que le prince de la Paix avait ouvertes au sujet du Portugal, il ne se borna pas à demander que Charles IV livrât le commerce de ses colonies aux Français, il voulait encore qu’il nous abandonnât celles de ses provinces qui touchent nos frontières, et qu’il reçût en échange les dépouilles du souverain qui s’était enfui à la vue de nos drapeaux.

Voici, au reste, une pièce qui fixe l’état où il avait placé la question; c’est le compte-rendu de la dernière conférence qui eut lieu à ce sujet entre lui et Izquierdo.

 

Paris, 24 mars 1808,

 Au prince de la Paix.

 L’état des affaires ne permet pas d’écrire tous les détails des entretiens qu’après mon retour de Madrid j’ai eus ici par ordre de l’empereur, avec le général Duroc, grand-maréchal du palais impérial, et avec le vice grand-électeur de l’empire, le prince de Bénévent.

 Je réduis mon discours à l’explication des moyens qui sont proposés pour régler et même pour terminer à l’amiable les affaires qui pendent entre l’Espagne et la France, car on m’a chargé de les faire connaître à mon gouvernement, en recommandant la réponse le plus tôt possible.

 II est notoire que plusieurs corps de troupes françaises se trouvent à présent en Espagne: on ignore quel en sera le résultat. Quelques arrangements entre les gouvernements des deux nations pourra (sic) empêcher de mauvais effets et même produire un traité définitif et solennel sur les bases qui suivent.

1re base. Les Français pourront faire leur commerce dans les colonies espagnoles aussi librement que s’ils étaient Espagnols, et les Espagnols, dans les colonies françaises, comme s’ils étaient Français: les uns et les autres paieront les droits de douanes, comme s’ils étaient natifs du territoire. Cette prérogative leur appartiendra exclusivement, de manière que la France ne l’accordera qu’aux Espagnols, et l’Espagne, non plus, qu’aux Français.

2me base. Le Portugal se trouve aujourd’hui sous le pouvoir de la France: la nation française a besoin d’une route militaire pour le passage continuel des troupes qui doivent y aller, avec l’objet de conserver les garnisons et de défendre le pays contre les incursions des Anglais. Il est vraisemblable que cette affaire produira beaucoup de dépenses, de chagrins, d’obstacles, et même de fréquentes occasions de désordres; tout serait parfaitement arrangé si l’Espagne  possédait entièrement tout le Portugal : elle indemniserait la France, en lui cédant l’équivalent sur le territoire des provinces contiguës à l’empire français.

 3e base. Régler définitivement la succession au trône d’Espagne. (I)

4e base. Faire un traité offensif et défensif d’alliance, en stipulant le nombre de troupes que chaque nation doit donner à son alliée dans le cas de guerre.

Voilà les bases sur lesquelles on pourra faire un traité définitif capable de terminer heureusement la crise actuelle où les deux États se trouvent aujourd’hui; mais, dans les affaires d’une telle nature, je ne dois qu’obéir. Quand on parle de l’existence de l’État, de son honneur, de son estime et de son gouvernement, les décisions doivent avoir leur origine seulement dans le conseil du souverain; néanmoins, mon amour ardent pour la patrie m’a inspiré de faire au prince de Bénévent les observations qui suivent:

1° Accorder aux Français une liberté de commerce égale à celle des Espagnols, c’est diviser les Amériques mêmes entre les nations française et espagnole; et l’accorder exclusivement, c’est s’éloigner de plus en plus de la paix, perdre toutes nos relations commerciales, et celles des Français, avec l’Amérique, jusqu’à la signature de la paix avec l’Angleterre, excepté seulement le cas où l’arrogance de cette puissance serait châtiée. J’ai dit aussi que si mon souverain accédait à cet article, il fallait y ajouter, que les marchands français qui voudraient fixer leur domicile n’auraient pas les droits de citoyens, mais seulement de demeurants, d’après les lois expresses qui ont servi de base pour le domicile des étrangers jusqu’ici.

