Correspondance de Napoléon Ier – Août 1809

Schönbrunn, 1er août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Tout officier d’artillerie qui donne des cartouches qui ne sont pas de calibre, qui donne des pièces folles ou hors de service, ou des affûts hors d’état de faire la campagne, mérite la mort. Je ne puis qu’être extrêmement mécontent des principes que contient votre lettre du 25 juillet; quand on n’a pas d’artillerie en état de servir, on n’en donne pas, car il vaut mieux n’avoir pas d’artillerie que d’en avoir de mauvaise, qui compromet la vie des hommes et l’honneur des armes.

Mettez ces principes à l’ordre, pour qu’ils soient connus de toute l’armée, et faites arrêter le directeur de Mayence, qui a donné au corps de réserve commandé par le duc d’Abrantès des affûts hors d’état de servir.

Je ne puis pas entrer dans tous les détails; les fonds de l’artillerie ne peuvent pas être augmentés; mais c’est à vous à varier les dépenses, à faire faire des affûts de campagne au lieu d’affûts de côtes, à avoir des canons de fer coulé si vous n’en pouvez pas avoir de cuivre, enfin à employer les sommes disponibles à ce que le service a de plus urgent. Si j’avais à former un équipage d’artillerie de trente pièces de campagne dans la seule 26e division militaire, je ne serais pas embarrassé. Nous avons une infinité de petites places où on peut trouver des pièces; mais l’artillerie, qui ne sait pas les trouver, a préféré donner de l’artillerie prussienne au corps de réserve. Dans la seule ville de Mayence, il est impossible qu’il n’y ait pas trente à quarante pièces de campagne. Il est vrai que ces bouches à feu peuvent être portées dans les états comme destinées à la défense de la place, mais il valait bien mieux les donner que de mettre le duc d’Abrantès dans le cas de se trouver sans artillerie au moment d’une bataille. De tous les pays de l’Europe, la France est celui où il y a le plus de canons, de caissons, de voitures d’artillerie et de tout. Je ne reviens plus sur ce que je vous ai demandé d’artillerie; je vous ai écrit que j’avais mille voitures d’artillerie de plus qu’il ne me fallait; que ce dont j’avais besoin, c’étaient des pièces.

Les principes de votre bureau d’artillerie ne sont pas assez clairs; il suppose qu’en campagne toutes les munitions doivent être sur des chariots; ce qui n’est pas exact. Un approvisionnement et demi ou deux approvisionnements sont suffisants sur des chariots; mais le surplus des munitions1mnilions de réserve doit être mis dans des caisses pour être transporté par eau ou traîné sur des voitures du pays. Depuis que je suis à Vienne, j’ai tiré plus de 200,000 coups, mais pour cela je n’ai pas eu assez des caissons. Il est donc clair qu’il suffit d’avoir dans des caisses les munitions qui doivent remplacer. Dans ce moment j’ai à Vienne 150,000 coups à balles et à boulet; cet approvisionnement sera bientôt porté à 200,000 coups, et cependant j’estime que j’ai des caissons beaucoup plus qu’il ne m’en faut. L’inconvénient d’un trop grand nombre de caissons, c’est de ruiner la France, d’exposer à des événements, d’être très coûteux et excessivement embarrassant.

Enfin mille voitures ne doivent pas coûter plus de 6 ou 700,000 francs, ce qui, après tout, n’est pas une dépense énorme. Je dépense beaucoup d’argent et j’entends toujours des plaintes de l’artillerie: c’est que, je crois, tout cela est mal compris et que notre matériel d’artillerie manque de principes.

Il me semble que ce qui est relatif à l’équipage de campagne doit passer avant tout, et en général le matériel de l’artillerie de l’armée n’est pas assez bien tenu.

 

NOTE POUR LE PRINCE CAMBACÉRÈS, ARCHICHANCELIER DE L’EMPIRE, A PARIS

Sa Majesté s’est réservé des biens en Espagne. Elle s’est réservée en Allemagne un grand nombre de domaines et des créances considérables, notamment celles de l’ancien électeur de Hesse. Elle s’est aussi réservée dans le royaume d’Italie et dans celui de Naples des droits qui ont une valeur assez importante.

Elle a senti la nécessité d’établir à côté de la caisse d’amortissement une caisse de l’extraordinaire, à la tête de laquelle elle a placé M. la Bouillerie pour suivre ses différents intérêts. Mais M. la Bouillerie est plutôt administrateur chargé des opérations de la caisse, des conversions et de la perception des intérêts, qu’il ne peut véritablement l’être de suivre la correspondance avec l’Espagne, l’Allemagne et l’Italie sur des intérêts si variés et susceptibles de tant de contestations, d’explications et d’arrangements. Le ministre des finances ne peut suivre ces affaires et ne les suit pas, parce qu’elles l’entraînent dans des rapports trop éloignés et qui n’ont aucune relation avec les nombreux détails de son ministère.

Il paraît donc nécessaire de créer auprès de la caisse de l’extraordinaire plusieurs administrateurs qui seraient chargés de suivre ses intérêts, de les débattre, de les faire valoir, et à la tête desquels serait un conseiller d’État, ou tout autre homme important, qui pourrait travailler avec l’Empereur sur cet objet, devenu tellement considérable qu’il est désormais difficile qu’un caissier ou un administrateur purement financier suffise à tout ce qu’il exige.

Les contributions de la troisième coalition donnent lieu à beaucoup d’affaires contentieuses; avant que celles de la quatrième soient acquittées, il y aura eu aussi beaucoup d’affaires de cette nature à discuter et à régler. On ne croira pas qu’un seul administrateur d’une caisse puisse statuer sur tous ces objets, et, sous tous les rapports, l’établissement d’une administration spéciale paraît indispensable.

Renfermer dans un simple établissement d’ordre intérieur et de comptabilité des affaires aussi étendues, c’est paraître vouloir cacher quelque chose au public, et toutes les choses masquées sont de mauvaise administration.

Sa Majesté désire donc que Son Altesse établisse sur cela une théorie, fasse un rapport et propose un projet de décret.

Dans un projet de sénatus-consulte que Son Altesse a fait lire à l’Empereur, on disait que le domaine de l’Empereur se compose de contributions levées sur l’ennemi. Ce principe était fort clairement établi et assez d’accord avec les principes de la monarchie.

Mais cette affectation si positive d’une chose appartenant à l’Empereur et non à la nation était un peu trop tranchante, car l’Empereur ne fait la guerre qu’avec les moyens et l’argent de la nation. Il faudrait donc établir que le domaine de l’Empereur consiste dans la liste civile, dans les acquisitions qu’il fait, etc. Dire ensuite que l’Empereur a l’administration des pays non réunis, et ajouter, sans se jeter dans la question de la propriété, qu’il est le seul administrateur des contributions et autres droits qu’il s’est réservés sur les pays étrangers par les traités et par quelque acte que ce soit. Cette rédaction devrait être faite avec soin et conçue de manière qu’en statuant qu’aucun ambassadeur, qu’aucun général ne peut prétendre aux droits réservés sur les pays conquis, elle établisse en même temps que la cour des comptes ni aucune autre autorité ne peuvent intervenir dans ces affaires. Ce principe, étant posé par un sénatus-consulte, pourrait servir de base à une théorie d’après laquelle on organiserait, sous l’autorité supérieure de l’intendant de la Couronne ou de tout autre, et à côté du trésor de la Couronne, une administration de l’extraordinaire.

Sa Majesté désire que Son Altesse médite ces idées, les coordonne dans un projet qui satisfasse à tout.

Il est indispensable de mettre de la légalité et de l’ordre dans cette masse de biens que Sa Majesté s’est réservés, qu’elle a donnés ou qu’elle veut donner encore à ceux de ses serviteurs qui se sont distingués, et où, par l’absence d’une bonne théorie, tout est difficile, parce que rien n’est soumis à une administration réglée et que rien ne se fait d’une manière régulière et publique.

Toutes les fois que dans une loi ou sénatus-consulte on voudra donner à l’Empereur des propriétés autres que sa liste civile et ses acquisitions, on trouvera des embarras et des contrariétés. Mais toutes les fois qu’on le chargera d’administrer ou de réglementer telle partie, on sera d’accord.

Le Sénat ni le Corps législatif ne cherchent point à se mêler ni des choses militaires ni de l’administration des pays conquis. L’Empereur ne peut donner un seul arpent du domaine national, ni même du domaine de sa liste civile. Établir le contraire ce serait aller contre tous les principes. Mais dire qu’il réglemente et régit par les agents ou les ministres qu’il choisit les contributions des pays conquis; qu’il en dispose à sa volonté pour encourager et récompenser, ou qu’il en fait verser le montant soit au trésor, soit à différentes administrations, ou qu’il l’emploie à des travaux pour l’embellissement ou l’amélioration du territoire, ce n’est pas faire autre chose que mettre en principe ce qui existe aujourd’hui, et établir, d’après des faits que personne ne désapprouve, une théorie qui n’est contestée par personne.

 

Schönbrunn, 2 août 1809

Au chef d’escadron de Turenne, à Vienne

M. le chef d’escadron Turenne se rendra en Italie. Il m’écrira de Klagenfurt pour me faire connaître la situation de cette place, sous le rapport de l’armement, de l’approvisionnement et de la garnison. De là il ira à Villach, d’où il me fera connaître si mes troupes ont occupé Sachsenburg et tout ce qui est relatif à ce fort. Il se rendra ensuite à Osoppo, d’où il m’enverra l’état des troupes de toutes armes qui y ont passé depuis la bataille pour rejoindre l’armée, et l’état de situation du fort de Malborghetto, armement, approvisionnement et garnison. Il continuera sa route sur Udine, Palmanova, Goritz et Gradisca. Il m’écrira de ces villes. Il me rendra compte de la situation de Palmanova, des motifs qui retiennent dans cette place le corps venant des 27e et 28e divisions militaires et l’empêchent de filer sur l’armée.

Il se rendra à Vérone et tâchera d’avoir connaissance d’une colonne de 800 hommes de cavalerie aux ordres du chef d’escadron Canino, qui doit y arriver le 4 août.

Il se mettra à la tête de 800 hommes de la 16e demi-brigade provisoire, de 1,400 hommes de la 17e idem; de 320 hommes de la 3e compagnie de pionniers, de 180 hommes de la 3e compagnie du régiment de pionniers, de 400 hommes du bataillon de marche de la 27e division militaire, de 400 hommes du bataillon de marche de la 28e division et de 120 hommes du 9e bataillon d’équipages militaires, indépendamment de ce que les dépôts de cavalerie du Piémont pourront encore fournir. Cette colonne de 4,000 hommes doit être réunie, du 23 au 25 août, à Osoppo.

M. le chef d’escadron Turenne ira à Turin et à Alexandrie pour accélérer le départ de ces troupes et s’assurer qu’elles partent en bon état. Il joindra à cette colonne tout ce que le général Caffarelli pourra faire partir pour cette époque des dépôts d’Italie, infanterie, cavalerie et artillerie.

Avec cette colonne il entrera en Allemagne par Villach, Klagenfurt. Il tiendra la main à ce qu’elle marche en ordre, couche toute dans le même endroit et soit toujours en mesure contre les événements imprévus. Il profitera de toutes les occasions pour donner de ses nouvelles, afin qu’il puisse recevoir des ordres et que sa marche puisse être dirigée selon les circonstances.

Il m’écrira d’Italie tous les soirs sur ce qu’il verra et apprendra.

 

Schönbrunn, 3 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Je reçois votre lettre du 27. Je vois avec plaisir que vous avez fait partir huit bouches à feu; mais, depuis, l’occupation de Graz a mis dix-huit pièces à ma disposition; j’en ai trouvé à Passau, de sorte que je puis me passer d’une quarantaine des pièces que vous envoyez.

Si elles ne sont pas encore parties de Strasbourg, il faut les y laisser; si elles sont parties, il faut les arrêter à Augsburg, pour y être en dépôt pour tout événement.

Nous avons à l’armée 92,000 coups à tirer, 45,000 confectionnés, 60,000 projectiles, indépendamment des 65,000 que vous envoyez.

J’en ai fait venir d’Italie, j’en ai trouvé à Graz. Quant aux cartouches d’infanterie, j’en ai plus qu’il ne m’en faut.

Je vois, par votre lettre du 29, que les compagnies à pied d’artillerie continuent leur marche pour l’Allemagne, savoir: les 10e, 13e et 16e du 8e d’artillerie à pied; les 5e, 16e et 18e du 6e régiment; la 4e du 4e régiment; les 6e, 11e et 13e du 3e régiment. Dans ces dix compagnies ne sont pas comprises les quatre du 4e régiment qui arrivent dans deux ou trois jours à Vienne. Moyennant cette augmentation, le personnel de mon artillerie sera sur le pied le plus respectable et au delà de mes besoins. J’ai aussi reçu de nombreux convois de conscrits canonniers qui ont réparé mes pertes. J’attends que vous envoyiez des bataillons du train 1,500 ou 2,000 hommes; que vous envoyiez encore des dépôts de canonniers de quoi compléter les compagnies que vous envoyez, et enfin des dépôts des six régiments à cheval de quoi compléter ce que nous avons. Du reste, l’artillerie n’a jamais été plus respectable. J’ai de quoi donner trois grandes batailles et mettre en batterie cinq cents pièces de canon de campagne et trois cents dans mes places. L’artillerie a de quoi faire face à tout.

 

Schönbrunn, 3 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Mon Cousin, je suis surpris que, par votre lettre du 1er août, vous m’adressiez un rapport de l’intendant de l’armée d’Italie. Ignorez-vous qu’il n’y a plus d’armée d’Italie ? C’est l’intendant général seul qui doit correspondre avec vous, et vous ne devez point recevoir de rapport de l’ordonnateur de l’armée d’Italie. Cela met du retard dans les affaires et me donne un embarras inutile.

 

Schönbrunn, 3 août 1809

Au maréchal Oudinot, commandant le 2e corps de l’armée d’Allemagne, à Leopolstadt

Mon Cousin, l’armée autrichienne a abandonné la Bohême. Il paraît qu’elle a porté sa gauche à Komorn et sa droite à Olmutz.

Cette nouvelle situation des choses rend nécessaire la surveillance sur toute la ligne de la March. Faites rentrer les cuirassiers dans l’intérieur de la ligne, et faites border la March, depuis les frontières de la Moravie et le lieu où finissent les postes du duc d’Auerstaedt jusqu’au Danube, par votre cavalerie légère. Placez les quartiers des trois colonels de votre brigade de cavalerie légère à égale distance, et que chaque colonel ait l’instruction de surveiller rigoureusement et de faire tous les jours un rapport sur ce qui se passe sur la frontière. Nos postes sont sur la rive droite de la March; cela n’empêche pas les patrouilles d’aller jusqu’à l’extrémité de la ligne de démarcation. Il doit y avoir de fréquentes communications d’une rive à l’autre.

S’il arrive de la Hongrie des particuliers intelligents, faites-les interroger aux postes de votre cavalerie légère, et, s’il est nécessaire, faites-les venir à votre quartier général. Vous devez me donner tous les jours des nouvelles de ce qui se passe en Hongrie. Comme cette cavalerie légère est sous vos ordres, veillez à ce qu’elle soit bien postée, et ayez l’œil sans affectation à ce qu’elle fasse bien son devoir.

Faites visiter les postes par des officiers d’état-major, car, s’il se formait des rassemblements vers les monts Karpathes, il faut m’en prévenir. Mettez-vous en correspondance avec le général Reynier, qui a des postes jusqu’à Sankt-Johann.

 

Schönbrunn, 3 août 1809

Au maréchal Davout, duc d’Auerstaedt, commandant le 3e corps de l’armée d’Allemagne, à Brünn

Mon Cousin, vous ne me donnez point de nouvelles de ce que fait l’ennemi. Le corps du duc de Rivoli est le seul de qui j’en reçoive.

Cela est contre votre ordinaire. Ne négligez pas de m’envoyer tons les renseignements que vous pouvez vous procurer. 

L’ennemi fait, dit-on, un camp retranché devant Olmutz; il a évacué la Bohême et se porte en Hongrie. Faites-moi connaître fout ce que vous apprenez.

Il ne faut pas que les régiments aient plus de deux pièces; renvoyez au général la Riboisière les pièces que vous auriez en sus, pour qu’il les donne aux régiments qui en manquent. Gardez de préférence des pièces de 3, qui sont les vraies pièces de régiment.

Le major général vous écrit pour faire raser les ouvrages de Göding.

Faites travailler à mettre le château de Brünn en état de défense; j’enverrai de l’artillerie plus tard.

 

Schönbrunn, 3 août 1809

Au général comte Bertrand, commandant le génie de l’armée d’Allemagne, à Vienne

Monsieur le Général Bertrand, je juge convenable de vous faire connaître mes intentions sur les ponts du Danube, pour que vous puissiez vous régler en conséquence. Il serait possible que le 1er septembre les hostilités recommençassent. Il est nécessaire que, pour cette époque, 1° la tête de pont de Spitz (Jedlersdorf am Spitz) soit armée avec ses redoutes; 2° que le pont de pilotis de Vienne soit entièrement terminé, car, une fois qu’il sera fait, mon intention est de détruire les ponts de l’île Lobau, préférant le pont de Vienne à tout autre pont, vu que, du moment que les hostilités recommenceraient, j’ordonnerais l’armement de Vienne; ce qui, avec la tête de pont, me formerait une position sur la droite et sur la gauche du Danube. Il faut que vous visitiez les ouvrages que les Autrichiens avaient faits pour enfermer le faubourg de Leopolstadt, afin de voir ce qu’il y a à faire pour avoir un ouvrage avec réduit ou tête de pont, pour que, en supposant que l’ennemi passât dans le Pirater à l’endroit où nous avons passé et qu’il s’empare du faubourg de Leopolstadt, ce qui le mettrait dans le cas de bloquer la ville, il ne pût s’emparer de notre pont, et qu’il y eût pour ce cas une tête de pont sur la rive droite du premier bras. Une tête de pont de deux cents toises de développement me paraît là suffisante. Il suffit aujourd’hui qu’elle soit tracée, et, lorsqu’il y aura de fortes probabilités que les hostilités doivent recommencer, on travaillera à construire cette tête de pont, qui sera faite en quatre on cinq jours. Outre les dépôts de cavalerie, les blessés et convalescents, mais en état de se battre, je serai toujours obligé de laisser 10,000 hommes dans Vienne et à la tête de pont de Spitz, qui, avec les ouvriers de marine et 4 ou 500 marins, seront plus que suffisants pour défendre la ville et les différents ouvrages. Comme il paraît que les gens de Vienne ont peu de moyens, il faut laisser subsister leur atelier, mais en faire commencer vous-même un autre sur’ le grand bras, afin d’être certain d’avoir ce pont au ler septembre.

 

Schönbrunn, 3 août 1809

ORDRE POUR LES FORTIFICATIONS DE BRUNN.

Je donne ordre que quatre pièces de 18, quatre pièces de 12, douze pièces de 6, deux obusiers et quatre mortiers avec deux cents fusils de rempart, arment sans délai la citadelle de Brünn.

La citadelle a été mise dans le meilleur état par les ingénieurs.

Il paraît que rien ne pourra empêcher que le bastion n° 3 ne soit mis en brèche; le revêtement étant de brique, la brèche sera d’autant plus difficile à faire, et d’ailleurs la batterie de brèche devra être placée à trois cents toises. On doit donc espérer qu’elle sera faite très imparfaitement; d’ailleurs, une fois la brèche faite, il ne sera pas facile d’y monter, il y a une demi-lune qu’il faudra prendre avant; enfin ce sont des obstacles qu’i1 faut multiplier pour rendre difficile l’assaut. Ces obstacles sont, ce me semble, de diverses natures :

1 ° Mettre au pied du glacis, à la demi-hauteur, un bon fossé avec un rang de palissades; donner une bonne direction à ce fossé, il est évident que l’ennemi qui se présentera sur la pente du glacis sera arrêté court par ce fossé.

2° Construire une place d’armes au saillant du bastion qui doit être mis en brèche, et établir un bon blockhaus qui ne puisse être vu d’aucun côté, et qui n’ait d’autre but que défendre la place d’armes aussitôt que l’ennemi se présentera pour arriver à la brèche.

3° Creuser un bon fossé, ou du moins une bonne cuvette, entre le rempart et le chemin couvert, de manière que cela donne de la place aux débris du revêtement.

4° Établir sur la casemate actuelle un bon épaulement en terre avec saucissons, et quatre pièces de canon pour contre-battre les batteries de brèche de l’ennemi.

5° Faire, non un retranchement, le bastion étant très-petit n’en est pas susceptible, mais le fermer à la gorge, d’un angle de l’épaule à l’autre angle de l’épaule, de sorte que l’ennemi ne puisse pas se loger dans le bastion, et avoir là une batterie qui empêche le logement dans le bastion, ce qui serait aidé par la batterie des casemates.

 

Schönbrunn, 3 août 1809

A Eugène Napoléon, vice-roi d’Italie, à Vienne

Mon Fils, faites-moi connaître le lieu où sont vos troupes, et envoyez-m’en l’état de situation au 1er août.

Je désire avoir de vous quatre rapports par jour, un de votre cavalerie légère de Raab, un de ce qui se passe à Komorn, un de Graz, un de Laybach, qui me fassent connaître les mouvements de l’ennemi et ce qu’il fait.

 

Schönbrunn, 5 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Mon Cousin, j’ai vu avec peine hier que le général Montrichard tient les troupes dans l’île Napoléon comme si l’ennemi était en présence, et dans des endroits malsains. Donnez-lui l’ordre de faire baraquer ses quatre bataillons dans l’endroit le plus sain qu’il pourra choisir, soit dans l’île Napoléon, soit sur la rive gauche, entre Enzersdorf et Aspern, en choisissant l’endroit le plus sain.

Il fournira un service de 50 hommes au petit pont et un service de 100 hommes au grand pont de pilotis.

 

Schönbrunn, 5 août 1809

Au général comte Bertrand, commandant le génie de l’armée d’Allemagne, à Vienne

Monsieur le Général Bertrand, on a arrêté un type général de tête de pont en plaine, avec un réduit de 300 ou 400 toises, avec trois ou quatre redoutes, de manière que les deux redoutes en aval et en amont se trouvent au moins à 600 toises du pont et à 800 pour les grands ponts. Il est donc évident que ces deux redoutes se trouveront ainsi éloignées de 1,600 toises, formant une demi-circonférence au moins de 2,000 à 2,400 toises. Il faut donc six ou sept de ces redoutes, qui, jointes à la garnison du réduit, exigeraient 2,000 hommes pour garder la tête de pont; encore ne pourrait-elle faire qu’une faible résistance; encore est-il évident que ces redoutes, éloignées de 300 ou 400 toises, ne pourraient présenter aucune résistance raisonnable; que, une prise, elles le seraient toutes successivement; qu’elles ne pourraient être défendues par l’artillerie du réduit, tout comme elles ne défendraient pas le réduit. Ces redoutes, en effet, ne sont pas placées là pour donner une nouvelle force au réduit, mais elles sont établies pour donner protection à un corps d’armée et à tous les embarras d’une armée qui serait en retraite. c’est une espèce de camp retranché. Les têtes de pont de Passau, de Linz et de Spitz, devant servir au débouché de toute une armée, doivent être construites sur ce principe, mais il est des têtes de pont qui ont un autre but et qui, si elles étaient construites sur ce principe, induiraient en erreur, par exemple, la tête de pont d’Anger sur la March. En faisant établir une tête de pont sur la rive gauche de la March, mon but n’est point qu’elle puisse protéger la retraite d’une armée ou, autrement parlant, qu’elle serve de camp retranché: mon vrai but est d’occuper un point sur la rive gauche de la March, afin que l’ennemi ne puisse se servir de cette rivière comme d’un rideau; que, en conservant la tête de pont, je puisse déboucher, si je le désire. On sent que ce débouchement est très hypothétique. Si, après avoir fait une tête de pont, on faisait des redoutes à 400 et 500 toises les unes des autres, on irait contre l’objet. Ces redoutes, une fois prises, uniraient au lieu de servir. Il faut donc construire seulement une enceinte, établir des lunettes en amont et en aval, assez pour qu’on ne puisse pas découvrir le pont, et si ensuite on veut établir d’autres lunettes, il faut qu’elles soient très près de la place, qu’elles soient protégées par le feu du réduit et qu’elles le protègent.

