Document clausewitz

Karl von Clausewitz

MATÉRIAUX HISTORIQUES

(Extraits de “La campagne de 1813 et la campagne de 1814 “,de Clausewitz, traduit par le commandant Thomann, professeur à l’École supérieure de guerre – Paris, 1900)

Cet exposé a été trouvé parmi les papiers de l’auteur, et, bien qu’il soit incomplet, nous avons pensé qu’il pourrait intéresser le lecteur. (note de l’éditeur)


Prenons la situation stratégique en 1813, après l’armistice. Une armée assaillante de 300,000 hommes (nous nous basons toujours sur les plus petits des nombres donnés par les écrivains) s’est avancée jusqu’à l’Oder, à 80 lieues de ses frontières; des deux côtés elle est débordée par les limites de pays ennemis qu’elle n’occupe pas (Bohême et Marche de Brandebourg) et les habitants de son théâtre d’opérations sont des adversaires. Dans cette situation difficile, cette armée doit, ou continuer son mouvement offensif, ou bien faire tête défensivement sur sa position, à une armée de 400,000 hommes, d’un quart supérieure en nombre.

Outre ces avantages, l’armée alliée peut espérer être renforcée dans quelques mois par 50,000 hommes de troupes nouvelles, et peut-être par un nombre égal de soldats prélevés sur les troupes qui, depuis le commencement de la campagne, sont occupées aux sièges des places de Stettin; Custrin, Glogau et Dantzig, et qui ne sont pas comprises dans l’évaluation ci-dessus.

La première conséquence de cette situation est que l’armée jusqu’alors assaillante est contrainte à la défensive. En effet :

1° La supériorité numérique de l’armée ennemie atteignant la proportion du quart, et pouvant s’élever dans la suite jusqu’au tiers, est déjà un puissant obstacle à l’offensive;

2° Une ligne d’opérations longue de 80 lieues, entourée de vastes pays ennemis qui ne sont pas et ne peuvent pas être occupés par l’agresseur, constitue un inconvénient important, auquel on ne peut remédier que par une supériorité numérique très sérieuse ;

3° La situation stratégique n’offrait pas un objectif immédiat permettant d’obtenir un résultat décisif sur toute la coalition; d’autre-part, aucune tentative ne pouvait obliger l’un des Alliés à conclure isolément la paix.

Bonaparte aurait pu diriger ses opérations exclusivement sur Vienne s’il eût été en état de tenir en Saxe pendant ce temps; mais il ne pouvait rien tenter contre Blücher et le roi de, Suède sans avoir la supériorité numérique, et dès lors il restait trop peu de monde en Saxe. D’autre part, la Saxe était son théâtre d’opérations, et c’eût été déjà une défaite stratégique énorme que de l’abandonner, pour prendre le Rhin comme base d’opérations, en admettant que ce projet fût réalisable.

Rester au milieu de ses ennemis, les battre successivement dans des combats distincts, les désunir et les intimider: tel était le seul parti qui restât à Bonaparte. Il en fut de même pour Frédéric le Grand dans la guerre de Sept ans; il en sera de même pour tous ceux qui se trouveront dans une situation
analogue.

Bonaparte devait opposer son gros au gros des forces ennemies. L’ennemi se rassemblant en Bohême, Bonaparte devait se concentrer à Dresde, parce que de ce point il pouvait opérer soit contre la Marche, soit contre la Silésie, soit contre la Bohême. Il partagea ses forces à peu près dans la même proportion que les Alliés ; mais il organisa son armée de Silésie plus fortement, de telle sorte qu’elle fût supérieure à celle de Blücher, tandis que l’armée principale et celle de la Marche furent presque d’un quart inférieures aux armées ennemies. Fit-il simplement une erreur d’évaluation ou bien ne s’attendait-il pas à la trahison de Bernadotte ? C’est ce qu’il est impossible d’établir.

Ces considérations générales, qui étaient naturelles dans la situation faite à Bonaparte, devaient servir en partie de directives aux Alliés :

1° Toutes l’es circonstances les contraignaient à l’offensive;

2° Ils pouvaient avoir la certitude de rencontrer le gros de l’ennemi partout où ils porteraient le leur;

3° La situation des États autrichiens permettait aux Alliés, par de simples marches et un simple déplacement de 1eur gros, de porter la guerre de l’Oder vers l’Elbe, à 40 lieues de l’est à l’ouest. Les Alliés auraient commis une faute en allant plus à l’ouest que la Saxe, car cette contrée était le noyau du théâtre de guerre français et Bonaparte ne pouvait faire autrement que de les suivre avec le gros de ses forces ; il n’en aurait pas fait autant s’il s’était agi de la Franconie. En outre, une invasion en Saxe couvrait les États autrichiens, tandis qu’une marche vers la Franconie les eût découverts. Conclusion: il fallait pousser le gros des forces de Bohême en Saxe, dans le but d’y livrer bataille à l’armée principale ennemie ;

4° Comme il fallait, par principe, tenir autant que possible ses forces réunies, et que, d’autre part, l’isolement de la Marche ne permettait pas d’en retirer les troupes, on se demandait ce qu’on devait laisser de troupes en Silésie. En évacuant tout à fait cette province, on pouvait être sûr que Bonaparte ne se lancerait pas sur l’une des fractions avec une supériorité relative, se contentant d’observer faiblement l’autre fraction. On avait donc la certitude de conserver en main la supériorité initiale, au moment où on le rencontrerait.