2°. En parlant de l’affaire du Portugal, j’ai fait une réminiscence du traité du 27 octobre dernier. J’ai cherché à faire connaître le sacrifice du roi d’Étrurie; que le Portugal tout entier ne vaut rien pour l’Espagne, s’il est séparé de ses colonies; que les habitants des provinces contiguës aux Pyrénées ne souffriraient pas la perte de leurs lois, exemptions, privilèges et langue, moins encore le changement de souverain. J’ai ajouté aussi qu’il me serait absolument impossible de signer la cession de la Navarre, parce que, si je le faisais, je serais sans doute l’objet de l’exécration de tous mes compatriotes, à cause de ma naissance en Navarre. A la fin, je n’ai pas hésité à dire que, si l’intention définitive est de séparer du royaume d’Espagne lesdites provinces contiguës aux Pyrénées, on pourrait créer un autre royaume, nommé d’Ibérie, pour l’indemnité du roi d’Étrurie, sur les bases de conserver aux habitants du pays leurs lois, exemptions, usages et langue, et d’appartenir toujours à un prince de la famille royale des Bourbons d’Espagne, et, qu’en autre cas, la séparation pourrait avoir lieu sous le titre de vice-royauté, avec la condition d’être possédées toujours par un prince Infant d’Espagne.

3° En parlant de la succession au trône d’Espagne, j’ai dit tout ce que le roi notre seigneur m’avait fait l’honneur de m’ordonner, ainsi que tout ce qui a été nécessaire pour démentir les calomnies inventées par les méchants hommes d’Espagne, et racontées ici comme vérités, jusqu’au point d’avoir perverti l’opinion publique.

4° Relativement à l’alliance offensive et défensive, j’ai demandé au prince de Bénévent si l’on projetait de réduire l’Espagne à l’état de la confédération du Rhin, en lui imposant l’obligation de fournir des troupes, ce qui serait réellement l’assujettir au paiement d’un tribut de guerre, par honnêteté sous le nom d’alliance; car si l’Espagne est en paix avec la France, jamais elle n’aura besoin des secours français pour la défense du territoire espagnol, ainsi qu’on peut le voir dans les îles Canariennes, les provinces de Buenos-Aires et le port du Férol. Quant à l’Afrique, elle est comptée pour rien.

Sur l’affaire du mariage, le prince et moi sommes restés d’accord; il n’y a pas eu de difficultés. Mais on m’a dit que dans le traité qui doit avoir lieu, sur lesdites bases, on ne parlerait plus de mariage, pour lequel il y aura convention séparée.

Il n’y a pas aussi de difficultés sur le titre d’Empereur des Amériques que notre roi doit prendre.

On m’a dit qu’il fallait répondre, sur l’acceptation des bases, tout de suite, sans aucun délai, pour éviter les mauvais effets qui pourraient en résulter.

On m’a dit aussi qu’il fallait omettre tout acte ou mouvement d’hostilité capable d’éloigner l’arrangement: amiable qui peut encore avoir lieu.

J’ai été interrogé s’il était vrai que le roi notre seigneur projetait d’aller en Andalousie; j’ai répondu que je n’en savais rien, et j’ai dit la vérité.

Croyez-vous (m’a-t-on dit alors) que Charles IV ait déjà fait ce voyage ? Je crois que non, ai-je répondu, parce que le roi, la reine et le prince de la Paix restent tranquilles sur la bonne foi de l’empereur.

J’ai demandé la suspension de l’entrée des troupes française dans les provinces intérieures de l’Espagne, jusqu’à ce que je reçusse la réponse de cette Note, et cependant que les troupes françaises qui sont en Castille en sortissent.

Je n’ai rien obtenu; on m’a fait espérer seulement que si les bases étaient acceptées par le roi, on ordonnerait que les troupes s’éloignassent de la province où LL. MM. se trouveraient.

Il y a ici des lettres datées d’Espagne, qui disent que quelques troupes espagnoles marcheront vers Madrid par la route de Talavera, et que V. A. m’en a donné avis par un courrier extraordinaire. J’y ai répondu, en disant la vérité sur ce que je savais sur cet article.

On présume que V. A. était partie pour Séville, en accompagnant le roi et la reine; je n’en sais rien, et c’est pourquoi j’ai ordonné au courrier qu’il ne s’arrêtât pas jusqu’au lieu de la résidence de V. A.

Les troupes françaises n’arrêteront pas le courrier, du moins le grand maréchal du palais m’a offert cette sécurité.

Paris, 24 mars 1808.

Eugène Izquiero

 

La révolution d’Aranjuez était faite lorsque cette dépêche arriva.

References   [ + ]

1. Sic. La vérité fut toute autre, puisque Talleyrand fut en fait limogé par Napoléon