Correspondance de Napoléon Ier – Décembre 1799

Paris, le 4 nivose an 8 (25 décembre 1799).

Bonaparte, premier consul de la république, aux Français.

Rendre la république chère aux citoyens, respectable aux étrangers, formidable aux ennemis, telles sont les obligations que nous avons contractées en acceptant la première magistrature.

Elle sera chère aux citoyens, si les lois, si les actes de l’autorité sont toujours empreints de l’esprit d’ordre, de justice, de modération.

Sans l’ordre, l’administration n’est qu’un chaos; point de finances, point de crédit public; et avec la fortune de l’état s’écroulent les fortunes particulières. Sans justice, il n’y a que des partis, des oppresseurs et des victimes.

La modération imprime un caractère auguste aux gouvernemens comme aux nations. Elle est toujours la compagne de la force et de la durée des institutions sociales.

La république sera imposante aux étrangers, si elle sait respecter dans leur indépendance le titre de sa propre indépendance; si ses engagemens préparés par la sagesse, formés par la franchise, sont gardés par la fidélité.

Elle sera enfin formidable aux ennemis, si ses armées de terre et de mer sont fortement constituées, si chacun de ses défenseurs trouve une famille dans le corps auquel il appartient, et dans cette famille un héritage de vertus et de gloire; si l’officier formé par de longues études, obtient par un avancement régulier la récompense due à ses talens et à ses services.

A ces principes tiennent la stabilité du gouvernement, les succès du commerce et de l’agriculture, la grandeur et la prospérité des nations.

En les développant, nous avons tracé la règle qui doit nous juger. Français, nous vous avons dit nos devoirs; ce sera vous qui nous direz si nous les avons remplis.

BONAPARTE.

 

Paris, le 4 nivose an VIII (25 décembre 1799).

Aux soldats français.

Soldats! en promettant la paix au peuple français, j’ai été votre organe; je connais votre valeur.

Vous êtes les mêmes hommes qui conquirent la Hollande, le Rhin, l’Italie, et donnèrent la paix sous les murs de Vienne étonnée.

Soldats, ce ne sont plus vos frontières qu’il faut défendre, ce sont les états ennemis qu’il faut envahir.

Il n’est aucun de vous qui n’ait fait plusieurs campagnes, qui ne sache que la qualité la plus essentielle d’un soldat est de savoir supporter les privations avec constance. Plusieurs années d’une mauvaise administration ne peuvent être réparées dans un jour.

Premier magistrat de la république, il me sera doux de faire connaître à la nation entière les corps qui mériteront, par leur valeur et leur discipline, d’être proclamés les soutiens de la patrie.

Soldats, lorsqu’il en sera temps je serai au milieu de vous, et l’Europe étonnée se souviendra que vous êtes de la race des braves.

Le premier consul, BONAPARTE.

 

Paris, le 4 nivose an 8 (25 décembre 1799).

A l’armée d’Italie.

Les circonstances qui me retiennent à la tête du gouvernement m’empêchent de me trouver au milieu de vous.

Vos besoins sont grands: toutes les mesures sont prises pour y pourvoir.

Les premières qualités du soldat sont la constance et la discipline: la valeur n’est que la seconde.

Soldats, plusieurs corps ont quitté leurs positions; ils ont été sourds à la voix de leurs officiers: la dix-septième légère est de ce nombre.

Sont-ils donc tous morts, les braves de Castiglione, de Rivoli, de Neumarck? Ils eussent péri plutôt que de quitter leurs drapeaux, et ils eussent ramené leurs jeunes camarades à l’honneur et au devoir.

Soldats, des distributions ne vous sont pas régulièrement faites, dites-vous? Qu’eussiez-vous fait si, comme les quatrième et vingt-deuxième légères, les dix-huitième et trente-deuxième de ligne, vous vous fussiez trouvés au milieu du désert, sans pain ni eau, mangeant du cheval et des mulets? La victoire nous donnera du pain, disaient-elles; et vous!… Vous quittez vos drapeaux!

Soldats d’Italie! Un nouveau général vous commande 1)Masséna; il fut toujours à l’avant-garde dans les plus beaux jours de votre gloire. Entourez-le de votre confiance: il ramènera la victoire dans vos rangs. Je me ferai rendre un compte journalier de la conduite de tous les corps, et spécialement de la dix-septième et de la soixante-troisième de ligne; elles se ressouviendront de la confiance que j’avais en elles.

BONAPARTE.

 

Paris, 4 nivose an 8 (25 décembre 1799).

Aux citoyens de Saint-Domingue.

Citoyens,

Une constitution qui n’a pu se soutenir contre des violations multipliées, est remplacée par un nouveau pacte destiné à affermir la liberté.

L’art. XCI porte: que les colonies françaises seront réglées par des lois spéciales.

Cette Disposition dérive de la nature des choses et de la différence des climats.

Les habitans des colonies françaises situées eu Amérique, en Asie, en Afrique, ne peuvent être gouvernés par la même loi.

La différence des habitudes, des moeurs, des intérêts, la diversité du sol, des cultures, des productions, exigent des modifications diverses.