Comme la March est une très-petite rivière, il serait convenable, pour remplir l’objet qu’on se propose, de couvrir le pont des deux côtés, à peu près comme cela est tracé ici.

 

Schönbrunn, 5 août 1809

OBSERVATIONS SUR LE PLAN DES ENVIRONS DE PRESBOURG. 1)De nos jours Bratislava

1e Observation. Il paraît que l’on a placé le pont vis-à-vis la rue du Couronnement, qui sans contredit a l’avantage d’offrir un débouché plus facile. Pour qu’on soit maître de ce pont, il est indispensable de faire sans délai, à 1,200 toises, une tête de pont dans l’île Ober Ufer, et d’y occuper la ligne désignée à partir des ouvrages ayant des fossés pleins d’eau, et sur le petit bras trois petits ponts. Cet ouvrage est le premier qu’il faille faire, puisque, indépendamment des projets qu’on a sur Presbourg, la possession du pont ne peut être assurée qu’autant qu’on occupera l’extrémité de l’île Ober Ufer, sans quoi l’ennemi viendrait établir des batteries à 400 toises du pont. Le général Bertrand doit donc donner des ordres pour que, sans délai, cette position soit assurée et les ouvrages commencés. Comme elle a, je crois, 400 toises, il paraîtrait naturel de l’occuper par une espèce de bonnet-de-prêtre. On propose ensuite de jeter un second pont en B; il est hors de doute que ce pont doit être jeté pour avoir un second débouché au moment où Presbourg deviendra le centre des opérations. On occupera alors l’île de Pœtschen comme tête de pont.

Ce pont serait situé à 1,200 toises de l’autre pont, et il deviendrait convenable, dans cette hypothèse, de bien étudier les positions y et y’, qui doivent joindre le chemin avec les hauteurs de Neudorf et servir en même temps à protéger le passage du nouveau pont et du pont de Theben. Le général Rogniat doit faire faire cette reconnaissance en grand détail. Le plan qu’on a sous les yeux est petit et sans échelle, on ignore les distances qu’il y a de Z à Y, d’y à y’ et d’y à g. Ce plan suppose qu’avec des redoutes on occuperait les hauteurs dominantes, et qu’on tracerait ensuite à chaque tête de pont son ouvrage particulier.

2° Observation. Le pont établi comme il l’est, l’île Ober Ufer occupée, il faut d’abord imaginer une tête de pont qui nécessairement doit contenir toute la ville de Presbourg et ses faubourgs. Sur le plan, il paraîtrait que depuis le plan 5 (ou le Calvaire) jusqu’au point 7 il n’y aurait que 500 toises. Cette étendue de 1,500 toises pourrait se défendre, 1° par un ouvrage G , qui devrait être le plus considérable, étant la tête de la position dans tout le système; 2° par quatre redoutes de 30 toises de côté, palissadées, placées et dessinées de manière à croiser leurs feux et à se défendre entre  elles. Comme ces redoutes devraient n’être qu’à 250 ou 300 toises l’une de l’autre, on pourrait en mettre une de plus, s’il était nécessaire, et elles se soutiendraient réciproquement. On pourrait ensuite, à 2 ou 300 toises derrière, tracer des lignes qui auraient à peu près 1,200 toises, qu’il faudrait prolonger jusqu’au château; ce qui ferait 500 toises d’augmentation. Ce serait donc une étendue de lignes de 1,800 toises. Ces lignes ne pourraient être qu’un bon fossé bien palissadé, avec des échantillons plus forts aux angles saillants, et l’on placerait les angles saillants entre les redoutes, de manière qu’ils tombassent au milieu des redoutes, afin de leur donner une nouvelle force. Comme c’est l’échantillon qui constitue spécialement la force des ouvrages, et qu’ici l’échantillon serait très-faible, toute la force serait placée dans les redoutes qui seraient en avant de la ligne et dans les cinq redoutes intermédiaires formées par les saillants de cette ligne. On aurait une position convenable.

Ces quatre redoutes doivent employer chacune 200 hommes pendant dix jours: total : 800 travailleurs pendant dix jours.

La tête de pont de l’île Ober Ufer doit employer 400 travailleurs pendant quinze jours.

La position dominante G doit encore employer 400 hommes pendant quinze jours.

Ces ouvrages emploieront donc 1,600 hommes pendant dix à quinze jours. Les lignes de l’enceinte doivent être l’objet d’un millier d’hommes pendant quinze jours, et, comme on suppose 6,000 travailleurs, on aurait donc encore 3,000 hommes pour divers ouvrages.

En prenant le pont comme point de centre, tous les ouvrages qu’on vient de tracer ne doivent présenter qu’un cercle de l’étendue de 1,200 toises. Voilà sans doute déjà une tête de pont convenable, pouvant servir de retraite et de point d’appui à une armée, et il est probable qu’avec une division de 12 à 15,000 hommes et une soixantaine de pièces d’artillerie, ces ouvrages, une fois finis, pourraient soutenir l’attaque d’une armée de 80,000 hommes.

Sans doute qu’il serait à souhaiter que l’enceinte fût plus petite, mais il est impossible de songer à démolir la ville, et cependant il serait possible que dans le tracé, et moyennant quelques démolitions, on pût mieux appuyer la droite.

3e Observation. La tête de pont de Presbourg ainsi faite, il faut la lier avec les ponts de Theben et de Neudorf. La hauteur Z est déjà occupée, il faut donc occuper les hauteurs y, y’ et g, ce qui fera quatre redoutes. Comme nous l’avons dit plus haut, cette partie est à étudier. Le but serait de conserver le chemin de Presbourg à Theben le long du Danube, pour qu’on puisse se retirer par la rive droite du Danube ou même par la rive gauche en se reployant sur Theben.

4e Observation. Le quatrième objet à remplir, c’est de favoriser un champ de bataille pour une armée. La droite n’offre aucune difficulté; deux ou trois redoutes dans la plaine, à 5 ou 600 toises des autres, favoriseraient suffisamment le champ de bataille et donneraient des feux sur 1,200 toises de plaine, parfaitement appuyées à la rivière et qui seraient inattaquables. Les ouvrages i, l, n, o donneraient la jouissance de la grande route de Vienne par Schloss Hof. Il resterait donc à reconnaître quel est le point dominant entre Neudorf, Ballenstein et le Danube, il est probable que les positions P et T ne sont pas les plus dominantes, et que les montagnes continuent à s’élever; je ne sais ce que c’est qu’un château qu’on voit à une lieue de Stampfen. Cette reconnaissance fera voir la position qu’il faudrait prendre, si l’ennemi marchait sur Stampfen, pour pouvoir alors toujours appuyer la gauche sur la March.

Sans doute que les fortifications établies devant Presbourg donneront toujours l’avantage de pouvoir se retirer sur Presbourg et d’avoir ses ponts gardés par une petite partie de ses forces tenant en échec une plus grande partie des forces de l’ennemi; mais cependant il est nécessaire de reconnaître le pays et de proposer quelques ouvrages en forme de vedette et d’observatoire, qui auraient pour objet de mettre en mesure d’éclairer la marche de l’ennemi et d’arriver à Neudorf avant lui.

On connaît bien la situation de la hauteur entre Theben et Neudorf. Il faudrait bien connaître également la situation des hauteurs qui dominent Ballenstein, afin de se ménager quelques avantages pour arriver à ces positions avant l’ennemi, soit par des communications, soit par quelques ouvrages.

De Saint-Georges à Marchegg il y a une route qui traverse les Karpathes; de Bœsing à Anger il y a une autre route qui traverse également les Karpathes; on désirerait donc, s’il est possible, quelques redoutes sur ces hauteurs, pour protéger constamment la route de Presbourg et pouvoir arriver sur la March avant l’ennemi, s’il s’avançait sur cette rivière par l’une ou l’autre des routes ci-dessus désignées.

En résumé : 1° l’ouvrage de l’île Ober Ufer doit être commencé sans délai, et le général Bertrand doit y mettre des travailleurs sans attendre de nouveaux ordres, puisque sans cet ouvrage le pont de Presbourg n’est pas sûr; 2° La tête de pont de Presbourg doit consister en une ligne de redoutes qui s’appuie à la petite rivière qui coupe la vallée de Theben, et dont le centre soit la hauteur du Calvaire, qui devra être parfaitement fortifiée, et enfin en une enceinte ayant des points saillants en forme de redoutes, qui s’appuie au château; 3° On doit étudier la manière de protéger par une série d’ouvrages la route de Presbourg à Schloss Hof et tous les ponts sur le Danube entre Theben et Presbourg, c’est-à-dire assurer, pour seconde précaution, la route qui de Presbourg va à Theben, et enfin appuyer la droite de la ligne par des redoutes qui arrivent au Danube.

 

Camp impérial de Schönbrunn, 5 août 1809

ORDRE DU JOUR.

Sa Majesté témoigne son mécontentement au maréchal prince de Ponte-Corvo pour son ordre du jour daté de Leopoldau le 7 juillet, qui a été inséré à une même époque dans presque tous les journaux, dans les termes suivants:

“Saxons ! Dans la journée du 5 juillet, 7 à 8,000 d’entre vous ont percé le centre de l’armée ennemie et se sont portés à Deutsch-Wagram, malgré les efforts de 40,000 hommes soutenus par 50 bouches à feu. Vous avez combattu jusqu’à minuit et bivouaqué au milieu des lignes autrichiennes. Le 6, dès la pointe du jour, vous avez recommencé le combat avec la même persévérance, et, au milieu des ravages de l’artillerie ennemie, vos colonnes vivantes sont restées immobiles comme l’airain. Le grand Napoléon a vu votre dévouement; il vous compte parmi ses braves.

Saxons ! La fortune d’un soldat consiste à remplir ses devoirs;  vous avez dignement fait le vôtre !

Au bivouac de Leopoldau, le 7 juillet 1809.

Le maréchal d’Empire, commandant 9e corps, BERNADOTTE “

Indépendamment de ce que Sa Majesté commande son armée en personne, c’est à elle seule qu’il appartient de distribuer le degré de gloire que chacun mérite.

Sa Majesté doit le succès de ses armes aux troupes françaises et non à aucun étranger. L’ordre du jour du prince de Ponte-Corvo, tendant à donner de fausses prétentions à des troupes au moins médiocres, est contraire à la vérité, à la politique et à l’honneur national. Le succès de la journée du 5 est dû aux corps des maréchaux duc de Rivoli et Oudinot, qui ont percé le centre de l’ennemi en même temps que le corps du duc d’Auerstaedt le tournait par sa gauche. Le village de Deutsch-Wagram n’a pas été en notre pouvoir dans la journée du 5. Ce village a été pris, mais il ne l’a été que le 6, à midi, par le corps du maréchal Oudinot.

Le corps du prince de Ponte-Corvo n’est pas resté “immobile comme l’airain ” : il a battu le premier en retraite. Sa Majesté a été obligée de le faire couvrir par le corps du vice-roi, par les divisions Broussier et Lamarque, commandées par le maréchal Macdonald, par la division de grosse cavalerie aux ordres du général Nansouty, et par une partie de la cavalerie de la Garde. C’est à ce maréchal et à ses troupes qu’est dû l’éloge que le prince de Ponte-Corvo s’attribue.

Sa Majesté désire que ce témoignage de son mécontentement serve d’exemple, pour qu’aucun maréchal ne s’attribue la gloire qui appartient aux autres.

Sa Majesté, cependant, ordonne que le présent ordre du jour, qui pourrait affliger l’armée saxonne, quoique les soldats sachent bien qu’ils ne méritent pas les éloges qu’on leur donne, restera secret et sera seulement envoyé aux maréchaux commandant les corps d’armée.

 

Schönbrunn, 6 août 1809.

Au comte Fouché, ministre de la police générale, à Paris

Monsieur Fouché, j’aurais désiré qu’on n’eût arrêté à Rome que le cardinal Pacca et qu’on y eût laissé le Pape. J’aurais désiré, puisqu’on n’a pas laissé le Pape à Gênes, qu’on l’eût mené à Savone; mais, puisqu’il est à Grenoble, je serais fâché que vous l’eussiez fait partir pour le conduire à Savone; il vaudrait mieux le garder à Grenoble, puisqu’il y est; cela aurait l’air de se jouer de ce vieillard. Je n’ai pas autorisé le cardinal Fesch à envoyer personne auprès de Sa Sainteté; j’ai seulement fait connaître au ministre des cultes que je désirerais que le cardinal Maury et d’autres prélats écrivissent au Pape pour savoir ce qu’il veut, et lui fîssent comprendre que, s’il renonce au Concordat, je le regarderai de mon côté comme non avenu. Quant au cardinal Pacca, je suppose que vous l’aurez envoyé à Fenestrelle, et que vous avez défendu qu’il communiquât avec personne. Je fais une grande différence entre le Pape et lui, d’abord à cause de sa qualité, et pour ses vertus morales. Le Pape est un homme bon, mais ignorant et fanatisé. Le cardinal Pacca est un homme instruit et un coquin, ennemi de la France, qui ne mérite aucun ménagement. Aussitôt que je saurai où se trouve le Pape, je verrai à prendre des mesures définitives; bien entendu que, si déjà vous l’aviez fait partir pour Savone, il ne faut point le faire revenir.

 

Schönbrunn, 6 août 1809, trois heures du matin

Au maréchal Davout, duc d’Auerstaedt, commandant le 3e corps de l’armée d’Allemagne, à Brunn

Mon Cousin, vous devez avoir reçu les ordres de l’état-major pour détruire les ouvrages de Gœding. Il me paraît que l’ennemi se jette derrière la March. Il n’y a plus personne dans le cercle d’Iglau. Il me paraît donc nécessaire que vous ayez vos principales troupes d’infanterie légère aux débouchés des routes de Swillau, d’Olmütz, de Hradisch et de Gœding. Tout cc que vous avez du côté du cercle d’Iglau peut en être ôté, ou du moins diminué. On dit que le quartier général de l’armée autrichienne doit être à Kremsir; vous ne m’avez pas instruit de ce que vous pouvez savoir à cet égard. Les postes que vous avez en avant de Wischau, du côté de Hradisch, devraient vous donner des nouvelles fréquentes.

Faites-moi connaître tous les cantonnements de votre corps d’armée.

Le général Pacthod m’a écrit pour avoir une destination. Le général Gudin, que je vois à la parade, me paraît bien faible; je ne pense pas qu’il puisse servir avant un mois. Choisissez une position pour l’armée sur Brünn. Allez vous-même bien reconnaître une position à Nikolsburg, en supposant que l’ennemi fût du côté de Gœding.

Je suppose qu’il y a à Brünn des manutentions et que vous formez un magasin. Il faut que vous ayez 50,000 rations et que vous ayez en magasin un million de farine, dans le cas où l’armée se porterait sur Brünn.

J’ai donné l’ordre an général Bertrand de faire travailler à la citadelle; surveillez-en les travaux. Je tarderai encore quelques jours avant d’envoyer les dix-huit pièces nécessaires à son armement.

Vous avez des ingénieurs-géographes; faites bien faire la reconnaissance du champ de bataille d’Austerlitz avec Gœding et Nikolsburg, c’est-à-dire bien reconnaître la rivière et la vallée de la Schwarza jusqu’à son embouchure dans la Taya.

 

Schönbrunn, 6 août 1809.

Au vice-amiral comte Decrès, ministre de la marine, à Paris

Monsieur le Vice-amiral Decrès, aussitôt que la paix aura lieu ici, mon intention est de reprendre Cayenne. Je suppose que vous avez tous les plans, mémoires et renseignements nécessaires des hommes qui reviennent de ce pays. Faites-vous donner par Victor Hugues un mémoire sur les moyens de reprendre cette colonie, sur la force de l’expédition et le lieu d’où elle doit partir. La division du contre-amiral Gourdon, qui peut être augmentée de manière à porter 2,000 hommes, serait-elle suffisante ? Il faudrait pour cette expédition un assortiment de petits bâtiments. Arrangez-vous pour avoir sous la main tous les officiers de marine et les officiers d’artillerie et du génie qui viennent de cette colonie, et faites-moi connaître quelle est l’époque favorable pour cette expédition.

Dans quelle situation se trouve la Guadeloupe ?

 

Schönbrunn, 6 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Donnez ordre que l’officier du 5e de hussards qui a fait l’achat des chevaux soit arrêté. On me dépense beaucoup d’argent sans utilité; des chevaux de quatre ans ne servent de rien; des chevaux borgnes et aveugles ne servent de rien. Prenez des mesures pour qu’à Strasbourg on donne des sommes aux détachements de cavalerie pour le ferrage pendant la route. Désormais ne laissez plus partir de détachements de Strasbourg qu’ils n’aient un capitaine ou un lieutenant pour les commander.

 

Schönbrunn, 6 août 1809, sept heures du soir.

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Je reçois votre lettre du 31 juillet, par laquelle vous m’instruisez que deux cents voiles de toutes grandeurs sont signalées du côté de l’île de Walcheren. L’île de Walcheren doit avoir, en troupes françaises et hollandaises, 6,000 hommes; envoyez-y de jeunes officiers d’artillerie et du génie, hommes de zèle et attachés. Je suppose que les magasins de Flessingue sont approvisionnés et que vous avez un chiffre avec le général Monnet. Je lui ai donné l’ordre, que vous lui réitérerez, de couper les digues si cela était nécessaire. Je suppose également que le général Chambarlhac se sera porté sur l’île de Cadzand avec le corps qui est à Louvain, la demi-brigade provisoire qui est à Gand et tout ce qu’il aura pu tirer des 16e et 24e divisions militaires, et que le général Rampon l’aura suivi avec son corps de gardes nationales, ce qui formera là 9 ou 10,000 hommes; qu’il aura fait atteler douze pièces de canon à Gand, à Douai, à Saint-Omer, pour ne pas manquer d’artillerie de campagne; qu’il aura fait venir de Maëstricht ce qui s’y trouvait, et que le général Sainte-Suzanne aura formé une colonne avec du canon pour se porter partout.

Envoyez à Anvers des officiers d’artillerie et du génie et un commandant supérieur. La marine a à Anvers 12 ou 1,500 hommes qui peuvent servir. On peut former à Anvers quelques bataillons de gardes nationales pour faire la police de la ville et concourir à la défense.

Si le débarquement s’est effectué, vous aurez mis en état de siège Anvers, Ostende, Lille; vous aurez fixé l’attention du roi de Hollande sur les places de Breda et de Berg-op-Zoom, et, s’il y a lieu, vous aurez ordonné l’armement de la première ligne de mes places fortes de Flandre.

Vous pouvez réunir quelques détachements de cavalerie et en former quelques escadrons provisoires.

Vous n’aurez pas manqué d’envoyer le maréchal Moncey porter son quartier général à Lille, en le chargeant de requérir tout ce qu’il pourra de gendarmerie pour réunir un millier d’hommes de cette bonne cavalerie.

Vous aurez retenu les détachements en marche, même ceux destinés pour l’armée, tels que 3,000 hommes venant de la 12e division militaire, et vous les aurez dirigés soit sur Paris, soit sur les points où ils peuvent être utiles.

Enfin, s’il y a lieu, demandez la réunion d’un conseil chez l’archichancelier pour requérir 30,000 hommes de gardes nationales dans les 1e, 2e, 14e, 15e, 16° divisions militaires, et quelques bataillons dans les 24e et 25e, et pour que chaque ministre fasse les circulaires convenables pour exciter la nation et surtout les départements où il est nécessaire de lever des gardes nationales.

Après les avantages que nous avons ici, je suppose que les Français ne se laisseront pas insulter par 15 ou 20,000 Anglais. Je ne vois pas ce que les Anglais peuvent faire; ils ne prendront pas Flessingue, puisque les digues peuvent être coupées; ils ne prendront pas l’escadre, puisqu’elle peut remonter jusqu’à Anvers et que cette place et son port sont à l’abri de toute attaque. J’imagine que le ministre Dejean se sera empressé d’approvisionner ses magasins. Si la descente était sérieuse, prenez des mesures pour avoir dans le Nord le plus grand nombre possible de pièces de canon attelées, soit par voie de réquisition, soit autrement. Je vous autorise même, dans un cas urgent, à retenir une partie des dix compagnies d’artillerie que vous m’envoyez.

Donnez ordre au duc de Valmy de se rendre à Wesel, où il sera mieux placé pour assurer cette place importante.

 

Schönbrunn, 7 août 1809, trois heures du matin.

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Je reçois votre lettre du 1er août. Il me paraît que l’ennemi en veut à l’île de Walcheren. J’ai fait donner l’ordre au général Monnet, s’il était pressé, plutôt que rendre la place, de couper les digues.

Réitérez-lui cet ordre par des officiers.

Je vois avec plaisir que vous avez envoyé dans le Nord les gardes nationales et les 3e et 4e demi-brigades qui étaient à Paris. J’aurais désiré que vous y eussiez envoyé le maréchal Moncey pour réunir un corps de gendarmerie d’un ou deux milliers de chevaux. Il avait été fait dans le temps un travail pour qu’en cas d’évènement la gendarmerie fût prête à se porter sur Boulogne ou sur Flessingue, selon les circonstances.

J’ai envoyé à M. l’archichancelier un décret pour lever 30,000 gardes nationales, si cette mesure est nécessaire, dans les 1e, 2e, 3e, 4e, 14e, 15e, 16e, 24e et 25e divisions militaires. Il faudrait, dans ce cas, les diviser en quatre ou cinq corps, que commanderaient des sénateurs comme les généraux Latour-Maubourg, Soulès, d’Aboville, Beurnonville, etc., en mettant sous leurs ordres de bons généraux de brigade et de bons adjudants commandants.

Si l’expédition anglaise est sérieuse et que le prince de Ponte-Corvo soit sous votre main, mettez les 24e et 25e divisions militaires sous ses ordres et envoyez-le diriger ce mouvement, ou envoyez le maréchal Moncey. Il faut que vous preniez sur vous. Il me semble que je n’ai rien à redouter de cette opération. Flessingue ne peut être pris, puisque, si le général Monnet est serré un peu de près, en trois marées il peut inonder l’île et mettre tout dans l’eau. L’ennemi ne peut prendre mon escadre, puisque, au pis aller, elle peut remonter jusqu’à Anvers. Vous aurez envoyé un général de division pour y commander. Le ministre Dejean, comme inspecteur général du génie, pourrait s’y porter pour presser l’armement et le parfait approvisionnement de cette place. Cette tournée, sous le rapport de sa double fonction de directeur de l’administration de la guerre et d’inspecteur général du génie, peut être très utile. Il inspectera mes places d’Anvers, d’Ostende, de Juliers, et les fera approvisionner et armer. Le général Chambarlhac a bien fait de retenir le bataillon du 65e.

