La nuit où Napoléon voulu se suicider

Les historiens

Histoire du Consulat et de l’Empire

Adolphe Thiers

1860

Dès lors jugeant sa carrière finie, ne se comprenant pas dans une petite île de la Méditerranée, où il ne ferait plus rien que respirer l’air chaud d’Italie, ne comptant pas même sur la ressource des affections de famille, car dans cet instant de sinistre clairvoyance il devinait qu’on ne lui laisserait ni son fils, ni sa femme, humilié d’avoir à signer un traité dont le caractère était tout personnel et pour ainsi dire pécuniaire, fatigué d’entendre chaque jour le bruit des malédictions publiques, se voyant avec horreur dans son voyage à l’île d’Elbe livré aux outrages d’une hideuse populace, il eut un moment l’existence en aversion, et résolut de recourir à un poison qu’il avait depuis longtemps gardé sous la main pour un cas extrême. En Russie, au lendemain de la sanglante bataille de Malo-Jaroslawetz, après la soudaine irruption des Cosaques qui avait mis sa personne en péril, il avait entrevu la possibilité de devenir prisonnier des Russes, et il avait demandé au docteur Yvan une forte potion d’opium pour se soustraire à l’insupportable supplice d’orner le char du vainqueur. Le docteur Yvan, comprenant la nécessité d’une telle précaution, lui avait préparé la potion qu’il demandait, et avait eu soin de la renfermer dans un sachet, pour qu’il pût la porter sur sa personne, et n’en être jamais séparé. Rentré en France, Napoléon n’avait pas voulu la détruire, et l’avait déposée dans son nécessaire de voyage, où elle se trouvait encore.

A la suite des accablantes réflexions de la journée, regardant le sort des siens comme assure, ne croyant pas le compromettre par sa mort, il choisit cette nuit du 11 avril pour en finir avec les fatigues de la vie, qu’il ne pouvait plus supporter après les avoir tant cherchées, et tirant de son nécessaire la redoutable potion, il la délaya dans un peu d’eau, l’avala, puis se laissa retomber dans le lit où il croyait s’endormir pour jamais.

Disposé à y attendre les effets du poison, il voulut adresser encore un adieu à M. de Caulaincourt, et surtout lui exprimer ses dernières intentions relativement à sa femme et à son fils. Il le fit appeler vers trois heures du matin, s’excusant de troubler son sommeil, mais alléguant le besoin d’ajouter quelques instructions importantes à celles qu’il lui avait déjà données. Son visage se distinguait à peine à la lueur d’une lumière presque éteinte; sa voix était faible et altérée. Sans parler de ce qu’il avait fait, il prit sous son chevet une lettre et un portefeuille, et les présentant à M. de Caulaincourt, il lui dit : 

” Ce portefeuille et cette lettre sont destinés à ma femme et à mon fils, et je vous prie de les leur remettre de votre propre main. Ma femme et mon fils auront l’un et l’autre grand besoin des conseils de votre prudence et de votre probité, car leur situation va être bien difficile , et je vous demande de ne pas les quitter. Ce nécessaire (il montrait son nécessaire de voyage) sera remis à Eugène. Vous direz à Joséphine que j’ai pensé à elle avant de quitter la vie. Prenez ce camée que vous garderez en mémoire de moi. Vous êtes un honnête homme qui avez cherché à me dire la vérité… Embrassons-nous. ” 

A ces dernières paroles qui ne pouvaient plus laisser de doute sur la résolution prise par Napoléon, M. de Caulaincourt, quoique peu facile à émouvoir, saisit les mains de son maître et les mouilla de ses larmes. Il aperçut près de lui un verre portant encore les traces du breuvage mortel. Il interrogea l’Empereur, qui, pour toute réponse, lui demanda de se contenir, de ne pas le quitter, et de lui laisser achever paisiblement son agonie. M. de Caulaincourt cherchait à s’échapper pour appeler du secours. Napoléon, d’abord avec prière, puis avec autorité, lui prescrivit de n’en rien faire, ne voulant aucun éclat , ni surtout aucun oeil étranger sur sa figure expirante.

M. de Caulaincourt, paralysé en quelque sorte, était auprès du lit où semblait près de s’éteindre cette existence prodigieuse, quand le visage de Napoléon se contracta tout à coup. Il souffrait cruellement, et s’efforçait de se roidir contre la douleur. Bientôt des spasmes violents indiquèrent des vomissements prochains. Après avoir résisté à ce mouvement de la nature, Napoléon fut contraint de céder. Une partie de la potion qu’il avait prise fut rejetée dans un bassin d’argent que tenait M. de Caulaincourt. Celui-ci profita de l’occasion pour s’éloigner un instant, et appeler du secours. Le docteur Yvan accourut. Devant lui tout s’expliqua. Napoléon réclama de sa part un dernier service, c’était de renouveler la dose d’opium, craignant que celle qui restait dans son estomac ne suffit pas. Le docteur Yvan se montra révolté d’une semblable proposition. Il avait pu rendre un service de ce genre à son maître, en Russie pour l’aider à se soustraire à une situation affreuse, mais il regrettait amèrement de l’avoir  fait, et Napoléon insistant, il s’enfuit de sa chambre où il ne reparut plus. En ce moment survinrent le général Bertrand et M. de Bassano. Napoléon recommanda qu’on divulguât le moins possible ce triste épisode de sa vie, espérant encore que ce serait le dernier. On avait lieu de le penser en effet, car il semblait accablé, et presque éteint. Il tomba dans un assoupissement qui dura plusieurs heures.

Ses fidèles serviteurs restèrent immobiles et consternés autour de lui. De temps en temps il éprouvait des douleurs d’estomac cruelles, et il dit plusieurs fois : ” Qu’il est difficile de mourir, quand sur le champ de bataille c’est si facile ! Ah ! que ne suis-je mort à Arcis-sur-Aube ! “

La nuit s’acheva sans amener de nouveaux accidents. Il commençait à croire qu’il ne verrait pas cette fois le terme de la vie, et les personnages dévoués qui l’entouraient l’espéraient aussi, bien heureux qu’il ne fut pas mort , sans être très-satisfaits pour lui qu’il vécut. Sur ces entrefaites on annonça le maréchal Macdonald qui, avant de quitter Fontainebleau, désirait présenter ses hommages à l’Empereur sans couronne. ” Je recevrai bien volontiers ce digne homme dit Napoléon, mais qu’il attende. Je ne veux pas qu’il me voie dans l’état où je suis.”

Le comte Orloff de son côté attendait les ratifications qu’il était venu chercher. On était au matin du 12; à cette heure M. le comte d’Artois allait entrer dans Paris, et beaucoup de personnages étaient pressés de quitter Fontainebleau. Napoléon voulut être un peu remis avant de laisser qui que ce fût approcher de sa personne.