Un des premiers actes de la nouvelle législation sera la rédaction des lois destinées à vous régir.

Loin qu’elles soient pour vous un sujet d’alarmes, vous y reconnaîtrez la sagesse et la profondeur des vues qui animent les législateurs de la France.

Les consuls de la république, en vous annonçant le nouveau pacte social, vous déclarent que les principes sacrés de la liberté et de l’égalité des Noirs n’éprouveront jamais, parmi vous, d’atteintes ni de modification.

S’il est, dans la colonie de Saint-Domingue, des hommes mal intentionnés, s’il en est qui conservent des relations avec les puissances ennemies, braves Noirs, souvenez-vous que le peuple français seul reconnaît votre liberté et l’égalité de vos droits.

Le premier consul, BONAPARTE.

 

Paris, le 5 nivose an 8 (26 décembre 1799).

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE.—SOUVERAINETÉ DU PEUPLE.—LIBERTÉ.—ÉGALITÉ.

Bonaparte, premier consul de la république, à S. M. le roi de la Grande-Bretagne.

Appelé par le voeu de la nation française à occuper la première magistrature de la république, je crois convenable, en entrant en charge, d’en faire directement part à V. M.

La guerre qui, depuis huit ans, ravage les quatre parties du monde, doit-elle être éternelle? N’est-il donc aucun moyen de s’entendre?

Comment les deux nations les plus éclairées de l’Europe, puissantes et fortes plus que ne l’exigent leur sûreté et leur indépendance, peuvent-elles sacrifier à des idées de vaine grandeur le bien du commerce, la prospérité intérieure, le bonheur des familles? Comment ne sentent-elles pas que la paix est le premier des besoins comme la première des gloires?

Ces sentimens ne peuvent pas être étrangers au coeur de V. M. qui gouverne une nation libre et dans le seul but de la rendre heureuse.

V. M. ne verra dans cette ouverture que mon désir sincère de contribuer efficacement, pour la deuxième fois, à la pacification générale, par une démarche prompte, toute de confiance, et dégagée de ces formes qui,  nécessaires peut-être pour déguiser la dépendance des états faibles, ne décèlent dans les états forts que le désir mutuel de se tromper.

La France, l’Angleterre, par l’abus de leurs forces, peuvent long-temps encore, pour le malheur de tous les peuples, en retarder l’épuisement; mais, j’ose le dire, le sort de toutes les nations civilisées est attaché à la fin d’une guerre qui embrase le monde entier.

BONAPARTE.

 

Paris, le 5 nivose an 8 (26 décembre 1799).

Au général de division Saint-Cyr.

Le ministre de la guerre m’a rendu compte, citoyen général, de la victoire que vous avez remportée sur l’aile gauche de l’armée autrichienne.

Recevez comme témoignage de ma satisfaction, un beau sabre que vous porterez les jours de combat.

Faites connaître aux soldats qui sont sous vos ordres que je suis content d’eux et que j’espère l’être davantage encore.

Le ministre de la guerre vous expédie le brevet de premier lieutenant de l’armée.

Comptez sur mon estime et mon amitié.

BONAPARTE.

 

Paris, le 6 nivose an 8 (27 décembre 1799).

Au sénat conservateur.

Sénateurs,

Les consuls de la république s’empressent de vous faire connaître que le gouvernement est installé. Ils emploieront dans toutes les circonstances, tous leurs moyens pour détruire l’esprit de faction, créer l’esprit public et consolider la constitution qui est l’objet des espérances du peuple français. Le sénat conservateur sera animé du même esprit, et par sa réunion avec les consuls, seront déjoués les mal intentionnés, s’il pouvait en exister dans les premiers corps de l’état.

Le premier consul, BONAPARTE.

Paris, le 7 nivose an VIII (28 décembre 1799).

Au général Augereau, commandant en chef l’armée française en Batavie.

Je vous ai nommé, citoyen général, au poste important de commandant en chef l’armée française en Batavie.

Montrez, dans tous les actes que votre commandement vous donnera lieu de faire, que vous êtes au-dessus de ces misérables divisions de tribunes, dont le contre-coup a été malheureusement, depuis dix ans, la cause de tous les déchiremens de la France.

La gloire de la république est le fruit du sang de nos camarades; nous n’appartenons à aucune autre cotterie qu’à celle de la nation entière.

Si les circonstances m’obligent à faire la guerre par moi-même, comptez que je ne vous laisserai pas en Hollande, et que je n’oublierai jamais la belle journée de Castiglione 2)Cette dernière phrase justifie pleinement Bonaparte du reproches qu’on lui a fait si souvent d’avoir oublie la part glorieuse .

Je vous salue.

BONAPARTE.

 

Paris, le 8 nivose an 8 (29 décembre 1799).

Aux habitans des départemens de l’Ouest.

PROCLAMATION.

Une guerre impie menace d’embraser une seconde fois les départemens de l’Ouest. Le devoir des premiers magistrats de la république est d’en arrêter les progrès et de l’éteindre dans son foyer; mais ils ne veulent déployer la force qu’après avoir épuisé les voies de la persuasion et de la justice.