Par l’ordre que j’ai donné au duc de Valmy de retenir les détachements des troupes qui passent à Strasbourg pour venir rejoindre l’armée, vous verrez que je suis d’opinion que vous gardiez tous les moyens qui vous sont utiles en France pour faire face à cette attaque. Il est important que les 6,000 hommes de gardes nationales du général Rampon soient remplacés à Saint-Omer, pour que Boulogne soit en sûreté, le général Sainte-Suzanne pourrait commander ces gardes nationales et être remplacé à Boulogne par un général de la ligne.

La gendarmerie seule peut vous former une cavalerie passable.

Je vais vous renvoyer le général Colaud.

Vous avez dans la main une classe d’hommes intelligents et très utiles que vous pouvez employer, c’est celle des majors; il y en a beaucoup dans la 16e division militaire, employez-les. Les majors d’infanterie et de cavalerie sont en général très bons.

Envoyez dans le Nord un général d’artillerie et faites atteler beaucoup d’artillerie de campagne.

Si les Anglais prennent l’île de Walcheren et continuent la campagne, soit en France, soit en Hollande, vous avez un mois pour vous préparer. Je ne puis penser qu’ils aient entrepris cette expédition pour se rembarquer aussitôt et retourner chez eux. Mais il faut partir du principe que cela n’influera en rien sur mes opérations ici; tout au plus m’y porterai-je de ma personne, mais je n’y mènerai pas un homme. Il faut tout organiser et diriger dans ce sens. Vous pouvez retenir les trois compagnies d’artillerie de la Garde et les vingt-quatre pièces de canon qui sont à Strasbourg. En général, tout ce que je vous ai demandé m’est utile, mais non indispensable; c’est à vous à distinguer ce que vous devez envoyer de ce que vous pouvez garder, si l’expédition devient sérieuse. .le ne crois pas qu’elle reçoive de renforts; où les Anglais prendraient-ils tant de troupes ? Il paraît que lord Wellesley est entré avec 25,000 hommes à Talavera. Si cela est vrai, les Anglais, qui ont besoin de troupes pour soutenir cette expédition d’Espagne, ne peuvent avoir le monde nécessaire pour prendre Walcheren et faire une puissante diversion.

Je suppose que le roi de Hollande se sera mis en mouvement et aura créé ses gardes nationales. Il doit avoir 6 à 7,000 hommes dans la main.

 

Schönbrunn, 7 août 1809.

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Monsieur le Général Clarke, vous ne m’envoyez point de nouvelles d’Espagne.

Une lettre du Roi, en date du 25 juillet, me mande que le général Wellesley est arrivé avec 25,000 Anglais à Talavera de la Reina et s’est réuni à Cuesta.

Il est bien malheureux que le maréchal Soult ait si mal manœuvré, que de ne s’être pas réuni au Roi. J’espère que le Roi, avec la garnison de Madrid, les 1er et 4e corps, formant 55,000 hommes, aura pris position pour empêcher l’ennemi d’entreprendre sur Madrid, et se sera fait joindre par le maréchal Soult; il aurait alors plus de 100,000 hommes. Ce serait une belle occasion de donner une leçon aux Anglais et de finir la guerre.

 

Schönbrunn, 7 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Écrivez au général Baraguey d’Hilliers qu’il est possible que les hostilités recommencent. Dans ce cas il doit se tenir prêt à pouvoir centraliser promptement ses troupes sur Laybach, pour, de là, se réunir au maréchal Macdonald sur Graz. Les forts de Prewald n’ont pas encore été défaits.

 

Schönbrunn, 7 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Mon Cousin, expédiez un officier au général Baraguey d’Hilliers, qui sera porteur d’un ordre au maréchal Macdonald pour approvisionner, armer et mettre en bon état la forteresse de Graz, et pour presser la rentrée des contributions. Écrivez au général Schilt, à Trieste, que vous l’autoriserez à traiter avec les canonniers autrichiens et à leur conserver leur grade, s’ils veulent se rendre. De Trieste, votre officier se rendra en Dalmatie pour savoir ce qui se passe, et sera porteur d’un ordre au général qui commande à Zara. pour qu’il envoie par mer les hommes sortant des hôpitaux, appartenant au corps du duc de Raguse.

 

Schönbrunn, 7 août 1809

Au maréchal Kellermann, duc de Valmy, commandant l’armée de réserve du Rhin, à Strasbourg

Mon Cousin, j’apprends que les Anglais menacent de débarquer sur les côtes de Hollande et dans l’île de Walcheren. Cela étant, je désire que vous vous rendiez à Wesel et que vous preniez des mesures pour la sûreté de cette place importante. Arrêtez les détachements de cavalerie et d’infanterie qui passent par Strasbourg pour se rendre à l’armée, afin d’en former un corps, et, si cela devient nécessaire, le diriger sur Wesel pour la sûreté du pays, et pour être à même de se porter où il serait nécessaire dans le Nord. Mandez par l’estafette au ministre de la guerre cet ordre que je vous donne, afin qu’il vous tienne instruit.

 

Schönbrunn, 8 août 1809, six heures du matin.

Au prince Cambacérès, archichancelier de l’empire, à Paris

Mon Cousin, vous aurez reçu mon décret sur la levée de 30,000 gardes nationales. Je suis fâché que dans le conseil du 1er vous n’ayez pas pris sur vous d’appeler les gardes nationales; c’est se méfier à tort d’elles. Je suppose qu’en recevant mon décret vous vous serez occupé de les former en quatre ou cinq divisions, et de désigner des généraux du Sénat pour les commander; que vous aurez fait votre communication au Sénat, qui servira de publication. Le Sénat répondra par une adresse où il m’adressera la parole, et qui sera une espèce de proclamation. Tout cela s’imprimera de suite. De leur côté, les ministres donneront l’impulsion. Il faut avoir sur-le-champ, en première et en seconde ligne, 80,000 hommes, et imprimer un mouvement à la nation pour qu’elle se montre, d’abord pour dégoûter les Anglais de ces expedition et leur faire voir la nation toujours prête à prendre les armes; ensuite pour reprendre l’île de Walcheren, si elle venait à être prise, et aider la Hollande à les chasser de chez elle, s’ils l’envahissaient; enfin pour favoriser les négociations entamées ici; et certes cela leur nuira, si l’on me croit embarrassé par le débarquement des Anglais. Ainsi donc tous les moyens d’influencer l’opinion publique doivent être pris; les gardes nationales de chaque département doivent être désignées et réunies, et les anciens soldats qui voudraient faire cette campagne pour battre les Anglais doivent être invités à se réunir à Lille pour former une légion.

 

Schönbrunn, 8 août 1809, six heures du matin

NOTE POUR LE MINISTRE DE LA GUERRE

Si les Anglais investissent et assiégent Flessingue, je ne vois pas de moyen de les chasser par la force. Flessingue doit trouver son salut en coupant ses digues et en inondant l’île. Cette opération faite, l’ennemi sera obligé de se rembarquer, et son expédition aura échoué. Je vois avec plaisir que l’escadre avait commencé à remonter le 31; elle sentira qu’elle ne sera à l’abri qu’à Anvers, et s’y retirera.

L’ennemi ne peut bloquer et assiéger Anvers qu’avec des forces beaucoup plus grandes. Il serait attaqué par la Hollande et la France et n’aurait pas le temps de prendre la place.

Que peuvent faire les Anglais ? S’ils passent en Belgique, ce sera une guerre détestable pour eux; ou ils entreront en Hollande pour ravager.

Gand me paraît une fort bonne position pour réunir l’armée. Saint-Omer, Lille, Bruxelles, Anvers, me paraissent bons pour réunir les cinq divisions de gardes nationales de seconde ligne.

 

Schönbrunn, 8 août 1809, six heures du matin

Au vice-amiral comte Decrès, ministre de la marine, à Paris

Je reçois votre lettre et l’instruction donnée à l’amiral Missiéssy. Je ne comprends pas que mon escadre puisse faire autre chose dans cette rivière que se faire brûler, au lieu qu’à Anvers elle est à l’abri de tout événement. Le but des Anglais est de prendre l’escadre; à Anvers, elle n’a rien à craindre. Une frégate, les chaloupes canonnières de l’Escaut, et un ou deux vaisseaux s’il est nécessaire, pourraient rester pour défendre la rivière. Dans cette mer étroite, dix vaisseaux ne font pas plus qu’un, et les canonnières vaudront mieux: que cela. D’ailleurs, je ne vois pas le but des Anglais, si ce n’est de prendre mon escadre; elle est en sûreté à Anvers, car là elle est à l’abri d’un coup de main, avec le renfort des 6,000 hommes des vaisseaux. C’est le parti qu’avait proposé, je crois, le roi de Hollande, et qu’il fallait prendre quand on a vu le commencement du débarquement et qu’on a pu juger les projets des Anglais.

P. S. Envoyez un officier de marine avec la mission d’entrer à Flessingue et de porter au gouverneur l’ordre que je lui ai donné plusieurs fois de couper les digues de l’île.

 

Schönbrunn, 8 août 1809

Au comte Mollien, ministre du trésor public, à Paris

Monsieur Mollien, je viens de rendre un décret que vous recevrez incessamment et qui contient les dispositions suivantes. L’armée d’Italie et l’armée de Dalmatie, depuis le 1er janvier jusqu’au 1er avril, sont au compte du trésor public de France. Depuis le 1er avril jusqu’au 1er octobre, elles seront payées par la caisse des contributions de la cinquième coalition, pour les troupes qui sont en Allemagne; mais, pour les troupes ainsi que pour les dépôts qui seront en Italie, en Dalmatie ou en France, elles continueront à être payées par le trésor public. La caisse de la cinquième coalition vous rendra tout ce que vous vous trouverez avoir avancé depuis le 1er avril. Il est donc nécessaire que vous fassiez dresser des états, 1° de tout ce que vous avez fourni à l’armée d’Italie et à l’armée de Dalmatie depuis le 1er janvier jusqu’au 1er avril, et qui doit rester au compte du trésor public; 2° de tout ce que vous aurez avancé depuis le 1er avril jusqu’au 1er octobre, ce qui doit vous être rendu par la caisse de la cinquième coalition. Il est également nécessaire que vous fassiez faire l’état le plus rigoureusement exact de ce que doit vous coûter le petit nombre de troupes qui restent en Italie et en Dalmatie, et que vous fassiez connaître quelles seront les modifications qui en résulteront dans les budgets de la guerre et de l’administration de la guerre, pour les six mois pendant lesquels l’armée d’Italie et celle de Dalmatie seront au compte de la caisse de la cinquième coalition. On ne stipule rien pour une époque au delà de ces six mois, parce que l’on ne peut rien statuer d’avance pour un temps aussi éloigné. Le budget de l’armée du Rhin, en recettes et en dépenses, arrêté par décret du 19 février, n’aura de valeur que jusqu’au 1er avril; à dater de cette époque il sera annulé. En conséquence, tout ce que le trésor public et la caisse de l’extraordinaire se trouveront avoir fourni à l’armée d’Allemagne depuis cette époque leur sera rendu par la caisse de la cinquième coalition. Il faut donc que vous en fassiez dresser les états. Nous entendons par les fonds de la cinquième coalition les revenus de tous les pays qui étaient en réserve en Allemagne avant le 1er avril, et les revenus et le produit des contributions des pays acquis depuis les nouvelles conquêtes. Au moment de la guerre et depuis le 1er avril, j’ai accordé des fonds au génie, à l’artillerie, au major général, à l’intendant général. Mon intention est que ces fonds soient remboursés au trésor ou à la caisse de l’extraordinaire, selon qu’ils auront été fournis par l’un ou par l’autre. Cela fera un soulagement considérable pour le trésor. J’ai pour but que tout ce qui se dépense en Allemagne soit au compte de la caisse des contributions, ne laissant au compte du trésor que les dépenses qui se font en France, soit pour les remontes, soit pour l’habillement, etc. Je désire que, quand les états seront dressés, vous ayez une conférence avec le ministre de la guerre et l’administration de la guerre pour savoir quelle économie il résultera de ces dispositions, tant pour le trésor que pour la caisse de l’extraordinaire. Le ministre de l’administration de la guerre était dans l’usage d’envoyer 500,000 francs par mois en Dalmatie; 100,000 francs doivent suffire maintenant; ainsi ce sera pour six mois une économie de 2,400,000 francs. La solde, les vivres, les fourrages, les gratifications de campagne, etc., coûtaient pour l’armée d’Italie environ 3 millions par mois. Cette dépense doit aujourd’hui être réduite à bien peu de chose, et probablement à une somme qui n’excède pas 300,000 francs. Cela fera donc pour six mois 15 ou 16 millions d’économie. Au commencement d’avril, j’ai mis des fonds à la disposition du major général, de l’intendant général, du génie et de l’artillerie. Ces fonds doivent rentrer aux crédits sur lesquels ils ont été imputés. Enfin la caisse de l’extraordinaire devait fournir 3 millions par mois; elle gagnera donc pour six mois 18 millions. Je suppose que, pour les deux ministères, les dispositions de mon décret produiront d’économie 30 millions au trésor et 18 millions à la caisse de l’extraordinaire. Je ne dis cela que de mémoire et pour vous faire connaître comment je conçois les choses en attendant les renseignements précis que vous m’enverrez.

 

Schönbrunn, 8 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

En lisant avec attention l’état que vous m’avez envoyé en date du 1er août, je vois que j’ai 4,000 hommes en garnison à Flessingue, plus ce qu’il peut y avoir de la marine.

Dans l’île de Cadzand, une brigade commandée par le général Rousseau est composée de 1,000 hommes; elle fait partie de la division du général Chambarlhac, et je vois que le général Chambarlhac a, de plus, à Gand la 8e demi-brigade de réserve. Je suppose un colonel en second pour la commander. Il faut y envoyer des majors pour commander chacun un ou deux bataillons.

Je vois le 48e, le 108e, le 13e léger et le 65e, quatre bataillons formant 3,000 hommes. Envoyez deux majors : l’un commandera le 48e et le 108e; l’autre le 13e et le 65e. Envoyez également trois généraux de brigade dans la division Chambarlhac, savoir, le général Rousseau, un pour la 8e demi-brigade provisoire et un pour les quatre bataillons. Tout ce que l’on pourra retirer des dépôts, faites en former un bataillon provisoire commandé par un major. La division Chambarlhac sera ainsi composée de trois brigades et de plus de 6,000 hommes. Tous les détachements de cavalerie que vous pourriez vous procurer, il faut en former plusieurs régiments de marche commandés chacun par un major.

Les gardes nationales du Nord, qu’il faut compléter à 6,000 hommes, envoyez le général Soulès pour les commander, avec deux généraux de brigade et quatre majors.

Les gardes nationales d’élite auront deux généraux de brigade et le général Rampon pour les commander. Envoyez un général pour commander la cavalerie légère et envoyez un général pour commander la gendarmerie.

Une autre division, que le général Olivier pourra commander, sera composée de la 3e et de la 4e demi-brigade de réserve et des 6e et 7e; ce qui ferait 7 à 8,000 hommes. Il faudrait également beaucoup de majors et deux généraux de brigade.

Alors on aurait une armée active composée de la manière suivante :

INFANTERIE. – Division Chambarlhac : 1ee brigade, Rousseau (pour mémoire, chargée de la défense de Cadzand) , 1,000 hommes. – 2e brigade: 8e demi-brigade de réserve, 1,200 hommes, et bataillons provisoires de la 16e division militaire, 1,500 hommes; total, 2,700 hommes. – 3e brigade: bataillons des 48e, 108e, 13e et  65e, 3,000 hommes. – Division Olivier: le brigade: 3e et 1e demi-brigade provisoires, 4,000 hommes. – 2e brigade: 6e et 7e demi-brigade provisoires, 4,000 hommes.

GARDES NATIONALES. – Gardes nationales du Nord (sénateur Soulès), 6,000 hommes. – Gardes nationales d’élite (sénateur Rampon), 6,000 hommes.

CAVALERIE LÉGÈRE. – Plusieurs régiments provisoires; on suppose qu’on pourrait en former deux, chacun de 500 hommes; 1,000 hommes.

GENDARMERIE. – Quatre régiments, 2,000 hommes.

ARTILLERIE. – Soixante pièces attelées avec leur approvisionnement. Total général, 29,700 hommes.

Il est clair que cette armée a besoin d’un général en chef. Vous y mettrez Moncey, un général d’artillerie, un général du génie, un commissaire ordonnateur.

Il faut appeler ce corps: Armée du Nord.

Si l’on a envoyé le maréchal de Ponte-Corvo, j’approuve cette nomination; mais alors il faut mettre en deuxième ligne le maréchal Moncey ou le maréchal Serrurier.

2° Ligne. – Gardes nationales. Sur les 30,000 hommes levés en conséquence de mon décret, 6,000 hommes se réuniront à Bruxelles; 6,000 hommes se réuniront à Lille; 6,000 à Saint-Omer; 6,000 à Ostende; 6,000 à Anvers.

Chaque sénateur commandant aura quelques majors et organisera promptement ces 30,000 gardes nationales. Elles seront appelées Divisions de Gardes nationales de réserve.

Le duc de Valmy réunira à Wesel tout ce qu’il pourra d’infanterie et organisera en bataillons provisoires tout ce qu’il tirera des 5e et 2e divisions militaires. Il formera deux divisions et quatre brigades. Il formera un ou deux régiments provisoires de cavalerie. On suppose qu’il peut réunir promptement 10,000 hommes.

Le tout ferait près de 70,000 hommes, suffisants pour garder le Nord, garnir nos places el garantir la Hollande.

Il y a dans la 16e division militaire, ainsi que dans les 2e et 4e, une bien grande quantité de militaires et soldats qui ont servi. Les préfets peuvent les appeler, et vous en formeriez un bataillon par département appelé Bataillon volontaire, lesquels pourraient prendre l’engagement de rester sous les armes jusqu’à ce que les Anglais soient chassés du continent. Je suppose qu’on en trouverait beaucoup. Une circulaire de vous aux préfets serait suffisante pour cela.

 

Schönbrunn, 9 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre à Paris

Je reçois votre lettre du 3. Je vous ai fait connaître hier mes intentions. J’ai peu de choses à y ajouter aujourd’hui, seulement que vous devez exécuter toutes les dispositions que j’ai ordonnées, quand même les Anglais n’auraient fait aucun progrès et resteraient stationnaires dans l’île de Walcheren. Il est nécessaire, pour les négociations entamées ici, pour l’exemple de l’avenir et pour mes vues ultérieures, d’avoir une armée dans le Nord. Il est trop heureux que les Anglais nous donnent le prétexte de la former. A moins que les Anglais ne se soient embarqués et ne soient retournés chez eux, il faut lever les 30,000 hommes de gardes nationales, comme je l’ai ordonné par mon décret. Le seul inconvénient que cela aura, ce sera de me coûter quelques millions.

A vous parler confidentiellement, il est possible que, lorsque ceci sera terminé, je fasse occuper les côtes de Hollande pour fermer les ports de Hollande aux Anglais. Ils sentiront le résultat d’une clôture en règle des débouchés de l’Ost-Frise, de l’Elbe et de la Zélande. Jusqu’à cette heure, ils vont et viennent en Hollande comme ils veulent.

Je ne vois pas dans vos lettres que vous ayez réitéré au général  Monnet l’ordre de couper les digues, si la place était serrée de près. Je le lui ai dit de vive voix plusieurs fois; réitérez-le-lui de ma part, je n’admets aucune excuse. Je n’ai pas besoin de vous dire que le ministre Dejean et vous devez prendre des mesures pour faire passer des vivres à Flessingue; entendez-vous avec le ministre de la marine. Envoyez également à Flessingue 8 ou 10 officiers d’artillerie de tout grade, un officier du génie et un détachement de sapeurs. Ce que le général Rampon a de mieux à faire, c’est de tenir ses troupes réunies, jusqu’à ce que l’on voie ce que veut faire l’ennemi. Avec des troupes médiocres et en si petit nombre, le général Rampon ne peut chasser les Anglais de l’île de Walcheren; il se fera battre. La fièvre et l’inondation doivent seules faire raison des Anglais. Le roi de Hollande, qui peut disposer de 10 ou 12,000 hommes, les aura portés sur Berg-op-Zoom et aura approvisionné et mis en état ses places du Nord.

Quant à mon escadre, elle ne court aucun danger, puisqu’elle peut se réunir à Anvers et que ses 6,000 hommes augmenteront la garnison de cette place.

Je ne vois rien dans vos lettres qui soit relatif à mes places d’Ostende, de Lille, et à mes places fortes de première ligne. Ne perdez pas un moment pour les armer et approvisionner, si vous ne l’avez déjà fait, et pour lever des gardes nationales, qui en feront le service en règle. Comme je vous l’ai mandé il y a trois jours, à moins que l’ennemi n’ait évacué l’île de Walcheren et ne se soit rembarqué, ne partez de rien pour ne pas exécuter tous mes ordres. Faites mettre dans le Moniteur des bulletins de Flessingue. Il n’y a pas d’inconvénient que la nation soit instruite. Je vois avec peine que vous n’ayez pas mis Anvers en état de siège et que vous n’ayez envoyé personne pour y commander. Que voulez-vous que fasse ce pauvre général Rampon de tout ce que vous lui avez écrit, qui n’est propre qu’à lui faire tourner la tête ? S’il garnit toutes les batteries françaises et hollandaises de l’Escaut, il ne lui restera personne sous les armes. Comment voulez-vous qu’avec 14 à 15,000 gardes nationales il passe à Flessingue ? Et si, pendant qu’il exécute cette instruction, l’ennemi débarque dans l’île de Cadzand, les batteries seront prises et l’île perdue. Les débarquements de l’ennemi hors de l’île de Walcheren ne résultent pas des pièces que vous m’avez envoyées. Le ministre de la marine a confondu cela. Les nouvelles du 30 ont été détruites par celles du 31. Qu’appelez-vous une défensive dangereuse, et comment provoquez-vous un homme qui a de si mauvaises troupes à prendre l’offensive ? Les Anglais ne sont pas entrés dans le Sud-Beveland, pays de marais, où ils ne pourraient se maintenir. Ce qu’il y a de mieux à faire pour mon escadre, c’est d’entrer à Anvers, où elle n’a rien à craindre. Si le général Rampon passe sur la rive droite de l’Escaut, tout est perdu. Vous lui parlez comme s’il avait 20,000 grenadiers de ma Garde. Tout ce qu’il a à faire, c’est de rester à Gand, de garder l’île de Cadzand par des détachements, de s’organiser et d’exercer ses troupes. Tant que les Anglais seront dans l’île de Walcheren, il n’y a rien à craindre. Ils perdront deux mois devant Flessingue; la fièvre et l’inondation feront le reste. Le général Rampon ne doit envoyer personne à Flessingue; il y a tout autant de monde qu’il en faut. L’instruction que vous lui avez donnée est mauvaise; il vaut mieux ne pas écrire que d’écrire à un général quelque chose qu’il n’entende pas. S’il exécute votre ordre, il se fera battre et prendre par les Anglais, et ses 6,000 hommes de gardes nationales iront à Londres. Sa seule destination doit être, comme je vous l’ai dit, d’occuper l’île de Cadzand, c’est-à-dire les communications avec Flessingue, par des détachements, pouvant l’appuyer par tout son corps, de défendre la rive gauche, d’être toujours à même d’arriver à Anvers avant l’ennemi, et d’organiser son artillerie de campagne. Faites connaître au général Monnet qu’il n’a pas besoin d’un seul homme de secours. Je veux chasser les Anglais de l’île de Walcheren, qui doit être défendue par les fièvres et l’inondation. Mettez Ostende et Anvers en état de siège et envoyez-y de bons commandants. Que mon escadre rentre à Anvers; elle est là à l’abri de tout. Les Anglais ne sont pas assez insensés pour se disséminer dans un tas de petites îles; ils savent que des forces peuvent promptement se réunir contre eux de France et de Hollande. Il est constant, par le rapport du général Monnet du 31 et par les dépêches télégraphiques, qu’il y a 18,000 Anglais dans l’île de Walcheren, et que toute leur expédition est là. Si les Anglais étaient entrés dans le Sud-Beveland, le commandant d’Anvers n’aurait pas envoyé 800 hommes le 31 sur Gand. L’amiral Missiéssy m’a dit pour justifier sa retraite sur Anvers, que j’approuve beaucoup, puisque la présence de son escadre à Flessingue était inutile (hormis un vaisseau, une frégate et des chaloupes canonnières), et qu’il n’y avait de salut pour elle qu’à Anvers. Tant que les Anglais n’auront pas un avantage sur mes troupes, il n’y a rien de fait; mais les choses iraient mal, s’ils battaient le général Rampon et se portaient sur Gand.