Cependant, bien des considérations pratiques venaient à l’encontre de cette idée abstraite :

1° Il était tout à fait invraisemblable que Bonaparte ne laissât rien on presque rien contre l’armée de Silésie, car il était de son intérêt de ne pas laisser resserrer sa zone de manoeuvre et de tenir les armées ennemies aussi éloignées que possible ;

2° La Silésie étant le centre du théâtre d’opérations prussien, Bonaparte, une fois dans cette province, aurait profité de son évacuation et se serait emparé de Breslau ainsi que de tous les approvisionnements qui n’étaient pas dans les places fortes. Cette opération lui aurait coûté si peu de forces et de temps qu’en l’entreprenant il n’avait pas grand’chose à perdre sur l’Elbe. Si, au contraire, on maintenait une armée en Silésie, Bonaparte pouvait former le projet de conquérir cette province, mais alors il fallait mettre en jeu plus de forces et employer plus de temps; dans ce cas la répercussion n’aurait pas manqué de se faire sentir sur l’Elbe ;

3° Les talents du maître n’existaient chez aucun de ses maréchaux: donc, plus on l’obligeait à confier ses forces à d’autres mains, mieux cela valait ;

4° Il ne restait donc plus qu’à fixer la force qu’il convenait de laisser en Silésie. Pour cette évaluation, il fallait partir d’un seul principe. D’un côté, l’armée de Silésie devait avoir des forces telles que l’ennemi ne fût pas en état de l’attaquer avec un effectif double ou même triple, car dans une armée qui a son théâtre d’opérations propre et qui est très éloignée de l’armée principale, une semblable proportion des forces met le plus faible en danger non seulement d’être vaincu et mis en fuite, mais encore d’être cerné et totalement détruit. D’autre part, l’armée de Bohème devait avoir une force telle, qu’elle fût au moins égale, sinon supérieure, à celle de l’ennemi. Les Alliés ont trouvé à merveille cette proportion en laissant de 80,000 à 90,000 hommes en Silésie. Il aurait fallu à l’ennemi plusieurs centaines de mille hommes pour conduire cette armée à une catastrophe. Mais il devenait difficile à Bonaparte de pénétrer en Silésie avec de semblables forces et d’y rester le temps nécessaire; il aurait, dans cet intervalle, subi en Saxe une catastrophe analogue sans rien gagner à cette manoeuvre. La Bohême vit entrer en scène 220,000 à 230,000 hommes. Il n’était pas admissible que les forces des Français atteindraient ce chiffre, même en supposant que, de leurs 300,000 hommes disponibles, ils n’eussent détaché qu’un nombre relativement faible de troupes contre l’armée de Silésie et contre l’armée du Nord ;

5° Le but des Alliés, en prenant l’offensive, était de livrer bataille avec leurs forces principales au gros des forces l’ennemi, et de remporter la victoire qui aurait eu comme résultat immédiat le départ de l’adversaire de son centre d’opérations. En admettant qu’il n’eût rétrogradé que jusqu’à Leipzig, il lui fallait abandonner la Silésie et la Marche, ce qui aurait amené une crise comme celle de Leipzig où, il est permis de le dire, la victoire ne fut pas douteuse. Une victoire décisive amenait les Alliés sur le Rhin et peut-être même plus loin ;

6° La marche sur Dresde avec l’armée principale était donc la solution la plus naturelle, puisque Bonaparte ne pouvait arriver que de ce côté. Quant au détachement de 6,000 hommes envoyé pour soutenir la division Bubna la rive droite de l’Elbe, il était sans utilité.

Le passage de l’Erzgebirg sur un certain front était basé sur l’espoir de trouver l’ennemi au pied des hauteurs, de l’envelopper et de se ménager plusieurs chemins de retraite. Il n’y a pas lieu d’ailleurs de critiquer cette manoeuvre car, pour une armée de plus de 200,000 hommes, un front de six lieues n’est pas énorme.

Cependant, outre ces dispositions, on aurait pu penser profiter de l’absence de Bonaparte, qu’on pouvait prévoir avec certitude, puisqu’on avait appris sa marche sur la Silésie, et tenter un coup de main sur Dresde. Le 23 août, les Autrichiens pouvaient facilement être à Freiberg, en même temps que Kleist, Wittgenstein et Barclay se trouveraient devant Dresde ;

7° Un coup de main contre Dresde ne pouvait être tenté que si les conditions se montraient particulièrement favorables, car, même si l’on eût pris toutes les nouvelles fortifications et les faubourgs, il ne fallait pas s’attendre à prendre d’assaut les ouvrages de la ville elle-même que défendaient 20,000 hommes. En cela, aucune supériorité numérique n’a de valeur, c’est tout simplement un gaspillage de forces inutile.