Les artisans de ces troubles sont des traîtres vendus à l’Anglais, et instruments de ses fureurs, ou des brigands qui ne cherchent dans les discordes civiles que l’aliment et l’impunité de leurs forfaits.

A de tels hommes le gouvernement ne doit ni ménagement, ni déclaration de ses principes.

Mais il est des citoyens chers à la patrie qui ont été séduits par leurs artifices; c’est à ces citoyens que sont dues les lumières et la vérité.

Des lois injustes ont été promulguées et exécutées; des actes arbitraires ont alarmé la sécurité des citoyens et la liberté des consciences; partout des inscriptions hasardées sur des listes d’émigrés, ont frappé des citoyens qui n’avaient jamais abandonné ni leur patrie, ni même leurs foyers; enfin de grands principes d’ordre social ont été violés. C’est pour réparer ces injustices et ces erreurs qu’un gouvernement, fondé sur les bases sacrées de la liberté, de l’égalité, du système représentatif, a été proclamé et reconnu par la nation. La volonté constante, comme l’intérêt et la gloire des premiers magistrats qu’elle s’est donnés, sera de fermer toutes les plaies de la France, et déjà cette volonté est garantie par des actes qui sont émanés d’eux. Ainsi la loi désastreuse de l’emprunt forcé, la loi, plus désastreuse, des ôtages, ont été révoquées; des individus déportés sans jugement préalable, sont rendus à leur patrie et à leur famille. Chaque jour est et sera marqué par des actes de justice, et le conseil d’état travaille sans relâche à préparer la réformation des mauvaises lois, et une combinaison plus heureuse des contributions publiques.

Les consuls déclarent encore que la liberté des cultes est garantie par la constitution; qu’aucun magistrat ne peut y porter atteinte; qu’aucun homme ne peut dire à un autre: Tu exerceras un tel culte, tu ne l’exerceras qu’un tel jour.

La loi du 11 prairial an 3 qui laisse aux citoyens l’usage des édifices destinés au culte religieux, sera exécutée. Tous les départemens doivent être également soumis à l’empire des lois générales; mais les premiers magistrats accorderont toujours et des soins et un intérêt plus marqué à l’agriculture, aux fabriques et au commerce, dans ceux qui ont éprouvé de plus grandes calamités.

Le gouvernement pardonnera: il fera grâce au repentir; l’indulgence sera entière et absolue; mais il frappera quiconque, après cette déclaration, oserait encore résister à la souveraineté nationale.

Français habitans des départemens de l’Ouest, ralliez-vous autour d’une constitution qui donne aux magistrats qu’elle a créés la force, comme le devoir de protéger les citoyens, qui les garantit également et de l’instabilité et de l’intempérance des lois.

Que ceux qui veulent le bonheur de la France, se séparent des hommes qui persisteraient à vouloir les égarer pour les livrer au fer de la tyrannie, ou à la domination de l’étranger.

Que les bons habitans des campagnes rentrent dans leurs foyers et reprennent leurs utiles travaux; qu’ils se défendent des insinuations de ceux qui voudraient les ramener à la servitude féodale.

Si malgré toutes les mesures que vient de prendre le gouvernement, il était encore des hommes qui osassent provoquer la guerre civile, il ne resterait aux premiers magistrats qu’un devoir triste, mais nécessaire a remplir, celui de les subjuguer par la force.

Mais non: tous ne connaîtront plus qu’un seul sentiment, l’amour de la patrie. Les ministres d’un Dieu de paix seront les premiers moteurs de la réconciliation et de la concorde; qu’ils parlent aux coeurs le langage qu’ils apprirent à l’école de leur maître; qu’ils aillent dans ces temples qui se rouvrent pour eux, offrir, avec leurs concitoyens, le sacrifice qui expiera les crimes de la guerre et le sang qu’elle a fait verser.

Le premier consul, BONAPARTE.

 

Paris, le 9 nivose an 8 (30 décembre 1799).

Aux Bourgmestre et sénat de la ville libre et impériale de Hambourg.

Nous avons reçu votre lettre, messieurs; elle ne vous justifie pas. 3)Le gouverpement de Hambourg avait livré à celui d’Angleterre deux individus, malgré leur titre de Français.

Le courage et les vertus conservent les états; la lâcheté et les vices les ruinent.

Vous avez violé l’hospitalité. Cela ne fût pas arrivé parmi les hordes les plus barbares du désert. Vos concitoyens vous le reprocheront éternellement.

Les deux infortunés que vous avez livrés, meurent illustres: mais leur sang fera plus de mal à leurs persécuteurs, que n’aurait pu le faire une armée.

Le premier consul, BONAPARTE.

References   [ + ]

1.Masséna
2.Cette dernière phrase justifie pleinement Bonaparte du reproches qu’on lui a fait si souvent d’avoir oublie la part glorieuse
3.Le gouverpement de Hambourg avait livré à celui d’Angleterre deux individus, malgré leur titre de Français.