Ce que les Anglais désirent, c’est de le voir passer l’Escaut. Ils périront par l’inaction et les maladies, suites d’une expédition mal combinée; ils perdent tous les jours, et sentent que la France et la Hollande, revenues de la première surprise, se lèvent contre eux; au lieu que, si le général Rampon se fait battre, leur expédition a eu un résultat. Je considère le corps du général Rampon comme un corps d’observation, qui ne doit rien hasarder, qui doit surveiller Ostende, Anvers, empêcher l’ennemi de débarquer sur la rive gauche de l’Escaut, et, à tout événement, couvrir mes places de Flandre. Organisez et complétez ce corps. Que voulez-vous que fasse le général Rampon avec 12,000 gardes nationales sans officiers ? Envoyez-lui des généraux de brigade, des majors, des officiers d’artillerie; organisez son artillerie de campagne. Pendant ce temps, le duc de Valmy réunira son corps à Wesel et le roi de Hollande ses moyens à Berg-op-Zoom. Il n’y aurait qu’une seule circonstance où le général Rampon pourrait hasarder une bataille, ce serait pour sauver Anvers. Alors seulement une bataille serait légitime, puisque, si l’ennemi prenait Anvers, il brûlerait mes chantiers et prendrait ou détruirait mon escadre, et par là aurait rempli son but. Hors cela, il n’y a rien à faire.

Laissez les Anglais se battre les flancs dans les marais et poursuivre l’ombre d’une proie, car en effet ils ne savent pas ce qu’ils veulent. Les Anglais ne resteront pas plus de quinze ou vingt jours dans l’île de Walcheren, et pendant ce temps vous devez réunir 80,000 hommes et quatre-vingts pièces de canon en Belgique, et encore faut-il que cette masse de troupes agisse prudemment; car, si ces 80,000 hommes agissent dans le sens des instructions du général Rampon, ils éprouveront des échecs, se décourageront, et cela fera le plus grand mal. Le général Rampon n’a pas un bataillon sur lequel il puisse compter.

Il me tarde que cette lettre vous arrive pour prévenir l’effet de vos ordres. Ce n’est pas au général Rampon qu’il faut recommander d’attaquer; il ne sait point autre chose. Il est bien important que le général Sainte-Suzanne ou le maréchal Moncey aillent prendre ce commandement. Le général Rampon est incapable d’un système de prudence et de combinaison de cette espèce. Je vous ai déjà mandé cela. Il faut avoir, pour observer Gand, Anvers, Ostende, l’île de Cadzand et mes places de Flandre, les divisions Olivier et Chambarlhac et les divisions de gardes nationales des généraux Rampon et Soulès, sous les ordres d’un maréchal. Je compte que vous avez envoyé une vingtaine de majors, huit ou dix généraux de brigade, et que vous aurez pris toutes les mesures pour atteler soixante pièces d’artillerie pour le service de ce corps, et que vous avez envoyé le général Klein pour former trois régiments provisoires de cavalerie. Je compte également que les 30,000 gardes nationales s’organisent en seconde ligne, et que vous prenez des mesures pour leur donner douze pièces de canon par division; ce qui, avec le corps du duc de Valmy, me formera trois corps pour la défense du Nord; et, pendant qu’ils s’augmenteront tous les jours, les Anglais diminueront tous les jours par les maladies et parce qu’ils ont avec eux tout ce dont ils peuvent disposer. Une fois que les 30,000 hommes de gardes nationales seront sur pied, ne les licenciez pas sans mon ordre, et même si les Anglais se retiraient, ne prononcez rien sur elles que je n’aie statué.

Les mesures que vous avez prises pour la gendarmerie sont mesquines. C’est de tous les points du nord de la France qu’il faut la diriger, de manière à en former quatre régiments.

J’ai dit dans ma lettre qu’il ne fallait envoyer aucun secours au général Monnet; mais je n’ai point entendu dire qu’il ne fallait pas lui envoyer quelques compagnies d’artillerie, quelques officiers de cette arme, des détachements de sapeurs et surtout des vivres. Cela est toujours nécessaire dans une place.

 

Schönbrunn, 9 août 1809

A Eugène Napoléon, vice-roi d’Italie, à Vienne

Mon Fils, écrivez au général Caffarelli, par la première occasion que vous aurez d’écrire en Italie, pour qu’il ait à réunir tous les détachements de cavalerie appartenant aux différents régiments de l’armée et à mettre tout cela en marche pour Vienne; que tous les jours je vous demande quand cette cavalerie arrive, et que je suis surtout mécontent qu’il ait retenu mes cuirassiers.

 

Camp impérial de Schönbrunn, 9 août 1809.

ORDRES.

  1. Le corps des ingénieurs-géographes ne recevra d’ordres que de l’adjudant commandant Bacler d’Albe. Les ingénieurs correspondront avec lui et lui remettront leurs travaux. Ils recevront mes ordres par son canal.
  2. Tous les ingénieurs-géographes attachés aux maréchaux rejoindront sur-le-champ le quartier général.
  3. Chaque soir il me sera fait un rapport sur le travail de chaque ingénieur.
  4. Je suis peu satisfait des travaux que les ingénieurs ont faits pendant la campagne. On ne m’a pas remis la reconnaissance entre Passau et Krems. La position d’Enns, quoique bien coloriée, est mal faite sous les rapports militaires; il n’y a point de place pour y tracer une tête de pont, et le point essentiel de Mauthausen ne s’y trouve point; il n’y a point de mémoire à l’appui. Il faut recommencer cet ouvrage et y joindre un mémoire descriptif. Le champ de bataille d’Ebelsberg est sans mémoire; il ne sert pas à mes combinaisons. La reconnaissance sur la droite du Danube, devant Vienne, n’est pas complète; elle devait commencer à Nussdorf et aller jusqu’à l’île Napoléon. Je n’ai point la reconnaissance de Passau; je n’ai pas eu celle de la rivière de Raab. La reconnaissance des communications entre les deux routes de Vienne à Znaym et de Vienne à Nikolsburg est mal faite et peu utile. Par exemple, de Laa on arrive au moulin de Ruehof, et on traverse ensuite un marais pour aller à Znaym ; au lieu de détailler les ponts et les bras de la rivière, on a fait une chaussée embrouillée. Cette carte pourrait tout au plus convenir à un particulier voyageur; elle ne peut militairement être utile. Le chemin de Znaym à Nikolsburg est mal tracé; il y a près de Znaym un ruisseau, des marais, un pont, qui ne sont point marqués. L’ingénieur n’a point placé tous les villages; il n’y a point de population écrite. Quand je demande une reconnaissance, je ne veux pas qu’on me donne un plan de campagne. Le mot l’ennemi ne doit pas être prononcé par l’ingénieur. Il doit reconnaître les chemins, leur nature, les pentes, les hauteurs, les gorges, les obstacles, vérifier si les voitures peuvent y passer, et s’abstenir absolument de projets de campagne.
  5. On me présentera un projet de répartition de travail entre les ingénieurs qui sont ici.

1° J’ai besoin de connaître le Danube d’ici à Raab, la Raab jusqu’à sa source, avec les principales rivières qui y tombent (rive gauche) et celles qui communiquent avec le lac de Neusiedl, de manière qu’on puisse voir facilement tous les débouchés qui communiquent d’OEdenburg et du lac avec le Danube et la Raab, ensuite du lac avec les montagnes de Styrie, pour de là se porter au Semring-Berg et à Vienne.

2° J’ai besoin de connaître le cours de la Taya, et le cours de la March, avec ses ponts et ses débouchés sur les monts Karpathes, de manière qu’en prenant pour base la route de Vienne à Brünn on fasse connaître comment on peut arriver des Karpathes sur Vienne et sur la route de Brünn. Cela suppose une connaissance parfaite de la March, des monts Karpathes et du pays entre les Karpathes et Vienne.

3° Je désire connaître le pays compris entre la route de Vienne à Znaym et le Danube, en le remontant jusqu’à Melk; il est essentiel d’avoir les communications de Krems vers la route de Znaym, de Krems et de Melk vers la Bohême.

4° On reconnaîtra tout le pays d’ici à Saint-Pölten et de là au Danube, afin de bien connaître toutes les communications de Saint-Pölten au Danube et à Vienne. Une bonne étude de ces montagnes, qui sont presque partout praticables, serait un ouvrage important à avoir toujours au bureau, puisque ces montagnes couvrent Vienne.

5° On complétera ce travail en prenant pour base la route de Vienne à Saint-Pölten, et gagnant de là le Semring 2)Semmering pour revenir à Vienne. On étudiera bien l’intérieur de ce dernier triangle et les différentes communications qui le traversent.

Ces reconnaissances embrasseront un terrain de près de 20 lieues de rayon autour de Vienne et en donneront une connaissance parfaite.

Deux on trois ingénieurs seront chargés de chacune de ces reconnaissances; ils étudieront bien le pays. On aura par ce moyen à l’état-major des officiers instruits qui seront plus utiles que les guides. C’est ainsi que travaillaient autrefois les ingénieurs-géographes des armées; c’est en suivant leur exemple que les ingénieurs-géographes acquerront l’estime et la considération.

Quand l’armée marchera, les ingénieurs-géographes qui auront reconnu le pays seront toujours à l’état-major, afin de donner tous les renseignements nécessaires. Leurs mémoires de reconnaissance seront toujours du style le plus simple et purement descriptifs. Ils ne s’écarteront jamais de leur sujet pour présenter des idées étrangères.

Une méthode précise est la seule qui convienne à l’Empereur. On annoncera la longueur des chemins et leur largeur, leurs qualités; on dessinera exactement les détours des chemins, qui souvent ne peuvent s’expliquer que par la bizarrerie du terrain. Les rivières doivent être aussi tracées et mesurées avec soin, les ponts et les gués marqués.

Le nombre des maisons et des habitants des villes et des villages sera indiqué. Autant que possible, on cotera les hauteurs des collines et montagnes, afin qu’on puisse facilement juger les points dominants; ces cotes ne doivent être que relatives entre elles. On ne peut sur ce point, et sur beaucoup d’autres, entrer dans des détails trop minutieux; mais il faut exprimer toujours de la manière la plus simple comment la chose se peint à l’œil et à l’observateur.

Il y aura une échelle constante pour tous les dessins.

 

Schönbrunn, 10 août 1809

Au prince Cambacérès, archichancelier de l’empire, à Paris

Je suis fâché que vous ayez fait si peu d’usage des pouvoirs que je vous ai donnés, dans ces circonstances extraordinaires. Réunissez fréquemment le conseil des ministres. Ne laissez pas les Anglais venir vous prendre dans votre lit. Au premier bruit d’une descente vous auriez dû lever 30,000, 40,000, 60,000 gardes nationales, autoriser le ministre de la guerre à envoyer le prince de Ponte-Corvo et le maréchal Moncey pour réunir et commander toutes les troupes. L’attitude qui a été prise dans cette occasion est humiliante et honteuse, et excitera les Anglais à renouveler de pareilles expéditions. Il fallait que des bataillons de gardes nationales se levassent en un instant en tel nombre, que les Anglais vissent ce qu’ils avaient à craindre.

 

Schönbrunn, 10 août 1809

Au général comte Miollis, gouverneur, président de la Consulte, à Rome

Je reçois votre lettre du 30 juillet. Le roi de Naples a eu tort de vouloir imposer de nouvelles charges aux États romains, d’autant plus que c’est à son profit. Ses troupes doivent être soldées par le royaume de Naples.

Je suis fâché que l’on ait fait sortir le Pape de Rome. J’avais ordonné qu’on arrêtât le cardinal Pacca et non le Pape. Une opération de cette importance n’aurait pas dû se faire sans que j’en aie été prévenu et que j’aie désigné le lieu où il serait conduit. J’avais ordonné qu’on violât la maison du Pape, s’il en faisait un foyer de rébellion. Mais ce qui est fait est sans remède. Je ne suis pas moins satisfait de votre zèle.

Le Pape ne rentrera plus jamais à Rome.

 

Schönbrunn, 10 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la marine, à Paris

Je reçois votre lettre du 3 à minuit, relative aux dépêches de M. Fouché. Il s’est mis en mesure de faire ce que vous ne faisiez pas vous-même. Sans doute c’était au département de la guerre à provoquer ces mesures et à les régulariser; mais il est tout simple que le ministre de la police, convaincu que l’expédition anglaise étant de 25,000 hommes, on doit lui opposer 60 à 80,000 hommes de troupes, ait ordonné des préparatifs dans ce sens. J’ignore ce que vous avez fait, mais il eût été bien à désirer que vous eussiez donné le commandement d’Anvers au prince de Ponte-Corvo. Je suis étonné que vous n’ayez pas même fait partir le maréchal Moncey, pour mettre en mouvement la gendarmerie. Lorsque vous recevrez cette lettre, il est probable que l’expédition anglaise sera à peu près manquée, ou aura réussi. Il n’y a aucun doute qu’ils veuillent brûler Anvers. Si mon escadre est entrée à Anvers et que le général Rampon s’y soit jeté, je ne conçois pas qu’ils puissent prendre cette place, qui est il l’abri de toute attaque.

 

Schönbrunn, 10 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Je reçois votre lettre du 4. Je ne conçois pas ce que vous faites à Paris. Vous attendez sans doute que les Anglais viennent vous prendre dans votre lit. Quand 25,000 Anglais attaquent nos chantiers et menacent nos provinces, le ministère reste dans l’inaction ! Quel inconvénient y a-t-il à lever 60,000 gardes nationales ? Quel inconvénient y a-t-il à envoyer le prince de Ponte-Corvo prendre le commandement sur le point où il n’y a personne ? Quel inconvénient y a-t-il à mettre en état de siége mes places d’Anvers, d’Ostende et de Lille ?

Cela ne se conçoit pas. Je ne vois que M. Fouché qui ait fait ce qu’il a pu et qui ait senti l’inconvénient de rester dans une inaction dangereuse et déshonorante: dangereuse, parce que les Anglais, voyant que la France n’est pas en mouvement et qu’aucune direction n’est donnée à l’opinion publique, n’auront rien à craindre et ne se presseront pas d’évacuer notre territoire; déshonorante, parce qu’elle montre la peur de l’opinion et qu’elle laisse 25,000 Anglais brûler nos chantiers sans les défendre. La couleur donnée à la France dans ces circonstances est un déshonneur perpétuel. Les événements changent à chaque instant; il est impossible que je donne des ordres qui n’arriveront que quinze jours après. Les ministres ont le même pouvoir que moi, puisqu’ils peuvent tenir des conseils et prendre des décisions. Employez le prince de Ponte-Corvo, employez le maréchal Moncey. J’envoie de plus le maréchal Bessières pour être à Paris en réserve. J’ai ordonné la levée de 30,000 hommes de gardes nationales. Si les Anglais font des progrès, levez-en 30,000 autres dans les mêmes ou dans d’autres départements. Il est bien évident que les Anglais en veulent à mon escadre et à Anvers.

Je suppose que dès le 4 vous aurez fait partir tout ce qui était à Boulogne pour Anvers. J’espère que le général Rampon se sera également approché d’Anvers. Il est évident que l’ennemi, sentant la difficulté de prendre Flessingue, veut marcher droit sur Anvers et tenter un coup de main sur l’escadre.

 

Schönbrunn, 10 août 1809

Au vice-amiral comte Decrès, ministre de la marine, à Paris

Je reçois votre lettre du 4 août. Vous ne me dites pas où est mon escadre. Si elle est à Anvers, je n’ai rien à craindre; si elle n’y est pas, j’ai les plus grandes alarmes pour elle. Votre correspondance n’est pas claire. Vous ne me faites point connaître pourquoi mon escadre, étant remontée, n’est point entrée à Anvers. Le plan de l’ennemi est très bien développé. Il marche sur Anvers par la rive droite, parce que la ville est sur cette rive; mais les marais de Berg-opZoom… ?

 

Camp impérial de Schönbrunn, 10 août 1809

ORDRES

Il sera mis en construction à Passau trente bateaux capables de porter 2 à 300 hommes. Dix seront faits par économie et par les ouvriers de la marine qui sont à Passau; vingt seront achetés, ce qui fournira un transport de 6 à 9,000 hommes; l’ingénieur de la marine déterminera un gabarit uniforme pour tous les bateaux destinés au transport des troupes et tel qu’ils puissent naviguer par les plus basses eaux.

Un ingénieur de la marine sera spécialement chargé de veiller à leur bonne construction.

Ces bateaux seront payés par l’artillerie.

L’embargo qui avait été mis sur les bateaux d’Ulm et de Ratisbonne sera levé.

Tous les bateaux passant à Passau s’arrêteront à un poste déterminé, et on pourra mettre sur chaque bateau un cerlain nombre de militaires, sans rien changer au nolis de ces bateaux. On payera au commerce 3 francs par homme, de Passau à Vienne. Les militaires arrivant à Passau pourront y être retenus pendant trois ou quatre jours, pour attendre une occasion pour les faire arriver par eau à Vienne.

Il sera fait à Vienne un recensement de tous les bateaux qui appartiennent à l’armée; ils seront remis à la marine; un ingénieur de la marine sera chargé de les faire mettre en état. On leur affectera une place sûre et convenable pour la facilité des travaux.

Les bateaux qui appartiennent au commerce auront un emplacement spécial. Les négociants qui voudront faire remonter leurs bateaux en seront libres. L’intendant général fera un rapport sur le halage et les moyens à employer pour organiser le retour des bateaux en remontant jusqu’à Linz et Passau. En rassemblant les bateaux arrivant à Vienne, la marine aura des moyens pour transporter 20,000 hommes sur le Danube.

Le colonel Baste fera mettre sur chaque bateau qui descendra à Raab trois marins, qui apprendront la navigation du Danube; ils reviendront à Vienne en poste et recommenceront le voyage, de sorte qu’on puisse aller à Raab sans le secours des gens du pays. La navigation de Passau à Vienne se fera par le bataillon des marins, qui étudieront le cours du fleuve de manière à pouvoir se diriger seuls; lorsqu’il sera nécessaire d’en faire retourner à Passau prendre d’autres bateaux, ils seront envoyés en poste.

Le colonel Baste présentera un projet pour l’organisation de deux compagnies de pilotes; l’une fera le service de Passau à Vienne, et l’autre de Vienne à Raab. Il placera des officiers de marine à Ulm, à Donauwörth, à Ingolstadt, à Ratisbonne, à Passau, à Linz, à Melk, à Vienne et à Raab. Ces officiers auront avec eux un bateau armé pour faire la police de la rivière et visiter tout ce qui passera.

Les lieux d’embarquement où devront s’arrêter les bateaux passant à Passau, Linz, Melk et Vienne seront fixés, et il y sera placé le poste de marins.

Le colonel Baste fera un rapport sur la navigation du Danube.

L’intendant général, le général commandant en chef  l’artillerie et le général Bourcier sont chargés de l’exécution dn présent ordre.

 

Schönbrunn, 10 août 1809

Au général comte Caffarelli, ministre de la guerre du royaume d’Italie, à Milan

Monsieur le Général Caffarelli, je donne ordre au roi de Naples de faire partir pour Bologne deux bataillons du 14e léger, deux du 6e de ligne, deux du 101e et un bataillon du régiment de la Tour d’Auvergne ou de celui d’Isembourg, avec un escadron napolitain; ce qui formera une colonne de 4,000 hommes, qui sera sous vos ordres.

Par ce moyen, rien ne s’opposera plus à ce que vous dirigiez sur l’armée tous les détachements d’infanterie et de cavalerie qui sont en Italie. Je ne sais pourquoi on a retenu mes cuirassiers et réduit à rien la colonne du général Roize. Les corps de l’armée du vice-roi sont extrêmement faibles. Il ne faut point écouter de peur chimérique; il n’y a rien à craindre en Italie tant que nous serons victorieux en Allemagne. Je vous réitère donc l’ordre formel de faire partir tous les détachements, quels qu’ils soient, qui sont disséminés et achèvent de se perdre en Italie. Dirigez tout cela sur Klagenfurt.

 

Schönbrunn, 10 août 1809

A Joachim Napoléon, roi des Deux-Siciles, à Naples

Je reçois votre lettre du 29 juillet. J’ai vu avec plaisir que l’expédition des Anglais est retournée en Sicile.

Il est fâcheux qu’on ait détruit le fort de Scilla. Comment un général a-t-il pu se permettre de faire une pareille opération sans ordre ? Aucune expédition en Sicile n’est faisable sans ce fort. Envoyez à Bologne une colonne de 4,000 hommes, composée de deux bataillons du 101e léger, de deux bataillons du 6e de ligne, de deux bataillons du 101e , d’un bataillon de la Tour d’Auvergne ou d’Isembourg et d’un escadron de cavalerie napolitaine. Cette colonne sera sous les ordres du général Caffarelli et formera un corps central de réserve pour la protection de l’Italie.

Ce que vous avez demandé à la Consulte de Rome ne peut point se faire.

 

Schönbrunn, 11 août 1809

Au prince Cambacérès, archichancelier de l’empire, à Paris

Mon Cousin, je reçois votre lettre du 5. Il est déplorable qu’il y ait déjà six grands jours de perdus sans que vous ni les ministres ayez rien fait. Il devrait déjà y avoir 20,000 gardes nationales en mouvement pour défendre Anvers; ce genre de troupes est fait surtout pour les places. Cette inactivité de votre part et de celle du conseil des ministres est affligeante. On ne dit rien au public. Comment laisse-t-on errer l’opinion sur un événement qui intéresse éminemment la nation ? Il fallait imprimer tous les jours un bulletin officiel, car l’imagination va toujours au delà de la réalité. Des objets de cette espèce, on n’a pas le droit de les cacher au public; cela le touche de trop près.

 

Schönbrunn, 11 août 1809, six heures du soir

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Monsieur le Général Clarke, je reçois vos lettres du 5 août. Voilà donc six grandes journées de perdues ! Il devrait y avoir 20,000 gardes nationales en marche sur Anvers, cinq ou six compagnies d’artillerie, une douzaine d’officiers d’artillerie et du génie, une trentaine de majors et quatre ou cinq généraux. Que diable attendez-vous donc ? Et quel inconvénient peut présenter à l’esprit la levée de gardes nationales dans de pareilles circonstances ? En en réunissant à Saint-Omer, cela rendrait disponibles les troupes qui allaient à Boulogne. Le duc d’Istrie est parti hier pour Paris.

Je suppose que, quand vous recevrez cette lettre, les six divisions de gardes nationales seront en mouvement et se réuniront à Anvers, Saint-Omer; Lille et Bruxelles.

 

Schönbrunn, 11 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Le général sénateur Colaud est parti d’ici pour se rendre à Anvers et prendre le commandement de la ville comme gouverneur. Toutes les troupes de terre et de mer y seront sous ses ordres. Vous trouverez ci-joint le décret qui met cette place en état de siége.

Le duc d’Istrie doit être arrivé à Paris; envoyez-le prendre le commandement des 30,000 gardes nationales que je viens de lever.

Il en pressera la formation. Il aura son quartier général à Lille ou à Bruxelles. Vous sentez qu’indépendamment des raisons militaires, j’en ai de politiques pour que toutes mes forces nationales du Nord ne soient pas sous la même main. Je suppose que vous aurez employé le prince dc Ponte-Corvo et le maréchal Moncey. Comme la ligne de cette réserve s’étend d’Anvers à l’île de Cadzand, il faut donner à l’un le commandement de la partie d’Anvers et à l’autre celui de la partie de l’île de Cadzand. Si vous y avez envoyé le maréchal Moncey et que vous n’y ayez pas envoyé le prince de Ponte-Corvo, il faut partager ces troupes entre le maréchal Moncey et le duc d’Istrie. Si vous y avez envoyé le prince de Ponte-Corvo, Moncey peut commander une partie.

Si vous n’avez pas donné l’ordre à une partie du camp de Pontivy et de la 12e division militaire de s’approcher de Paris, donnez-le.

Je ne vois pas dans votre lettre du 5 que vous ayez réitéré l’ordre au général Monnet de couper les digues et d’inonder l’île. Vous savez que c’est mon intention. Ce qui m’alarme davantage, c’est de voir que dans ses lettres il ne parle pas d’user de cette ressource. Je lui ai donné plusieurs fois cet ordre de vive voix; réitérez-le-lui par toutes les occasions. Que sous sa responsabilité, aussitôt que la place serait serrée de près, il coupe les digues.

 

Camp impérial de Schönbrunn, 11 août 1809

ORDRES.

1° Il sera formé un 8e corps, qui sera commandé par le duc d’Abrantès.

2° Le 8e corps sera composé des divisions Rivaud et Lagrange, de la division de cavalerie du général Fouler et de la division Carra Saint-Cyr.

3° Les divisions Rivaud et Lagrange et la division de cavalerie conserveront leur composition actuelle. La division Rivaud aura de plus une brigade bavaroise de 4,000 hommes et de six pièces de canon.

La division Lagrange aura de plus une brigade wurtembergeoise avec six pièces de canon et une brigade hessoise avec quatre pièces de canon.

La division Carra Saint-Cyr sera composée des quatre bataillons du 22e régiment de ligne, de 4,000 Saxons et de vingt-quatre pièces d’artillerie saxonnes. Cette division se réunira sans délai à Dresde.

4° Tous les pays entre le Rhin, le Danube et la Westphalie, y compris la Saxe, font partie du territoire du 8e corps.

5° Le 10e corps, que commande le roi de Westphalie, sera composé des troupes westphaliennes et de toutes les garnisons de Magdebourg, de la Poméranie suédoise, de Küstrin, de Stettin, de Glogau el de Danzig.

6° Le territoire compris entre la Westphalie, la Saxe et la Baltique, le grand-duché de Berg excepté, fait partie du territoire du 10e corps.

7° Le roi de Westphalie aura le commandement de ce corps.

8e Le major général donnera tous les ordres et prendra toutes les mesures nécessaires pour l’exécution du présent.

 

Schönbrunn, 11 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Mon Cousin, répondez au roi de Westphalie que je vois avec peine que les dispositions de son état-major sont mal calculées; qu’en faisant venir isolément les bataillons des 22e de ligne, les détachements de chasseurs polonais, c’est les exposer à des accidents; qu’il fallait les réunir dans une place et les faire marcher en corps; que, avant de retirer le 22e des places de l’Oder, il fallait le remplacer par les troupes que j’ai ordonné d’y envoyer, et ne pas laisser ces places, surtout celle de Küstrin, la plus importante de toutes, sans garnison; que le colonel Chabert doit se rendre sans délai à Küstrin pour se mettre à la tête de sa troupe; que je trouve mauvais qu’un colonel quitte son corps; que le régiment de Berg n’a pas plus vu le feu que le 5e régiment de Westphalie, mais que sa composition en officiers est différente; que je ne puis qu’être mécontent qu’on ait laissé le duc d’OEls entrer à Brunswick; que cela n’eût point eu lieu s’il s’était comporté conformément à mes instructions.

 

Schönbrunn, 11 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Mon Cousin, écrivez au général Éblé que la place de Küstrin sera commandée par le colonel en second Chabert, et que les troupes que commande cet officier, se montant à 800 hommes, seront réunies dans cette place, qui est la seule vraiment importante de cette ligne; que le général Liébert peut disposer du contingent de Mecklenburg Schwerin et de celui d’Oldenburg pour Stettin; ce qui renforcera considérablement la garnison de Stettin. Je vois dans l’état du dépôt de Passau qu’il y a un détachement de 40 hommes du 21e de chasseurs. Comme ce régiment est en Espagne, ordonnez que les chevaux, selles et brides de ces 40 hommes soient remis au dépôt, et que les officiers, sous-officiers et soldats retournent en France. Le général Bourcier se servira de ces chevaux pour monter autant d’hommes du dépôt.

Écrivez au duc d’Abrantès qu’il est maître de choisir du général Maison ou du général Boyer pour chef d’état-major, et qu’il peut toujours garder l’autre dans le corps.

Donnez ordre au 22e de ligne de se rendre à Dresde, où il sera sous les ordres du général Carra Saint-Cyr jusqu’à nouvel ordre, pour la défense de la ville. Instruisez de cela le roi de Saxe.

P. S. L’ordre au 22e sera envoyé directement à Magdeburg. Vous donnerez l’ordre que vingt-quatre heures après votre ordre il parte pour Dresde, où il sera aux ordres du général Carra Saint-Cyr. Ce beau régiment est de 4,000 hommes, qui, avec les 6,000 Saxons, formeront un corps de 10,000 hommes de ce côté.

 

Schönbrunn, 11 août 1809

A Eugène Napoléon, vice-roi d’Italie, à Vienne

Mon Fils, donnez ordre que le fort de Malborghetto soit rasé, et que les canons, magasins qui s’y trouvent soient portés à Klagenfurt, pour en armer et approvisionner cette place.

 

Schönbrunn, 12 août 1809

A Louis Napoléon, roi de Hollande, à Rozendaal

Mon Frère, je suppose que vous vous serez rendu à Berg-op-Zoom, et que vous y aurez réuni 10 à 12,000 hommes de vos troupes avec 15 à 20,000 gardes nationales. L’économie d’un roi n’est pas celle d’un prieur de couvent. Si vous aviez aujourd’hui les 2,000 Français de votre garde que par économie vous avez licenciés, si vous aviez l’armée que par économie vous avez réduite, votre pays ne serait pas envahi. Par nos conventions, la Hollande doit avoir 10,000 hommes sur pied. Elle n’a de moyen de se recruter ni pour la terre ni pour la mer. Les Anglais vous feront plus de mal dans un mois que ne vous aurait coûté votre armée. Le roi de Wurtemberg a un million de population: il a 25,000 hommes sur pied.

Je suppose que vous aurez fait arrêter ce traître de Bruce, qui a si lâchement rendu le fort de Bath  et que vous l’aurez fait passer par les armes. Abandonner un fort comme Bath sans tirer un coup de canon, c’est le comble de la lâcheté ou de la trahison. Comment ne coupait-il pas plutôt les digues ?

 

Schönbrunn, 13 août 1809

Au comte Bigot de Préameneu, ministre des cultes, à Paris

Monsieur Bigot Préameneu, je reçois votre lettre du 4. A quelque prix que ce soit, je ne veux pas qu’on paye rien à Rome pour expédition de bulles, dispenses, etc. C’est une profanation des choses sacrées. Je vous ai chargé de me proposer un projet de décret là dessus. Je pense que vous avez préparé votre travail.

 

Schönbrunn, 13 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Monsieur le Général Clarke, voici les mesures qui auraient dû être prises avant le débarquement des Anglais, et que, selon les circonstances, il faut compléter. Il y a trois points.

1° Flessingue. Les 6,000 hommes de garnison qui s’y trouvent sont suffisants jusqu’à ce que l’on prenne l’offensive; il ne s’agit que d’y faire passer des munitions, des vivres, des officiers pour remplacer ceux qui se trouvent hors de combat, et surtout des officiers d’artillerie. Le général Monnel paraît assez propre pour défendre cette place. Avec la ressource de couper les digues, il peut se défendre six mois.

2° L’île de Cadzand. Le général Rampon s’y trouve et doit y avoir sous ses ordres deux divisions de gardes nationales de 6,000 hommes chacune, vingt-quatre pièces de canon attelées et 4,000 hommes de  troupes diverses, y compris l’artillerie et les détachements de cavalerie. Le général sénateur Soulès doit commander une de ces divisions de gardes nationales. Il doit y avoir dans chacune de ces divisions deux généraux de brigade, beaucoup de majors et d’officiers d’état-major. Avec 15 à 16,000 hommes, on est en situation de défendre ce point important qui couvre toute la Flandre.

3° Anvers. Cette place a besoin d’un gouverneur, d’un général commandant d’armes, de cinq ou six majors, chefs de bataillon, hommes d’élite, pour commander les différents postes, d’un officier supérieur du génie, de huit ou dix ingénieurs, de deux compagnies de sapeurs, d’une escouade de mineurs, d’un général d’artillerie, d’une vingtaine d’officiers d’artillerie, depuis le grade de chef de bataillon jusqu’à celui de lieutenant, de cinq ou six compagnies d’artillerie de ligne, de 2,000 hommes de troupes diverses tirées des dépôts, telles que bataillons polonais et autres bataillons provisoires, d’une division de gardes nationales commandée par un sénateur de 1,500 ouvriers de la marine et de 3 à 400 hommes de cavalerie des dépôts; ce qui portera la garnison d’Anvers à 10,000 hommes.

Un général doit être chargé de défendre les trois forts de la gauche, de couper les digues el de former l’inondation en cas d’événement.

Un général doit être chargé de défendre la citadelle. Ainsi organisée, avec le secours des ouvriers, des canonniers de la marine et de l’escadre, la place d’Anvers est imprenable; il suffit d’y envoyer beaucoup de vivres, de la farine, du biscuit, du blé, des bœufs, etc.

Le roi de Hollande doit réunir à Berg-op-Zoom 10,000 hommes de troupes de ligne et 10,000 gardes nationales; ce qui fera 20,000 hommes. Il restera donc 24,000 hommes des 80,000 gardes nationales dont j’ai ordonné la levée; sur ces 21,000, on en mettra 6,000 à Boulogne; resteront 18,000. Les divisions Chambarlhac et Olivier, composées des trois demi-brigades provisoires du Nord et des deux qui étaient à Paris, que l’on complétera par tous les détachements qu’on pourra réunir (on aura autant de majors qu’il y aura de bataillons); les quatre bataillons qui étaient à Louvain, quatre ou cinq bataillons provisoires de différents détachements qu’on pourra former, 2,000 gendarmes à cheval et 1,000 ou 1,500 hommes de cavalerie qu’on pourra réunir de différents détachements: tout cela formera donc une armée de trois divisions de gardes nationales de 6,000 hommes chacune, et de deux divisions de troupes de ligne, faisant 30 à 35,000 hommes. Quand cette armée sera formée, soit qu’on en réunisse une partie sur la ligne entre Berg-op-Zoom et l’Escaut, soit à Gand et sur d’autres points, ce ne sera que quand elle sera un peu organisée que l’on pourra reprendre l’offensive, soit qu’on reprenne l’offensive dans l’île de Walcheren, soit qu’on la reprenne par Berg-op-Zoom. Il est possible qu’ainsi je puisse m’y trouver moi-même; mais reprendre l’offensive avant d’être en mesure, c’est vouloir se faire battre et tout compromettre. Les généraux ont des moyens de défendre l’Escaut, l’île de Cadzand, Anvers, de rétablir le fort Saint-Martin, comme vous l’avez très sagement ordonné; mais ils n’ont le moyen de reprendre l’offensive sur aucun point.

Quant au commandement, les maréchaux Moncey, Bessières, le prince de Ponte-Corvo, si vous l’avez envoyé, vous fournissent suffisamment des chefs pour tous ces différents besoins.

Dans vos différentes lettres, je vois que, hormis la levée des gardes nationales, vous avez pris des mesures pour réunir des troupes, mais que vous n’en prenez pas pour les organiser; que vous n’envoyez pas de majors, d’officiers d’artillerie, de généraux : cependant les soldats ne sont rien sans les officiers.

 

Schönbrunn, 13 août 1809.

A Alexandre , prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Mon Cousin, écrivez au général de Wrede que ses rapports du ….. août sur la Bohème sont faux; que plus de la moitié de l’armée autrichienne a passé la March et se jette en Hongrie; qu’il fasse en sorte d’avoir des renseignements plus précis et plus vrais; que je suppose qu’il a des troupes sur toute la frontière.

 

Scbönbrunn, 13 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Mon Cousin, je vous envoie un ordre pour former le 8e corps.

Vous verrez que le duc d’Abrantès est chargé de surveiller le Danube et la Saxe. Le général Carra Saint-Cyr se rend à Dresde; il y réunira le corps du général Thielmann et le 22e de ligne; ce qui fera 8,000 hommes d’infanterie, 2,000 de cavalerie et vingt-quatre pièces de canon. Il faut que le duc d’Abrantès veille à ce que le 22e, qui est à Magdeburg, se rende sans délai et Dresde. Il faut donner ordre au régiment polonais qui doit arriver à Magdeburg de se rendre à Dresde pour faire partie de la division du général Carra Saint-Cyr.

La division Rivaud sera composée de deux brigades, chacune de quatre bataillons, et d’une brigade bavaroise de 4,000 hommes; elle aura douze pièces de canon françaises et huit pièces bavaroises. Il n’y a plus moyen, à présent que les Anglais ont débarqué à Walcheren, de compter sur la brigade qui est à Louvain; mais les brigades qui composent la division Carra Saint-Cyr feront toujours 9,000 hommes. La division Lagrange sera composée du 65e, d’un bataillon du 46e, d’une brigade wurtembergeoise et d’une brigade hessoise; ce qui fera également 8 à 9,000 hommes. La cavalerie sera composée des quatre régiments qui y sont actuellement et des 2,000 Saxons; ce qui portera la cavalerie à plus de 5,000 hommes.

Cela formera donc un corps de 30,000 hommes d’infanterie, de 5,000 chevaux et de soixante-dix pièces de canon. Il faut arrêter la compagnie de sapeurs et les détachements de pontonniers et d’ouvriers qui viennent de Magdeburg ou de Danzig. La position actuelle du 8e corps est : la division Rivaud à Bayreuth, la division Saint-Cyr à Dresde, la division Lagrange dans le Vorarlberg. Après les affaires du Vorarlberg, la division Lagrange rejoindra et mènera avec elle les Wurtembergeois. D’ailleurs, au moment des hostilités, ce qui ne peut avoir lieu avant le 10 septembre, il est probable que j’y joindrai les Hollandais. Des détachements du 14e et du 34e doivent arriver sur Mézières; au lieu de les diriger sur Vienne, donnez ordre à Strasbourg de les diriger sur Bayreuth pour rejoindre leurs bataillons.

Il est nécessaire que le duc d’Abrantès se rende d’abord auprès du roi de Saxe et qu’il aille ensuite à Dresde; qu’il fasse armer la place sans rien démolir et sans inquiéter les habitants, auxquels il dira, au contraire, qu’il a assez de monde pour les couvrir et qu’il doit partir de là pour entrer en Bohême. Il faut qu’il fasse des reconnaissances sur la frontière jusqu’à Passau. Il y a beaucoup de pièces dans le Palatinat; il faut que le duc d’Abrantès les échange contre son mauvais matériel prussien, et rétablisse ainsi son artillerie. Vous aurez soin d’écrire au ministre de la guerre du roi de Saxe pour lui faire part de ces dispositions. Ecrivez aussi en Westphalie que, moyennant ces dispositions, le Roi n’aura que la garde de ses États et des pays qui l’environnent. Le général de brigade Lamotte, qui doit être sous les ordres du général Beaumont, sc rendra au 8e corps pour commander une brigade de dragons. Par ce moyen, le 8e corps aura deux généraux de brigade de cavalerie, et il sera possible que j’y envoie un général de division. Le général Boyer restera chef d’état-major; le général Maison sera employé dans le 8e corps, soit dans la division Carra Saint-Cyr, soit dans la division Rivaud. Il est nécessaire de donner au 8e corps un général d’artillerie, un ordonnateur et un payeur.

 

Schönbrunn, 13 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Faire venir le corps du général Vandamme et le camper près les hauteurs et le plus près possible de Nussdorf.

 

Schönbrunn, 13 août 1809

A Joachim Napoléon, roi des Deux-Siciles, à Naples

J’ai reçu votre lettre du 2, de Portici. J’ai vu avec plaisir que les deux bataillons du 14e léger étaient partis. Joignez-y votre régiment de chasseurs à cheval et un de vos deux régiments d’infanterie; ce qui, avec les bataillons des 6e et 101e de ligne, portera la colonne que vous envoyez à Bologne à 5 ou 6,000 hommes.

Je vous fais mon compliment sur le départ des Anglais. Tâchez de faire construire un bon fort dans ces îles, dont la position est si importante. Mais il ne faut pas penser à faire dans ce moment l’expédition de Sicile; il faut attendre que la paix avec l’Autriche soit entièrement faite. Vous avez besoin d’au moins 25,000 hommes de bonnes troupes pour cette expédition.

 

Schönbrunn, 14 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Je vois avec plaisir que les gardes nationales du Pas-de-Calais sont parties. Je suppose que celles qui étaient restées à Saint-Omer sont également parties, et que les cinq divisions de gardes nationales, de 6,000 hommes chacune, sont déjà en vigueur. Envoyez en poste les 40 officiers d’artillerie employés dans les manufactures, et des officiers du génie.

Je vois avec peine dans la lettre du général Monnet du 4 qu’il ne parle pas de l’inondation. Il doit avoir du bois en quantité suffisante pour blinder les magasins.

Il est inconcevable que l’amiral Missiéssy ait emmené toutes les chaloupes canonnières et n’en ait pas laissé une pour la défense de Flessingue.

Je vois qu’entre les Hollandais et les Français il y a déjà 20,000 hommes sur la ligne d’Anvers à Berg-op-Zoom; mais je ne vois pas assez de majors, de chefs de bataillon, etc. Vous avez en France 200 majors d’infanterie et de cavalerie, qui sont excellents; je vous l’ai répété dans toutes mes lettres.

Je ne vois pas pourquoi vous n’auriez pas réuni à Anvers 3,000 vétérans. Il y a des officiers et de vieux soldats dont on peut tirer parti lorsqu’il est question de défendre le territoire; je crois qu’il est convenable d’en diriger plusieurs bataillons sur l’Escaut.

Il me semble qu’il y a aujourd’hui deux points bien marqués, et qu’il faut un maréchal pour commander d’Anvers à Berg-op-Zoom, et un autre pour protéger l’île de Cadzand et la Belgique. Le duc de Valmy commandera un 3e corps à Wesel. Enfin un quatrième maréchal pourra être chargé de commander la réserve des gardes nationales que vous réunissez.

J’ai envoyé le général Colaud à Anvers pour commander la place, que j’ai mise en état de siège. Il est fâcheux que vous ayez laissé une place si importante dans ces circonstances entre les mains d’un commandant d’armes. Le général Fauconnet, d’ailleurs, est un vieillard. La première mesure à prendre était d’envoyer quelqu’un là.

 

Schönbrunn, 14 août 1809

Au vice-amiral Decrès, ministre de la marine, à Paris

Il est fâcheux que l’amiral Missiéssy n’ait pas laissé vingt-cinq ou trente chaloupes canonnières à Flessingue; cela aurait contribué à défendre la place.

Je suppose que vous avez réitéré les ordres pour que mon escadre entre à Anvers. Elle pourra alors fournir toutes les garnisons pour joindre à nos troupes, pour battre la campagne et aider à servir les batteries de rempart. On peut même augmenter les batteries avec la quantité de monde pour les servir. Il me semble que, s’il faut laisser quelque bâtiment pour l’inondation d’Anvers, une frégate ou au plus un vaisseau est suffisant.

 

Schönbrunn, 14 août 1809.

A Louis Napoléon, roi de Hollande, à Rozendaal

Je reçois votre lettre du 5 août. Je suppose que vous avez armé et approvisionné Berg-op-Zoom et fait autant de vos autres places, et que vous organisez des gardes nationales dans votre royaume. Si les gardes nationales de l’Île de Zélande avaient été levées, cela aurait fait 5 ou 6,000 hommes de plus, qui auraient empêché la descente.

Je suppose que vous avez armé vos canonnières, et que vous les faites servir, selon le besoin, soit dans le canal de Berg-op-Zoom, soit dans d’autres points. Je vous en avais demandé un bon nombre à Flessingue, qui auraient été bien nécessaires dans cette circonstance.

 

Schönbrunn, 15 août 1809

Au prince Cambacérès, archichancelier de l’empire, à Paris

Vous recevrez trois lettres patentes (délivrées le 3 octobre 1809) qui érigent les principautés de Wagram, d’Eckmühl et d’Essling en faveur du prince de Neuchâtel et des ducs de Rivoli et d’Auerstaedt, des décrets qui nomment huit ducs (duc de Cadore – Champagny; de Feltre – Clarke; de Bassano – Maret; de Massa Carara – Regnier; de Gaète – Gaudin; de Reggio – Oudinot; de Tarente – Macdonald; d’Otrante – Fouché: Les lettres patentes furent délivrées le 14 octobre 1809) et beaucoup de comtes et de barons. Au reçu de ces actes, rendez-vous au Sénat pour les y porter et faire entériner les lettres de princes et de ducs.

Vous remarquerez que les ministres nommés sont de la fondation du gouvernement. J’en excepte le général Clarke, que j’ai considéré comme étant dans un cas particulier, comme gouverneur de Vienne et de Berlin, et longtemps attaché à mes travaux. Les sieurs Mollien, Cretet, Dejean, Decrès et Bigot ne sont pas nommés; il ne vous échappera pas qu’ils sont les moins anciens. Voilà dix ans que les autres me servent. Mon intention est que cela soit dit dans la conversation, pour que personne n’interprète mes motifs et ne conçoive de la jalousie contre ceux auxquels j’ai accordé cette distinction.

 

Camp impérial de Schönbrunn, 15 août 1809

MESSAGE AU SÉNAT.

Sénateurs, nous avons jugé utile de reconnaître par des récompenses éclatantes les services qui nous ont été spécialement rendus dans cette dernière campagne par nos cousins le prince de Neuchâtel et les maréchaux ducs d’Auerstaedt et de Rivoli. Nous avons pensé, d’ailleurs, qu’il convenait de consacrer le souvenir, honorable pour nos peuples, de ces grandes circonstances où nos armées nous ont donné des preuves signalées de leur bravoure et de leur dévouement, et que tout ce qui tendait à en perpétuer la mémoire dans la postérité était conforme à la gloire et aux intérêts de notre couronne. Nous avons en conséquence érigé en principauté, sous le titre de principauté de Wagram, le château de Chambord, que nous avons acquis de la Légion d’honneur, avec les parc et forêt qui en dépendent, pour être possédée par notre cousin le prince de Neuchâtel et ses descendants, aux clauses et conditions portées aux lettres patentes que nous avons ordonné à notre cousin le prince archichancelier de l’Empire de faire expédier par le conseil du sceau des titres.

Nous avons érigé en principauté, sous le titre de principauté d’Eckmühl, le château de Brühl, que nous avons acquis de la Légion d’honneur, avec les domaines qui en dépendent, pour être possédée par notre cousin le maréchal duc d’Auerstaedt et ses descendants, aux clauses et conditions portées aux lettres patentes qui lui seront également délivrées.

Nous avons en même temps érigé en principauté, sous le titre de principauté d’Essling, le château de Thouars, que nous avons également acquis de la Légion d’honneur, avec ses dépendances actuelles, pour être possédée par notre cousin le maréchal duc de Rivoli et ses descendants, aux clauses et conditions parlées aux lettres patentes qui lui seront délivrées.

Nous avons pris des mesures pour que les domaines desdites principauté soient augmentés de manière que les titulaires et leurs descendants puissent soutenir dignement le nouveau titre que nous leur avons conféré, et ce, au moyen des dispositions qui nous sont  compétentes.

Notre intention est, ainsi qu’il est spécifié dans nos lettres patentes, que les principautés que nous avons érigées en faveur desdits titulaires ne donnent à eux et à leurs descendants d’autres rangs et prérogatives que ceux dont jouissent les ducs, parmi lesquels ils prendront rang selon la date de l’érection des titres.

Donné en notre camp impérial de Schönbrunn, le 15 août 1809.

NAPOLÉON

 

Schönbrunn, 15 août 1809

Au comte Daru, intendant général de l’armée d’Allemagne

Monsieur Daru, j’ai pris aujourd’hui un décret pour accorder une dotation de 500 francs à mes enfants adoptifs d’Austerlitz, garçons et filles, et de 2,000 francs aux enfants d’officiers. Prenez les mesures nécessaires pour faire toucher cette rente en leur nom; et, comme ils doivent être entretenus à mes frais jusqu’à leur majorité, vous en ferez verser le montant à la caisse d’amortissement, et on le placera sur le grand-livre pour former avec le temps un bien-être à ces enfants.

 

Schönbrunn, 15 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Je reçois votre lettre du 8. Je ne comprends pas bien l’affaire d’Espagne et ce qui s’est passé, où est restée l’armée française le 29 et le 30, où a été pendant ces deux jours l’armée anglaise. Le Roi dit qu’il manœuvre depuis un mois avec 40,000 hommes contre 100,000.

Écrivez-lui que c’est sa faute, et que c’est de cela que je me plains.

Le plan de faire venir le maréchal Soult sur Plasencia est fautif et contre toutes les règles; il a tous les inconvénients et aucun avantage :  1° l’armée anglaise peut passer le Tage, appuyer ses derrières à Badajoz, et dès ce moment ne craint plus le maréchal Soult; 2° elle peut battre les deux armées en détail. Si, au contraire, Soult et Mortier étaient venus sur Madrid, ils y auraient été le 30, et l’armée réunie le 15 août, forte de 80,000 hommes, aurait pu donner bataille et conquérir l’Espagne et le Portugal. J’avais recommandé que l’on ne livrât pas bataille si les cinq corps ou au moins quatre n’étaient réunis. On n’entend rien aux grands mouvements de la guerre à Madrid.

 

Camp impérial de Schönbrunn, 15 août 1809

DÉCRET.

Voulant constater par un monument durable la satisfaction que nous avons éprouvée de la conduite de notre Grande Armée et de nos peuples pendant les campagnes d’Iéna et de la Vistule, Nous avons décrété et décrétons ce qui suit :

ARTICLE 1er – Il sera élevé sur le terre-plein du pont Neuf un obélisque en granit de Cherbourg, de 180 pieds d’élévation, avec cette inscription : L’Empereur Napoléon au Peuple Français.

ART. 2. – Sur les différents côtés de cet obélisque, seront représentés tous les faits qui ont honoré la France pendant ces deux campagnes.

ART. 3. – Notre directeur général des musées sera chargé de l’exécution de ce monument, et notre ministre de l’intérieur nous en présentera les projets et devis avant le 1er janvier 1810, et les travaux devront en être terminés en 1811 pour tout délai.

ART. 4. – Les frais de ce monument seront affectés sur des fonds spéciaux et particuliers.

ART. 5. – Nos ministres sont chargés de l’exécution du présent décret.

3)L’Aiguille du Pont-Neuf, adjugée à l’architecte Chalgrin – membre de l’Institut, qui commença la construction de l’Arc de Triomphe de Paris -, ne fut jamais érigée

 

Camp impérial de Schönbrunn, 15 août 1809.

DÉCRET.

ARTICLE 1er. – Tous généraux, officiers et soldats, de quelque arme qu’ils soient, qui, aux batailles de Thann, d’Abensberg, d’Eckmühl, de Ratisbonne, d’Essling et de Wagram, auraient perdu un membre et seraient vivants aujourd’hui 15 août, seront compris de la manière suivante dans les classes des dotations que nous accordons pour récompense des services qui nous ont été rendus, savoir : les lieutenants, sous-lieutenants, sergents et soldats, dans la 6e classe; les capitaines et chefs de bataillon ou d’escadron, dans la 5e classe; les généraux, colonels et majors, dans la 4e classe.

ART. 2. – Les enfants que nous avons adoptés en conséquence de notre décret du 15 frimaire an XIV seront portés, savoir : ceux dont les pères morts étaient soldats, dans la 6e classe, et ceux dont les pères morts étaient officiers, dans la 5e.

ART. 3. – Il est créé à cet effet 1,500 places dans la 6e classe, 500 dans la 5e classe et 500 dans la 4e classe, savoir : 1,000 places de 6e classe, représentant un total de 500,000 francs de rente, pris sur les fonds réserves du Monte-Napoleone; 500 de la même classe, représentant un total de 250,000 francs, pris sur les actions du canal du Midi, que la caisse d’amortissement se procurera; 500 places de 5e classe, représentant un million de rente, pris, savoir, 250 sur les biens réservés à Bayreuth, 125 sur les biens réservés à Fulde, et 125 sur les biens réservés à Erfurt; enfin 500 places de 4,000 francs, représentant un total de deux millions de revenu, pris sur les biens réservés en Hanovre.

ART. 4. – Voulant traiter favorablement les familles des généraux, officiers et soldats morts sur le champ de bataille dans la présente guerre, nous autorisons notre conseil du sceau des titres à nous proposer, pour ceux qui n’auraient pas laissé d’enfants mâles, la transmission des titres et dotations qui leur auraient été accordés par nous de leur vivant au premier mâle né de leur fille aînée, et, s’ils n’avaient pas laissé de fille, au premier fils né de leur frère actuellement existant.

ART. 5. – Le major général et nos ministres sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret.

 

Schönbrunn, 16 août 1809

Au prince Cambacérès, archichancelier de l’empire, à Paris

On m’assure que le roi de Hollande a reçu de vous une lettre qui lui donne le commandement de mes troupes, en sa qualité de connétable. Je puis concevoir que le ministre de la guerre ignore nos constitutions; mais que vous puissiez les ignorer, c’est ce qui m’étonne étrangement. Comment n’avez-vous point senti que moi seul je puis donner le commandement de mes armées et que personne ne peut s’arroger ce droit ? Il me tarde d’apprendre que cette anarchie a eu son heure, et qu’un ou plusieurs maréchaux sont partis pour diriger ces mouvements, puisque le général Sainte-Suzanne, qui avait ma confiance, est venu à me manquer 4)Le général Sainte-Suzanne était tombé gravement malade

 

Schönbrunn, 16 août 1809

Au prince Cambacérès, archichancelier de l’empire, à Paris

Mon Cousin, vous réunirez les ministres et vous leur ferez connaître que le ministre de la guerre, par une ignorance absolue de nos constitutions, a pensé que la dignité de connétable donnait le droit de commander mes armées; que c’est une erreur de six cents ans de date; que les princes et les grands dignitaires ne sont rien; que le connétable n’est pas comme autrefois un vieux soldat chef de l’armée; que cette dignité est purement civile, et que celui qui en est revêtu n’a pas plus le droit de commander mes armées que le grand amiral n’a celui de commander mes flottes; que je ne puis que blâmer cette ignorance de nos constitutions, et que je désire que cela n’arrive plus; qu’en mon absence le ministre de la guerre, autorisé par le conseil, pouvait donner le commandement en mon nom, mais qu’aucun individu ne pouvait le prendre, et que le ministre ne pouvait le tolérer, sous sa responsabilité. Cette lettre sera consignée dans le registre du conseil pour servir dans la circonstance. Le connétable n’a pas le droit de commander  le corps de garde qui est à sa porte, non plus que le grand amiral ne peut commander les bateaux qui passent devant l’école militaire. Hors de là, l’État ne serait qu’anarchie et confusion.

 

Schönbrunn, 16 août 1809

Au comte Fouché, ministre de la police générale, à Paris (depuis le 29 juin il est chargé de l’intérim du ministère de l’intérieur)

Faites mettre dans le Moniteur, en forme de lettres ou de réflexions d’un militaire, les observations suivantes sur l’expédition anglaise.

” Quand les Anglais ont combiné leur expédition, ils avaient pour but de prendre l’escadre, mais elle est en sûreté à Anvers; ils avaient pour but de prendre Anvers et de détruire nos chantiers, mais Anvers n’est plus ce qu’il était il y a quatre ans. En y établissant des chantiers, on a rétabli les fortifications; Anvers peut se défendre six mois; une inondat.ion le couvre en grande partie; de nouveaux ouvrages ont été faits depuis trois ans; des fossés pleins d’eau, une enceinte bastionnée avec une belle escarpe mettent cette place à l’abri de toute attaque. Il faudrait aux Anglais six mois de siège et 60,000 hommes pour prendre Anvers.

Les Anglais ne peuvent pas songer à prendre Flessingue: depuis trois ans, les fortifications en ont été augmentées; des demi-lunes ont été construites, trois forts ont été établis autour de la ville. Depuis dix jours que les Anglais ont débarqué, ils n’ont pas encore commencé les approches, et ils sont à mille toises de la place. La garnison est assez nombreuse pour la défendre, et les Anglais ont déjà fait des pertes sérieuses. Mais enfin, s’ils en approchent à 200 toises, on peut lever les écluses et inonder l’île. Il y a des vivres pour un an; la place peut donc tenir un an, et avant six semaines, des 15,000 Anglais qui sont dans l’île de Walcheren il n’en restera pas 1,500; le reste sera aux hôpitaux. Le moyen de les empêcher de prendre Flessingue est de leur opposer l’inondation. L’expédition anglaise consiste en 26 ou 27,000 hommes; ils en ont débarqué 15 ou 18,000 dans l’île de Walcheren, 7 à 8,000 dans le Sud-Beveland. Ils ont obtenu un avantage qu’ils ne devaient pas espérer, c’est l’occupation du fort de Bath, livré par la trahison de cet infâme et lâche Bruce; et cependant à quoi cela a-t-il abouti ? A rien; l’expédition est mal calculée. Ces 20 ou 30,000 hommes eussent été plus utiles en Espagne, et là ils ne peuvent rien faire. Car, en supposant que, par impossible, ils prissent Flessingue, ils ne le garderaient pas longtemps. C’est en vain qu’ils jetteraient des milliards et prodigueraient des hommes; ils ne défendront pas l’île de Walcheren; et, si tout le monde convient qu’il leur faut 20,000 hommes pour garder cette île, il est de l’intérêt de la France de leur en faire présent. Ils y perdront 10,000 hommes par les fièvres, et on la leur reprendra quand on voudra. L’expédition a été faite sur de faux renseignements et calculée avec ignorance. On n’a pas à Londres de notions exactes sur l’Escaut, sur la France, car, au moment où nous parlons, 80,000 hommes se réunissent dans le Nord, et il est fort heureux que, ayant plusieurs points pour employer leurs forces, ils choisissent celui où tout succès est impossible. ” 

Faites mettre cette note dans le Moniteur, si aucun évènement inattendu ne dément ces conjectures au moment où vous recevrez cette lettre.

 

Schönbrunn, 16 août 1809.

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Voici mes ordres sur ce qu’il y a à faire contre l’expédition anglaise.

Je vous ai donné les mêmes ordres à plusieurs reprises dans mes lettres; je veux vous les renouveler. Point d’offensive, point d’attaque, point d’audace. Rien ne peut réussir avec de mauvaises ou de nouvelles troupes; si l’on attaque Flessingue, on les compromet. Le général Monnet s’est déjà trop battu, s’il est vrai qu’il a perdu 1,400 hommes. Que veulent les Anglais ? prendre Flessingue, l’île de W alcheren. C’est une opération impossible, puisque la possession de l’île de Walcheren dépend de la prise de Flessingue. Quand ils seront à 100 toises de la place, on peut lâcher les écluses, et l’île sera inondée. Tant que Flessingue aura un morceau de pain, elle est imprenable; l’essentiel est donc de rafraîchir les vivres et de jeter dans la place une trentaine de braves et 2 à 300 canonniers. Ces braves sont des officiers du génie, d’artillerie, des majors, etc.

Anvers, en supposant que l’ennemi vienne l’assiéger, peut être également défendu par l’inondation. Les forts sont armés et garnis d’artillerie. Lu garnison est de 6,000 hommes de gardes nationales et de 6,000 hommes de l’escadre. Il y a des magasins de vivres pour huit mois. Anvers peut donc se défendre huit mois. Recommandez au ministre Dejean, qui doit s’être rendu sur les lieux par mes ordres, d’inspecter l’armement et l’approvisionnement de cette place, de mettre des canonniers et des ingénieurs à chaque fort, avec la quantité de vivres et d’artillerie nécessaire. Avec cela, Anvers est imprenable; les Anglais l’assiégeraient en vain pendant six mois. Ils ne peuvent donc prendre ni Flessingue ni Anvers. Ils ne peuvent prendre l’escadre; elle est en sûreté à Anvers.

Tout porte à penser que les Anglais ne débarqueront pas dans l’île de Cadzand sans avoir pris Flessingue. S’ils y débarquent, ils disséminent leurs troupes. Ils n’ont pas plus de 25,000 hommes; ils ne pourraient pas jeter plus de 6 à 7,000 hommes dans l’île de Cadzand, et ils y seraient compromis. Il ne s’agirait donc que de choisir dans l’île un champ de bataille, d’y élever quelques redoutes et batteries de campagne et d’avoir 12 à 15,000 hommes à portée de s’y rendre. Les batteries du fort Napoléon doivent être à l’abri d’un coup de main. Les Anglais iront-ils à Berg-op-Zoom  ? Cette place est en état, et là ils seraient disséminés. Ils ne peuvent avoir moins de 10 à 12,000 hommes dans l’île de Walcheren et 10,000 dans le Sud-Beveland pour défendre la droite de l’Escaut et le fort de Bath, et il ne leur reste plus de monde pour rien entreprendre sur la rive gauche.

Or Flessingue et Anvers sont imprenables. Cependant, tout ce qui rend impossible l’acheminement des Anglais sur Anvers, je l’approuve, tels que l’inondation des environs de Berg-op-Zoom , le rétablissement du fort Saint-Martin et les fortifications le long du canal de Berg-op-Zoom.

Tandis qu’on passera dans cette situation les mois d’août et de septembre, les 30, 000 gardes nationales, avec de bons généraux, majors et officiers, seront réunies; le duc de Valmy aura réuni 10,000 hommes à Wesel; les divisions Olivier et Chambarlhac auront pris une nouvelle consistance, et les deux divisions de gardes nationales des généraux Rampon et Soulès seront complétées. Alors, avec cet ensemble de forces de 70,000 hommes de gardes nationales et de troupes de ligne françaises, et 15 ou 16,000 Hollandais, on pourra, sur le bruit seul de cet armement, décider les Anglais à se rembarquer, marcher à eux et les détruire.- Mais point d’opérations prématurées, qui ne peuvent réussir avec de mauvaises troupes; point d’échec; de la sagesse et de la circonspection. Le temps est contre les Anglais: toutes les semaines nous pouvons mettre 10,000 hommes de plus sous les armes, et eux les avoir de moins.

Mais pour cela il faut de l’ordre, ne pas mêler les gardes nationales avec la ligne; il faut que la division Ramon reste une., que la division Soulès reste une, que les cinq autres divisions de gardes nationales se forment dans cinq endroits différents, comme je l’ai ordonné; une par exemple à Anvers, une à Ostende, une à Bruxelles, une à Lille, une à Saint-Omer ou Boulogne, etc . Vous pouvez changer ces points de réunion; mais, en général, il faut que les gardes nationales soient réunies et aient de bons officiers, et qu’elles n’aillent pas se mettre par 1,500 devant l’ennemi sans ordre. Elles y vont, il est vrai, mais elles reviennent bien plus vite. Ce que je vous recommande surtout, c’est de prendre garde de ne pas épuiser, en les éparpillant, cette ressource des gardes nationales.

 

Schönbrunn, 16 août 1809.

Au vice-amiral comte Decrès, ministre de la marine, à Paris

Monsieur le Vice-Amiral Decrès, je reçois vos lettres des 9 et 10; je ne comprends rien aux idées qu’on se fait à Paris de nos constitutions. Vous êtes responsable de ma flotte; après vous, l’amiral qui la commande. Personne, ni par le titre de connétable, ni par le titre de grand amiral, n’a le droit de donner des ordres à une flotte pas plus qu’à une armée. J’ai vu avec plaisir que l’amiral Missiéssy se soit opposé à l’attaque du fort de Bath, que je trouve aussi insensée que l’évacuation de ce fort a été lâche et absurde.

Dans la position actuelle des affaires, il n’y a que deux partis à  prendre: 1° laisser faire les Anglais, ils se casseront le cou; 2° s’ils attaquent, les recevoir derrière une position retranchée. Nous nous connaissons trop pour croire qu’ils se portent à de pareilles imprudences. Pendant qu’ils ne font rien, il faut profiter de ce temps pour augmenter les fortifications des forts, faire passer des vivres à Flessingue, entasser dans les canaux des chaloupes canonnières, réunir, comme je l’ai ordonné, 80,000 hommes, les pourvoir d’artillerie, de généraux, de majors, d’officiers, les organiser, fortifier Anvers et préparer l’inondation. Ce sont d’excellentes opérations, et les seules à faire. Après cela, que peuvent faire les Anglais ? Prendre Flessingue ? Impossible, puisque, quand ils auront tracé la première parallèle, on peut couper les digues. Flessingue est imprenable tant qu’il y aura un morceau de pain. Il faut donc vous étudier à y faire entrer des vivres, puisqu’on ne peut le faire que par mer et que la mer vous regarde. On m’assure qu’il y a des vivres pour six mois; or, d’ici à six mois, les 15,000 hommes que les Anglais ont débarqués dans l’île de Walcheren, s’ils y restent, seront réduits à 1,500; tout le reste sera à l’hôpital.

 

Schönbrunn, 17 août 12809

Au comte de Champagny, ministre des relations extérieures, à Altenburg

Monsieur de Champagny, je vous renvoie vos dépêches. Répondez au sieur Durand que le général Beaumont n’a pas rendu compte qu’il ait renvoyé le prince royal de Wurtemberg. Envoyez-lui l’instruction d’inviter le Roi, pour l’intérêt de la cause commune et le sien propre, à réunir ses troupes contre le Vorarlberg. Renvoyez-moi le projet de lettre pour le ministre des États-Unis, afin que je puisse vous le renvoyer s’il y a lieu.

Laforest ne vous a envoyé qu’une gazette. J’attends Nisas, qui est arrivé à Paris et qui m’apportera enfin des nouvelles de la situation des affaires en Espagne. Il parait que les Anglais ont prodigieusement souffert. Mais on est bien malhabile dans la direction des armées.

Le 9 août, la communication de Flessingue avec l’île de Cadzand était libre. Les tentatives de l’ennemi pour s’embosser entre l’île de Walcheren et l’île de Cadzand avaient échoué. Le général Monnet se trouvait toujours à une demi-lieue en avant de Flessingue, et n’avait pas encore reçu une bombe ni par mer ni par terre. Anvers et mon escadre étaient en sûreté, et tout de ce côté prenait une tournure favorable. Par contre, les affaires allaient assez mal dans le Tyrol. Beaucoup de monde s’est laissé tuer dans les gorges.

Je suppose que vous êtes arrivé dans la nuit, et que je recevrai demain un courrier de vous, qui me fera connaître un premier aperçu général, qui me mettra à même de vous écrire à fond sur la matière. 

P. S. Dites à Durand de se mettre en correspondance avec le général Lagrange, que j’ai nommé gouverneur du Vorarlberg, que j’ai considéré cette province comme en état de guerre, c’est-à-dire que j’ai autorisé le général Lagrange, sans avoir égard aux autorités civiles, à prendre toutes les mesures pour rétablir la tranquillité.

 

Schönbrunn, 17 août 1809.

Au comte Fouché, ministre de la police générale, à Paris

Je vois que les gardes nationales marchent, mais sans ordre. Il est bien important que les gardes nationales, soit celles déjà parties, soit celles qui vont partir en conséquence de ma demande, soient organisées en sept divisions; la première sous les ordres du général Rampon, la seconde sous les ordres du général Soulès, et les cinq autres sous les ordres de cinq autres sénateurs. Cela formera 42,000 hommes présents sous les armes. Il faut les maintenir présents.

Chaque division, qui est commandée par un sénateur, deux généraux de brigade et plusieurs majors, doit toujours être réunie; et, si des fractions de gardes nationales de 1,500 ou 2,000 hommes restent isolées, elles ne feront rien. Cela regarde le ministre de la guerre sans doute, mais comme ministre de l’intérieur vous devez vous concerter avec lui.

Faites-moi également connaître et ayez soin de bien réclamer pour que ces gardes nationales soient parfaitement années. Veillez aussi à ce qu’elles soient comptées.Le principe est que, pour avoir 60,000 hommes de gardes nationales, il faut en avoir 30,000 de réserve. Il est donc nécessaire de faire une seconde distribution aux départements qui fournissent des gardes nationales, pour qu’ils envoient au chef-lieu moitié du contingent qu’ils ont envoyé, de sorte que chaque division de 6,000 hommes en ait 8,000 au chef-lieu de département, qui s’organiseront et s’exerceront; et, au fur et à mesure qu’il y aura des malades, des tués ou des déserteurs, le sénateur commandant la division écrira au préfet, qui enverra un détachement pour la compléter. Par ce moyen, la division sera toujours au complet.

 

Schönbrunn, 17 août 1809.

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Monsieur le Général, la question que vous me faites sur les grenadiers et voltigeurs des 121e et 122e régiments me donne lieu de vous écrire cette lettre pour vous faire connaître au général mon intention.

Les 4e bataillons ne devraient avoir ni grenadiers ni voltigeurs, et, à la paix, lorsque je ferai un règlement sur l’armée, mon intention est de les supprimer et de ne composer ces bataillons que de six compagnies de fusiliers. Je ne fais pas un règlement aujourd’hui, parce que les 4e bataillons qui sont au corps du maréchal Oudinot et du duc d’Abrantès ont des grenadiers et des voltigeurs, et qu’il serait fâcheux de les supprimer.

Vous sentirez facilement les raisons que j’ai de ne pas vouloir de grenadiers et de voltigeurs aux 4es bataillons: c’est, 1° parce que les 4e bataillons doivent recruter les trois premiers, et qu’au fond, lorsque la guerre sera éloignée, ils ne feront guère antre chose que de se compléter et de se rendre à l’armée pour y être incorporés, et qu’enfin, en supposant une guerre de frontières et que les 4e bataillons soient à l’armée, il n’y aurait pas d’inconvénient qu’ils n’eussent pas de grenadiers ni de voltigeurs, puisqu’en formant alors les trois premiers bataillons à six compagnies de fusiliers et réunissant en un  bataillon les trois compagnies de grenadiers et les trois compagnies de voltigeurs, on aurait ainsi un bataillon d’élite de six compagnies. Donnez donc l’ordre à tous les 4e bataillons qui sont en France de ne former aucune compagnie de grenadiers ni de voltigeurs, et aux inspecteurs aux revues de ne pas les payer. Faites cela par une décision particulière, de vous, afin qu’il n’en résulte aucun inconvénient pour les compagnies de grenadiers et de voltigeurs des 4e bataillons qui sont à l’armée.

 

Schönbrunn, 17 août 1809.

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Monsieur le Général Clarke, je reçois vos lettres des 10 et 11. Je ne conçois pas comment vous gardez des prisonniers de guerre anglais à Arras et à Valenciennes. Il ne fallait pas, en général, tenir des prisonniers dans le nord, et à plus for le raison dans cette circonstance.
Renvoyez-les dans l’intérieur de la France. Ces précautions sont si simples, qu’il est étonnant que je sois obligé de les prescrire, surtout lorsque je vois dans votre rapport du 10 que ces prisonniers conspirent et s’enhardissent.

 

Schönbrunn, 17 août 1809

Au vice-amiral comte Decrès, ministre de la marine, à Paris

Je reçois votre lettre du 8 août. Je ne comprends pas bien l’estacade que vous voulez établir pour le Rupel. Il me semble que le Rupel est une rivière qui se jette dans l’Escaut à plus de 1,500 toises au-dessus d’Anvers. Je ne vois pas bien quel rapport cela peut avoir avec mon escadre.

 

Schönbrunn, 17 août 1809

Au vice-amiral comte Decrès, ministre de la marine, à Paris

Monsieur le Vice-Amiral Decrès, je vous ai écrit pour Cayenne, que je veux reprendre. Je suppose que vous avez préparé plusieurs expéditions pour la Guadeloupe. Il parait que Santo-Domingo tient toujours. Il faudrait aussi préparer une expédition pour cette colonie. Si mon escadre de Flessingue pouvait mettre à la voile avant les glaces, au nombre de huit ou neuf vaisseaux pouvant porter 3,000 hommes, cela ferait l’affaire de la Guadeloupe et de Santo-Domingo; et, si les événements qui vont se passer rendent cela possible, je réserverai 4,000 hommes dans le Nord pour ce projet. Il semble qu’il faudrait préparer une autre expédition à Rochefort et une autre à Cherbourg, quand même on préparerait celle de Flessingue, puisque celle-ci pourrait ne pas partir. Les choses étant ainsi, il faudrait envoyer à Cherbourg les frégates l’Élisa et l’Amazone, avec les cinq flûtes qui se trouvent au Havre; ce qui, joint aux deux vaisseaux de guerre et aux deux frégates qui sont en partance à Cherbourg, me ferait une expédition de six bâtiments de guerre, de cinq flûtes et de deux ou trois bricks, qui pourraient me porter plus de 4,000 hommes; et avec cette expédition on pourra secourir Santo-Domingo s’il n’est pas pris, ou le reprendre s’il est pris, car, s’il est pris, il n’y aura que des Espagnols et très-peu de troupes réglées ; bien entendu qu’on essayerait simplement de le reprendre par un coup de main.

Quant à l’expédition de Cayenne, il me semble que j’ai à Nantes deux frégates, un brick, deux flûtes, chacune de 800 tonneaux; peut-être même pourrait-on y joindre ou la Nymphe ou la Méduse. Avec trois frégates et ces deux grosses flûtes on devrait porter 2,000 hommes; il faudrait y joindre sans doute cinq ou six bricks et petits bâtiments, et, s’il est nécessaire, une ou deux autres grosses flûtes, qu’il sera facile de se procurer à Nantes.

Enfin on pourrait faire partir de Rochefort l’expédition pour secourir la Guadeloupe. Vous pouvez armer à cet effet à Rochefort trois de mes meilleurs vaisseaux. J’ai déjà trois frégates et deux corvettes en rade, ce qui ferait cinq bâtiments de guerre et deux corvettes, et l’on pourrait y joindre deux grosses flûtes; je dois en avoir à Bordeaux. Enfin, s’il n’y en avait pas, on pourrait prendre les plus mauvais de mes bâtiments de guerre, qu’on armerait en flûte et qu’on laisserait à la Guadeloupe pour revenir charges de marchandises des colonies. Vous y pourriez joindre quelques corvettes et cinq à six transports. Cette expédition pourrait facilement porter 3,000 hommes.

Ces combinaisons ou toutes autres me paraissent nécessaires à préparer dès aujourd’hui. Il est également nécessaire de penser à envoyer trois frégates à l’Île de France. Je n’ai plus dans cette colonie que cinq frégates, parmi lesquelles il y en aura probablement une ou deux qui seront prises.

En résumé, je voudrais: 1° une expédition partant de Cherbourg, pour la partie espagnole de Saint-Domingue, portant 4,000 hommes, des vivres et quelques moyens nécessaires, des plans, des officiers du génie et d’artillerie connaissant cette colonie et pouvant être utiles; on reprendrait la place par un coup de main, si on la trouvait prise par l’ennemi et mal gardée; 2° une expédition partant de Rochefort et portant 3,000 hommes avec les vivres nécessaires, pour secourir la Guadeloupe; 3° une expédition partant de Nantes et portant tout ce qui serait nécessaire pour reprendre Cayenne et l’occuper en force; 4° trois frégates dirigées de différents points pour l’île de France; 5° l’escadre de Flessingue avec 4 ou 5,000 hommes pour secourir la Guadeloupe et Santo-Domingo. Quant à l’escadre de Toulon, la destination que vous avez projetée me paraît convenable.

Il faut que vous organisiez ces expéditions, non-seulement pour la marine, mais encore pour la terre; et, à cet effet, il faut vous concerter avec le ministre de la guerre pour avoir la note des officiers du génie et d’artillerie qui connaissent ces différentes colonies.

 

Schönbrunn, 17 août 1809

A Frédéric, roi de Wurtemberg, à Stuttgart

Monsieur mon Frère, je reçois la lettre de Votre Majesté du 13. Je prie Votre Majesté de renvoyer ses troupes dans le Vorarlberg. 

J’ordonne au général Lagrange de s’entendre en tout et pour tout avec elle. Votre Majesté a très-bien fait de garder le sieur Schneider. Ces rivalités sont en vérité misérables, et ces petites jalousies bien funestes à la cause commune. Mes ordres pour désarmer le pays et prendre des otages ont été donnés depuis longtemps. Mais nos ennemis entretiennent la révolte dans le Vorarlberg et dans le Tyrol, dans l’espérance qu’elle peut influer sur les négociations de paix, ou pour s’en aider si les hostilités recommencent. En cela, ils font leur jeu et le nôtre est de concourir tous et de profiter de l’armistice pour étouffer ces insurrections. Ce qui me fait penser que Votre Majesté aura envoyé ses troupes sur Kempten pour secourir ce point et reprendre ceux que les insurgés auraient pris de ce côté.

 

Schönbrunn, 18 août 1809

Au comte de Champagny, ministre des relations extérieures, à Altenburg

Monsieur de Champagny, j’ai reçu un courrier de vous aujourd’hui;  j’espère que j’en recevrai un demain. Je vous envoie un courrier de Saint-Pétersbourg et le courrier du jour. Il n’y a rien de nouveau. Mais vous remarquerez comme moi qu’il y a toujours de l’obscur dans ce que veut ce cabinet. Il me semble qu’il aurait pu s’expliquer plus clairement sur un projet d’arrangement pour la Galicie.

 

Schönbrunn, 18 août 1809

Au comte Bigot de Préameneu, ministre des cultes, à Paris

Je vous prie de faire appeler le cardinal-archevêque de Lyon et d’avoir avec lui une explication sur ce fait: pourquoi dans les mandements précédents la lettre que j’écris pour faire chanter le Te Deum était-elle insérée, et pourquoi n’en a-t-il pas été de même cette fois-ci ? Vous m’enverrez une copie de l’un et de l’autre mandement, et vous préviendrez cet archevêque de vous donner des explications très-claires, parce que je formerai sur cela mon opinion. Si cette omission a eu lieu, il n’y a qu’un moyen, c’est de saisir la première occasion de la réparer.

 

Schönbrunn, 18 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Je vois, par votre lettre du 12, que vous avez reçu enfin ma lettre; cela me fait grand plaisir. J’espère que vous aurez reçu aussi mes instructions et que vous aurez écrit sur-le-champ aux personnes qui commandent, pour qu’on ne fasse pas d’opérations insensées et qu’on ne prenne l’offensive nulle part, à moins qu’on ne soit quatre contre un et qu’on n’ait beaucoup d’artillerie de campagne. La présente expédition des Anglais ne peut avoir, encore une fois, aucun résultat; et la seule manière de lui en donner un serait d’aller imprudemment les attaquer, parce qu’alors nos gardes nationales seraient démoralisées et que les effets s’en feraient sentir sur toutes celles qui sont en réserve. L’île de Walcheren a pour défense la Lièvre et le mauvais air, qui m’ont toujours empêché d’y laisser des troupes, et Flessingue est imprenable moyennant l’inondation. Quant à l’île de Cadzand, l’ennemi ne pourra jamais l’attaquer avec succès, si l’on y tient 15 ou l6,000 hommes et trente pièces de canon et si l’on y choisit d’avance un bon champ de bataille, fortifié par quelques digues ou courants d’eau. Il faudrait, s’il est possible, que cette position fût appuyée à la batterie Napoléon. Alors, après s’être opposé au débarquement, on se retirerait dans ce camp retranché. En dix jours quelques ouvrages nécessaires seraient terminés. L’ennemi devrait perdre du temps pour reconnaître notre position; on se renforcerait, et l’on finirait par le rejeter dans la mer. .

Ne pouvant pas prendre l’île de Walcheren, les Anglais ne prendront pas davantage Anvers. Il faut que l’escadre s’y renferme. Anvers ne pourra jamais être bloqué. Il ne pourra être assiégé que d’un côté, et le moment où les Anglais se présenteraient pour cela serait celui de les jeter dans l’eau. Si je commandais les forces anglaises, je ne croirais pas pouvoir mettre le siège devant Anvers avec moins de 60,000 hommes, et encore j’aurais la crainte d’être battu et jeté dans la mer. Cette opération des Anglais est donc insensée. Tous les jours nous avons des milliers d’hommes de plus, et tous les jours ils en ont des milliers de moins. Tous les jours nous croyons davantage au succès, et tous les jours ils craignent davantage un revers et voient s’approcher une catastrophe.

Je vois que l’approvisionnement de Flessingue était, au 1er août, pour 4,000 hommes pendant trois mois; c’est la même chose que pour 8,000 hommes pendant six semaines; or certainement le général Monnet a là 8,000 hommes; je croirais donc cette place mal approvisionnée si je ne voyais 600,000 rations de pain, vin et viande, ce qui fait pour 6,000 hommes pendant cent jours. Flessingue a donc des vivres pour quatre ou cinq mois. Je désire que vous y envoyiez un officier, que vous chargerez de vérifier cet approvisionnement et d’en dresser procès-verbal, et que vous écriviez au général Monnet que je compte qu’il tiendra par les vivres qu’il a jusqu’au 1er février. Indépendamment de cela , il faut préparer des vivres pour les lui faire passer, si cela était nécessaire.

Veillez également à l’approvisionnement d’Anvers. Il y faut du biscuit, des vivres, de la farine en quantité suffisante jusqu’au 1er  février.

Je pense qu’il n’y a aucune possibilité que l’ennemi puisse jamais investir Anvers sur la rive gauche. Je ne vois pas que vous y ayez envoyé assez d’officiers du génie et d’artillerie. J’estime que, pour défendre la ville, il faut au moins quinze officiers d’artillerie, indépendamment de ceux des compagnies, et au moins neuf officiers du génie. Nommez vous-même un homme de confiance pour commander sur la rive gauche. Il se tiendra à la Tête-de-Flandre et aura sous lui deux majors, qui commanderont les deux forts situés l’un à l’aval, l’autre à l’amont de la place. Ordonnez que ces deux forts aient leur approvisionnement séparé, de manière qu’ils puissent continuer de se défendre et rester intacts, quand même Anvers serait pris. Nommez aussi un commandant de la citadelle et assez d’adjudants pour pouvoir faire le service de la place.

Faites passer l’inspection des gardes nationales; qu’elles soient bien organisées et surtout bien armées.

La perte du fort de Bath est l’accident le plus fâcheux qui ait pu nous arriver, mais cela est sans remède, et pour tenter de le reprendre il ne faut pas engager une affaire où il n’y aurait pas d’espérance de succès.

Voyez le ministre de la marine pour que décidément mon escadre se mette en sûreté dans Anvers. Je la trouve mal placée comme elle est. Je voudrais la voir dans l’enceinte de la ville et couverte par les remparts. On pourrait laisser seulement un vaisseau et une frégate du côté de Lillo.

Je vois avec peine que vous ayez employé le général Dupont Chaumont; cela n’est pas convenable; envoyez-le ailleurs.

Je ne saurais trop vous le répéter, il faut agir avec prudence, ne pas compromettre de mauvaises troupes et ne pas avoir la folie de croire, comme bien du monde, qu’un homme est un soldat. Les troupes de la nature de celles que vous avez sont celles qui exigent le plus de redoutes, de travaux et d’artillerie. Il faut à ces troupes les quatre pièces de canon par bataillon que prescrit l’ordonnance, mais il faut très-peu de caissons, parce qu’on se battra près de nos dépôts. Ainsi l’attelage ne doit pas être très-coûteux. Il faut d’autant plus d’artillerie à une troupe qu’elle est moins bonne. Il est des corps d’armée avec lesquels je ne demanderais que le tiers de l’artillerie qui me serait nécessaire avec d’autres corps d’armée.

 

Schönbrunn, 18 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Je reçois votre lettre du 12. Je vois que vous avez fait arrêter le directeur d’artillerie de Mayence. Faites procéder à l’accusation contre cet officier; qu’il donne ses moyens de justification, et, pour peu qu’ils soient passables, acquittez-le; mais faites connaître par une circulaire aux différents directeurs tout ce qui s’est fait à cet égard.

 

Schönbrunn, 18 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Je reçois votre lettre du 12. Je vois qu’il n’y a pas de lettres d’Espagne aujourd’hui. Il me tarde d’apprendre des nouvelles de ce pays et de la marche du duc de Dalmatie. Quelle belle occasion on a manquée ! 30,000 Anglais à 150 lieues des côtes devant 100,000 hommes des meilleures troupes du monde ! Mon Dieu ! qu’est-ce qu’une armée sans chef !

 

Schönbrunn, 18 août 1809

Au vice-amiral comte Decrès, ministre de la marine, à Paris

Monsieur le Vice-Amiral Decrès, je reçois votre lettre du 13 août.

L’idée de couler bas des bâtiments dans la passe de l’Escaut est une idée ridicule. Un billet qui m’a été adressé par le ministre de la guerre m’indique le lieu où est mon escadre: trois vaisseaux sont près de Lillo et huit plus près d’Anvers. Je ne comprends pas bien cette disposition, ni pourquoi mon escadre ne s’est pas placée tout simplement sous Anvers, dans l’enceinte des remparts. Mon intention est qu’elle prenne cette position sans délai; c’est là seulement qu’elle peut être en sûreté; c’est là seulement qu’on peut débarquer les 6,000 hommes qui sont à bord, et, s’il est nécessaire, les employer à la défense. Enfin il me parait absurde de tenir ainsi l’escadre le long d’un canal où elle est sans défense. Je la trouve donc mal placée. Quant aux estacades, je ne les crois plus nécessaires contre les brûlots. Avec des chaloupes canonnières, des péniches, des canots, il n’y a  pas grand chose à craindre. En deux mots, je désire donc que mon escadre prenne position dans l’espace du fleuve compris entre la citadelle et la tête de la ville. Cependant je ne m’oppose pas à ce qu’un vaisseau et une frégate restent avec quelques canonnières devant Lillo, protégés par les deux forts de Lillo et de Liefkenshoek. Ces bâtiments pourront de là faire des incursions dans le fleuve et s’opposer à tout ce qui arriverait. Je suis fâché que l’amiral Missiéssy n’ait pas laissé le tiers de sa flottille pour la défense de Flessingue.

S’il était encore temps d’y faire filer quelques chaloupes canonnières, cela ne pourrait qu’être utile. Il y a un passage de votre lettre que je ne comprends pas; vous dites: ” Si l’ennemi venait en force jusqu’à Anvers, je crois qu’il n’y aurait plus à reculer et qu’il faudrait que l’escadre tint ferme où elle se trouve. ” Que voulez-vous dire ? Dans la position où se trouve actuellement l’escadre, elle n’est défendue par rien, de sorte qu’il serait possible que l’ennemi, tournant le fort Lillo, dans une marche, vint établir des batteries sur la rive du fleuve et canonner mon escadre. Cela serait impossible si elle était à Anvers. Il ne faut donc pas tenir ferme; le simple bon sens rend cela sensible; et cependant je vois que l’escadre a toujours trois vaisseaux à 4,000 toises d’Anvers. L’amiral Missiéssy s’imagine qu’il faut que l’ennemi prenne Lillo, et il se trompe. L’ennemi, après avoir culbuté tout ce qu’il trouvera devant lui, entre Berg-op-Zoom et l’Escaut, peut se porter en trois heures de temps à 2,000 toises de Lillo, établir des batteries sur le fleuve et couper les quatre vaisseaux, ou se porter à 1,000 toises d’Anvers et couper les sept vaisseaux qui sont sur la droite. Joignez à cela que les vents, la marée, ou d’autres circonstances, peuvent s’opposer aux mouvements de l’escadre. Il n’y aurait aucune de ces inquiétudes à avoir si mon escadre était rentrée dans Anvers. De l’extrémité de la citadelle à la tête de la ville, il y a 1,500 toises; dans cet espace on peut bien placer des vaisseaux. On dépense un argent inutile en estacades et autres babioles. L’Escaut à Anvers n’a pas plus de 300 toises de large, et l’amiral Missiéssy a cent cinquante bâtiments de flottille; il peut établir une ligne double et triple de bâtiments, chaloupes canonnières et péniches, qui couleraient bas, remorqueraient ou détourneraient tout ce qui se présenterait.

Je vous réitère l’ordre positif de faire rentrer mon escadre à Anvers, où les équipages seront utilisés, tandis que dans la situation actuelle ils ne servent t à rien.

 

Schönbrunn, 18 août 1809

Au maréchal Davout, duc d’Auerstaedt, commandant le 3e corps de l’armée d’Allemagne, à Brünn

Mon Cousin, il parait que la cavalerie qui est cantonnée en Moravie trouve beaucoup de chevaux à acheter, que le général Pajol en a acheté beaucoup et peut en trouver encore. Faites-moi un rapport là-dessus. La brigade du général Pajol a encore des hommes à pied au dépôt; il faut qu’il continue à acheter des chevaux, pour les monter, Faites acheter tous les chevaux qu’on trouvera dans les cantonnements et envoyez-les au dépôt.

 

Schönbrunn, 19 août 1809

Au comte de Champagny, ministre des relations extérieures, à Altenburg

Monsieur de Champagny, je reçois vos lettres du 18. Vous avez eu tort de répondre à M. de Metternich relativement à l’armistice; le seul mot est : « Cela ne nous regarde pas.” Faites connaître aux plénipotentiaires que, si l’empereur d’Autriche se portait à prendre quelque mesure pour désorganiser l’administration des provinces que j’occupe, je prendrais sur-le-champ possession du pays en mon nom, j’y ferais arborer mes aigles, rendre la justice en mon nom, détruire les droits féodaux, publier le Code Napoléon, et que je supprimerais le papier-monnaie actuel et déclarerais qu’il n’a plus cours dans toutes les provinces occupées par mes troupes, en le remplaçant par un autre papier-monnaie. Vous devez insinuer que, si les négociations n’avaient aucune issue, je prendrais toutes ces mesures, et qu’en outre je séparerais les trois couronnes de la Maison d’Autriche. Tout cela doit être insinué de la manière convenable, en faisant connaître que je n’ai eu le temps de m’occuper de l’administration que depuis la bataille de Wagram. Cette bataille a été suivie immédiatement des propositions de paix que m’a faites le prince de Liechtenstein. Ayant agréé ces propositions de paix, je n’ai voulu apporter aucun changement dans la monarchie autrichienne; mais, si ces propositions n’avaient pas été faites, il n’y a aucune espèce de doute qu’au retour de Znaym je n’eusse fait arborer mes aigles, prêter serment au peuple et administrer la justice en mon nom, et il n’y a pas plus de doute que je n’eusse annulé sur-le-champ tout le papier-monnaie. Il serait trop bête de laisser subsister un papier-monnaie dont les presses sont entre les mains de l’empereur d’Autriche, c’est-à-dire de l’ennemi.

L’empereur ne doit donc se permettre aucune démarche qui puisse entraver le prompt payement de la contribution, parce que sans cela j’arrêterais le papier-monnaie dont les presses sont à la disposition de mes ennemis, et j’en substituerais un autre. Très-certainement, le jour où le congrès d’Altenburg sera terminé sans issue, je prendrai ce parti, et je changerai l’organisation du pays de manière qu’elle ne pourra plus se remettre.

Quant aux bravades militaires de M. de Nugent, il est au-dessous de votre dignité d’y répondre. Vous devez déclarer d’un air sérieux que vous n’êtes point à un congrès pour faire le sous-lieutenant de dragons, et que votre temps est trop important pour les deux pays pour l’occuper par des discussions étrangères.

Je ne pense pas pouvoir vous envoyer des instructions définitives avant quatre ou cinq jours. Vous devez d’ici là rester dans les termes de l’uti possidetis; vous ne pouvez point en sortir. Ajoutez-y que je rendrai à l’Autriche les pays qu’elle voudra, sans exception, en me contentant de ceux qu’elle voudra me céder, pourvu que la balance en richesse, en population et en étendue de territoire soit exactement observée. Dites donc aux plénipotentiaires que la première matière du traité est ce que nous possédons. Ce qu’ils veulent reprendre de ce que nous possédons forme un membre d’une équation; ce qu’ils veulent nous céder forme l’autre membre. Il m’est égal de quelle manière ils soient composés, pourvu que l’équation existe. Quant à l’armistice, déclarez solennellement que c’est une capitulation, et la capitulation de l’armée autrichienne; que je la lui ai accordée le 12 juillet, après l’avoir battue et poursuivie pendant vingt lieues; que, par cette capitulation, les Autrichiens se sont engagés à évacuer les forts de Graz et de Sachsenburg, les cercles de Znaym et de Brünn, le Tyrol et le Vorarlberg; que cette capitulation de l’armée autrichienne est la même que celle d’une place forte, et que ce serait une ironie que de prétendre qu’on ne la possède point, quand on la possède d’après une capitulation. Les Autrichiens se sont réservé les magasins d’habillement, mais ils ne se sont pas réservé autre chose. Il m’est indifférent, au reste, que Znaym soit ou ne soit pas séparé de Brünn. Vous pouvez insinuer que, si l’on fait faire cette demande par le général autrichien chargé ici de l’exécution de l’armistice, il pourra l’obtenir.

Remarquez qu’on vous parlera beaucoup de la Galicie pour tâcher de deviner quels peuvent être nos arrangements avec la Russie et ce que nous voulons faire de cette province. Notez bien surtout les principaux points de la négociation: premièrement l’uti possidetis; secondement que je ne tiens à rien en particulier. S’ils veulent Salzburg, je le rendrai; s’ils veulent Trieste, je le rendrai; s’ils veulent la Galicie, je la rendrai; s’ils veulent Vienne, je la rendrai; pourvu que j’obtienne une compensation équivalente sur la triple base des richesses, de la population et de l’étendue de territoire.

Avertissez les plénipotentiaires autrichiens qu’ils peuvent faire leur thème là-dessus; ils en sont les maîtres; c’est à eux à parler les premiers. La France possède dix millions de sujets de la Maison d’Autriche; la première question est de connaître les millions que l’Autriche veut garder et les millions qu’elle veut donner en compensation. S’ils veulent céder quelque chose en Pologne, il ne faut pas parler du duché de Varsovie, mais il faut insinuer que nous sommes d’accord avec la Russie. Il me semble qu’on avancera la question dans ce sens en commençant d’abord par convenir de la cession de Salzburg, du cercle de l’Inn, du pays de Goritz et d’une partie quelconque de la Carinthie et de la Galicie, de manière à former un total de deux ou trois millions d’habitants.

On doit tenir et ouvrir un protocole, parce que nous avons à craindre qu’on ne nous fasse dire bien des choses qui n’ont pas été dites. La preuve en est dans le manifeste de la Maison d’Autriche, où l’on nous fait proposer le partage de l’empire de Constantinople; ce qui n’est point vrai. Au lieu que dans un protocole chacun parle pour soi; ce qui est un avantage pour les deux parties. Rédigez le protocole de la séance du premier jour. Cela aura aussi l’avantage de faire voir que nous ne sommes pas pressés. Le gouvernement autrichien est faible et mal conduit, et l’ordinaire de ces gouvernements est de prendre le contraire des gouvernements opposés; ainsi ils seront pressés de conclure, s’ils ne me croient pas pressé de finir, vu qu’ils me croient plus habile qu’eux-mêmes. Ayez soin de ne rien insérer dans le protocole de contraire à la Russie, parce que mon intention est qu’il soit fait de manière à pouvoir être envoyé à cette puissance.

Le premier protocole doit commencer par l’armistice, et vous y exprimerez formellement qu’après avoir défait l’armée autrichienne et l’avoir poursuivie pendant vingt lieues, j’ai consenti à ce qu’elle se retirât; que tous les pays qu’elle a évacués sont autant de conquêtes faites par suite de bataille de Wagram; que si, depuis cette bataille, je n’ai fait aucun changement à Vienne, c’est que le prince de Liechtenstein m’avait apporté des propositions de paix et que j’en attendais le résultat; mais que, si l’empereur d’Autriche se permettait d’essayer quelques changements dans l’administration du pays que mes troupes occupent, j’en prendrais possession en mon nom et je ferais substituer un autre signe au papier-monnaie dont les presses sont entre ses mains. Dans le protocole de la seconde séance, vous parlerez du désarmement et vous en présenterez les principales raisons. Dans celui de la troisième, vous parlerez de la grande base de l’uti possidetis des deux côtés et de l’indifférence pour moi de toutes les possessions, pourvu qu’il y ait équation entre ce que je rendrai et ce qu’ils céderont. Vous ferez sentir la nécessité de ce protocole, puisque ce n’est que sur son vu que je donnerai mes ordres ultérieurs. Ayez soin d’y joindre leurs réponses, et répétez-leur que je ne tiens à aucune partie des possessions autrichiennes, ni à la Galicie, ni à Salzburg, pourvu que les principes de la base soient admis. 

Faites-bien comprendre à M. de Metternich que la négociation ne pourra avancer que lorsqu’on aura admis ces deux bases: la diminution des cadres de l’armée et le renvoi des étrangers nés en France, en Belgique ou en Italie. Quant à ceux qui seraient nés dans les États de la Confédération du Rhin, on pourrait accorder, comme modification, que tout individu né sur la rive droite du Rhin sera maître de déclarer qu’il veut prendre son domicile dans les États de l’Autriche; qu’il gardera la jouissance de ses biens (en renonçant à tout droit féodal, à toute justice seigneuriale) et qu’il aura un délai de trois années pour les vendre. Cela fera du bien à un grand nombre de maisons, et cela est fondé, parce que les intérêts de l’Allemagne et de l’Autriche sont encore trop mêlés. D’après le traité de Campo Formio, les Belges établis en Autriche ont eu également trois ans pour vendre leurs biens. Mais je tiens à ce qu’aucun prince de la Confédération ne puisse prendre du service en Autriche.

Je mets hors de doute que les plénipotentiaires autrichiens doivent aujourd’hui connaître la descente des Anglais dans l’île de Walcheren.

Annoncez -leur que cette expédition a échoué; que les Anglais n’ont pu s’approcher de Flessingue, et que ma flotte est en sûreté. Cette expédition était fondée sur de faux principes; les Anglais supposaient, 1° qu’ils pouvaient aisément s’emparer de Flessingue; mais depuis quatre ans j’y ai fait faire des travaux immenses; 2° qu’Anvers ne pourrait leur résister; et maintenant c’est une ville aussi forte que Strasbourg; 3° que mes vaisseaux de ligne ne pouvaient pas remonter armés jusqu’à Anvers; mais ils y sont arrivés, et ils ont prouvé que la navigation de l’Escaut n’était pas connue, parce que les Hollandais avaient empêché de le sonder. Ces trois fausses données ont rendu vaine l’expédition. Elle a eu l’avantage de faire réunir sur les côtes 80,000 vieux soldats, qui vont fortifier mon armée d’Allemagne, parce que tous ces soldats ont demandé de venir à Vienne et de défiler devant l’Empereur. Ainsi cette entreprise a fait voir le bon esprit de la France, m’a procuré 80,000 soldats que sans cela on n’aurait pas pu lever, et elle a annulé entièrement la plus forte expédition de l’Angleterre. Le débarquement dans l’île de Walcheren lui a coûté plus de 4,000 hommes; et les Anglais embarquent tous les jours 500 malades, l’île de Walcheren étant dans cette saison le pays le plus malsain de la terre. Vous leur représenterez donc cette expédition comme une suite du bonheur attaché aux circonstances actuelles.

Je dois vous faire connaître, pour votre gouverne, que nous recevons chaque jour 2 ou 300 déserteurs autrichiens. Ne manquez pas aussi de dire que la retraite de l’archiduc Charles est regardée dans l’armée française comme la plus grande cause de l’affaiblissement des Autrichiens. Il est possible que Nugent vous parle de ce qu’aurait pu faire l’archiduc Jean dans la bataille du 6; vous y étiez, et vous pouvez répondre que le général Marmont, la Garde et 6,000 hommes de cavalerie, formant ensemble plus de 30,000 hommes, attendaient seulement que l’archiduc Jean s’avançât, pour l’envelopper. Je vous donne toutes ces instructions pour votre gouverne.

 

20 août, neuf heures du matin.

Ce courrier n’est pas parti hier. Je reçois actuellement votre courrier. Le 14, il n’y avait rien de nouveau. L’ennemi, n’osant pas s’approcher de Flessingue, tâchera d’arriver avec beaucoup de bâtiments au fort de Bath. Anvers était en bonne position; mon escadre était à Anvers. Quant à l’Espagne, les affaires vont bien; le maréchal Soult est arrivé sur les derrières de l’armée anglaise, qui battait en retraite. Ce qui a été évacué de Madrid n’était relatif qu’à des permissions données à des femmes et gens inutiles qui voulaient s’en aller. Le roi d’Espagne était à Tolède. Dans la bataille de Talavera, les Anglais ont eu le tiers de leur armée hors de combat. Ils étaient 30,000 hommes; ils ont perdu 10,000 hommes.

 

Schönbrunn, 19 août 1809

Au comte de Champagny, ministre des relations extérieures, à Altenburg

Monsieur de Champagny, je vous renvoie les lettres apportées par votre courrier d’hier. Écrivez à M. de la Rochefoucauld pour qu’il demande satisfaction des insultes faites à mes corsaires. Il doit déclarer par une note que les corsaires qui commettraient des désordres doivent être poursuivis devant les consuls français, mais que toute mesure prise contre mon pavillon sera regardée comme un acte d’hostilité, et que je ferai exercer des représailles sur les bâtiments hollandais. Je m’en rapporte cependant à sa prudence pour mettre quelques jours de retard dans cette déclaration, afin de ne pas augmenter les embarras du gouvernement hollandais, dans un moment où il doit en avoir à cause de l’expédition anglaise.

Écrivez à M. Bourrienne, pour lui faire connaître notre situation à l’égard de la Suède, ainsi qu’au consul de Stettin. Je suis en guerre avec la Suède, mais dans l’intention et le désir de faire la paix. Tout ce qui était animosité a disparu depuis la révolution, et j’ai autant d’amitié pour le roi actuel que j’avais d’inimitié et d’aversion pour son prédécesseur. En conséquence, les procédés doivent être changés, mais seulement les procédés qui tiennent à l’honnêteté. On peut recevoir les paquebots expédiés de la Suède et laisser circuler librement les lettres venant de ce pays, pourvu qu’il ne s’y trouve point de lettres anglaises; mais le commerce ne peut être rétabli, puisque ce serait établir le commerce anglais. D’ailleurs, les nations ne passent de l’état de guerre à l’état de paix que par des traités et des actes authentiques et publics; et ces formalités ne sont point encore remplies.

 

Schönbrunn, 19 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Le major général répondra au général Beaumont que je suis mécontent de sa conduite (Le général Beaumont avait invité le prince royal de Wurtemberg à évacuer Bregenz, dont l’occupation par les troupes françaises était nécessaire pour la pacification du Vorarlberg); qu’il n’a pas répondu à ma confiance en dégoûtant le roi de Wurtemberg; qu’importe la gloriole d’entrer le premier à Bregenz ? cela était assez naturel dans un petit souverain; mais, pour les troupes françaises, cette gloriole était bien peu de chose; qu’il a eu tort d’écrire au Prince royal d’évacuer Bregenz; que le roi de Wurtemberg a eu raison de regarder cela comme une espèce d’insulte; mais que cela est d’autant plus cruel que mes affaires  s’en ressentent; qu’il a eu d’autant plus tort, d’ailleurs, qu’il est de fait que le Prince royal est entré le premier à Bregenz.

 

Schönbrunn, 19 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Le major général fera venir le baron de Hugel et lui fera connaître combien j’ai lieu de me plaindre de cette conduite 5)Le roi de Wurtemberg, blessé de l’ordre du général Beaumont relativement à l’évacuation de Bregenz, venait de rappeler les troupes wurtembergoises; que, lorsque je fais ce que je peux pour la cause commune, les souverains de la Confédération dérangent mes combinaisons; que le général Beaumont n’a pas notifié au Prince royal d’évacuer Bregenz; que, quand même cela serait, ce n’était pas une raison pour que le Roi rappelât ses troupes du Vorarlberg et nous y exposât à un échec; que cette conduite est injustifiable; que j’ai désiré que le major général vît M. de Hugel pour lui faire sentir combien tout cela m’a peiné.

 

Schönbrunn, 19 août 1809

NOTE POUR LE GÉNÉRAL COMTE BERTRAND, COMMANDANT LE GÉNIE DE L’ARMÉE D’ALLEMAGNE, A VIENNE.

Dans l’ordre qu’on remettra au général Bertrand, il verra ce que je désire pour la March; mais il faut aussi reconnaître un emplacement sur le Danube, près de Theben. Theben serait une tête de pont toute trouvée. Cependant il faudrait que le pont donnât sur la rive droite de la March, pas loin de l’embouchure.

J’ai remarqué que vis-à-vis Theben il y a une île comme celle de Lobau, et, vis-à-vis de cette île, de grandes hauteurs qui arrivent sur Hainburg. Il faut sur ce point faire sonder le canal, en notant le jour où les sondes auront été faites, afin que, si un jour on avait intérêt de jeter un pont sur ce point, on sût à quoi s’en tenir. Il me semble que l’embouchure de la March est un point désigné pour avoir un pont sur le Danube, puisque la March 6)illisible . . . naturelle, et que, Theben étant déjà occupé, il remplira ce double but, d’une tête de pont sur le Danube et sur la March. On suppose que de Hainburg au pont le débouché serait facile, car il peut être d’un bien grand avantage d’avoir un pont à deux journées de Vienne. Cela peut même donner lieu à des combinaisons qui trompent l’ennemi. Il ne peut être question ici d’un pont qui serait détruit par les bateaux que pourrait lancer l’ennemi, puisque nous sommes maîtres du haut Danube; et, comme le Danube descend, nous pouvons y avoir des bateaux par le fleuve, en douze heures, ou les transporter sur des haquets, et mettre l’ennemi hors de tous ses calculs. Il est donc nécessaire que ce point soit bien connu. Ce pont équivaudrait à un pont vis-à-vis Presbourg, parce que de Theben à Presbourg il n’y a que trois lieues.

Faire une bonne reconnaissance de la Taya, et y joindre un mémoire.

Reconnaître la March aussi loin que possible par les ingénieurs géographes.

 

Schönbrunn, 19 août 1809

A Eugène Napoléon, vice-roi d’Italie, à Vienne

Mon Fils, faites partir un aide de camp qui se rendra à Raab et suivra le cours de la Raab jusqu’à Körmönd et Graz. Il prendra, s’il est nécessaire, un détachement de cinquante hommes de cavalerie légère. Il vous écrira tous les jours pour vous faire connaître ce qu’il y a de nouveau sur la ligne ennemie et les mouvements que l’ennemi ferait.

Réitérez l’ordre que vos régiments de cavalerie légère achètent des chevaux en Hongrie, où il y en a beaucoup. Ils ont beaucoup d’hommes au dépôt de cavalerie; il faut qu’ils achètent des chevaux et les envoient au dépôt, où on les montera.

Envoyez l’ordre à Trieste qu’avant le 1er septembre il y ait deux millions de versés à la caisse, à-compte des contributions. Écrivez aussi pour presser les recouvrements à Laybach et à Klagenfurt, afin que la solde de votre corps d’armée soit payée au 1er septembre.

Vous m’avez remis une reconnaissance de la March, mais vous n’y avez pas joint de mémoire; cependant c’est le mémoire qu’il est important d’avoir.

 

Schönbrunn, 20 août 1809

Au prince Cambacérès,archichancelier de l’empire, à Paris

Mon Cousin, je reçois vos lettres du 14. A l’une était joint un bulletin d’Anvers du 11; celui qui l’a écrit est un sot. Un fort comme Lillo peut se défendre vingt jours avant de se rendre, à moins qu’il n’ait pour commandant un traître ou un lâche. Des bombes ne font point rendre un fort. Anvers, par l’Escaut, est imprenable, à cause des chaloupes canonnières et des batteries qui sont établies à droite et à gauche du fort. L’Escaut n’a que 400 toises de large à Anvers. Ainsi il n’y a absolument rien à craindre pour cette place. Quant à l’idée de couler des bâtiments pour obstruer la passe de l’Escaut, rien qu’une pareille idée me fait frémir d’indignation. Un lâche, ou un homme qui n’a aucune notion de la guerre et qui veut se mêler de ce qui ne le regarde pas, peut seul concevoir une pareille pensée.
Je rougis pour ceux qui l’ont eue.

Il est fâcheux que ce ne soit que le 14 que l’on ait commencé à lever des gardes nationales. Il fallait prendre cette mesure dès le 1er; c’était une idée toute simple. Le 14, il y aurait eu 60,000 gardes nationales sur l’Escaut. Les avis qu’a la cour de Vienne par ses ambassadeurs et par toutes ses relations sont que les Anglais n’ont que 16,000 hommes de troupes de débarquement.

 

Schönbrunn, 20 octobre 1809, cinq heures du soir

Au comte de Champagny, ministre des relations extérieures, à Altenburg

Monsieur de Champagny, j’ai reçu votre lettre du 19 à quatre heures après midi, où vous me rendez compte de votre conférence. Je n’ai rien à ajouter à ce que je vous ai mandé hier. Évitez seulement de vous laisser pénétrer sur les affaires de la Galicie. Tâchez d’avoir par M. de Metternich des nouvelles de ce qui se passe sur le Danube du côté des Russes. Les Autrichiens doivent en être parfaitement instruits.

 

Schönbrunn, 20 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Mon Cousin, je Vous renvoie l’état que vous m’avez remis. Je désire avoir la distribution de ces 23,674 hommes entre les différents régiments de l’armée. Chargez le général Charpentier de faire, dans les journées du 22 et du 24, l’inspection des dépôts des 2e, 3e, 4e corps et de l’armée d’Italie, faisant 2,800 hommes. Il dressera, par régiment et par nature de maladie, l’état des hommes qui s’y trouvent; il les classera en quatre états distincts, de la manière suivante: 1° ceux qui peuvent rejoindre; 2° ceux qui peuvent rejoindre avant deux mois; 3° ceux qui ne peuvent pas rejoindre d’ici à deux mois; 4° enfin ceux qui sont hors d’état de reprendre le service.

Quant à ces derniers, il présentera le travail nécessaire pour leur réforme et leur renvoi en France. Ceux qui peuvent rejoindre seront dirigés sur leurs corps. Je vois que dans le faubourg de Wieden il y a plus de 1,700 hommes au 4e corps; que dans celui de Josephstadt il y en a plus de 1,300 appartenant aux Saxons, etc. Chargez des généraux de votre état-major, le général Monthion, le général Camus et d’autres, de passer à la fois la revue de tous ces hommes dans les faubourgs et de faire le même travail. Je vois qu’il y a sept faubourgs où se trouvent des malades; c’est donc sept généraux ou adjudants commandants à désigner. Ils feront le recensement des hommes par régiment et les classeront également en quatre états, ainsi qu’il vient d’être dit. Faites faire le même travail pour les hôpitaux, en chargeant autant d’officiers qu’il y a d’hôpitaux d’en passer la revue. Ainsi le général Charpentier visitera et se chargera des 2,800 hommes qui sont aux dépôts des corps d’armée; sept généraux ou adjudants commandants de votre état-major visiteront les 5,000 hommes qui se trouvent dans les sept faubourgs, et enfin autant d’officiers d’état-major qu’il y a d’hôpitaux seront chargés de visiter les 15,000 hommes des hôpitaux. Vous recommanderez à ces différents officiers de prendre bien leurs mesures et de procéder dans ce travail le plus exactement possible, vu que tous les cinq jours ils auront à me remettre de semblables états. Ces états me seront présentés à la parade; les premiers, qu’on dressera le 22 et le 23, me seront remis à la parade du 25; les états qu’on dressera le 29 et le 30 me seront remis à la parade du 1er.

Chaque fois vous en ferez un rapport général, et l’on suivra cette marche tous les cinq jours. J’attache une grande importance à ne pas perdre de vue ces 23,000 hommes, et à avoir des hommes qui aient appris à les connaître et que je puisse interroger sur tout ce qui se passe.

 

Schönbrunn, 21 août 1809, six heures du soir

Au comte de Champagny, ministre des relations extérieures, à Altenburg

Monsieur de Champagny, je vous renvoie vos dépêches reçues par l’estafette d’aujourd’hui. Il paraît qu’il n’y a rien de nouveau. Il semble seulement que le Danemark se désiste de ses grandes prétentions; ce qui accélérera la paix avec la Russie.

Voilà les affaires de Suède terminées. Pour mon compte, je n’en suis pas fâché. L’exclusion de l’ancienne dynastie est consommée.

C’est un événement agréable à la France, et la manière dont a été résolu ce problème de la succession me convient assez. Expliquez-vous dans ce sens, mais cependant d’une manière vague, avec M. Caulaincourt et M. Didelot.

Vous trouverez ci-joint votre lettre au ministre d’Amérique ; vous pouvez la lui envoyer avec les passe-ports qu’il demande. Ajoutez-y quelques protestations pour les États d’Amérique et pour lui.

 

Altenburg, 22 août 1809.

AU GÉNÉRAL ARMSTRONG, MINISTRE PLÉNIPOTENTIAIRE DES ÉTATS-UNIS, A PARIS.

Monsieur, S. M. l’Empereur, instruit que vous devez expédier un bâtiment en Amérique, m’ordonne de vous faire connaître les principes invariables qui ont réglé et régleront sa conduite sur la grande question des neutres.

La France admet le principe que le pavillon couvre la marchandise. Un bâtiment marchand, naviguant avec les expéditions de son gouvernement, est une colonie flottante. Violer ce bâtiment par des visites, des perquisitions et autres actes d’une autorité arbitraire, c’est violer le territoire d’une colonie, c’est attenter à l’indépendance de son gouvernement. Les mers n’appartiennent à aucune nation; elles sont le bien commun des peuples et le domaine de tous.

Les bâtiments de commerce ennemis, appartenant à des particuliers, doivent être respectés. Les individus qui ne combattent pas ne doivent pas être prisonniers de guerre. Dans toutes ses conquêtes la France a respecté les propriétés particulières; les magasins et les boutiques sont restés à leurs propriétaires; ils ont pu disposer à leur gré de leurs marchandises; et dans ce moment, des convois de voitures chargées principalement de coton traversent les armées françaises, l’Autriche et l’Allemagne, pour se rendre là où le commerce les envoie.

Si la France avait adopté les usages de la guerre de mer, toutes les marchandises du continent eussent été accumulées en France et fussent souvent devenues la source d’une immense richesse.

Telles eussent été sans doute les prétentions des Anglais, s’ils avaient sur terre la supériorité qu’ils ont sur les mers. Comme aux temps de la barbarie, on aurait vu les vaincus vendus comme esclaves et leurs terres partagées. L’avidité mercantile aurait tout envahi, et le retour à des usages barbares eût été l’ ouvrage du gouvernement d’une nation éclairée et qui a perfectionné les arts de la civilisation. Ce gouvernement ne méconnaît pas l’injustice de son code maritime; mais que lui importe ce qui est juste ? il ne considère que ce qui lui est utile.

Lorsque la France aura acquis une marine proportionnée à l’étendue de ses côtes et à sa population, l’Empereur mettra de plus en plus ces maximes en pratique et fera ses efforts pour en rendre l’adoption générale. Le droit ou plutôt la prétention de bloquer par une proclamation des rivières et des côtes est aussi révoltante qu’elle est absurde. Un droit ne peut dériver d’une volonté ou d’un caprice d’une des parties intéressées; il doit dériver de la nature même des choses. Une place n’est véritablement bloquée que lorsqu’elle est investie par terre et par mer. On la bloque pour l’empêcher de recevoir des secours qui pourraient retarder sa reddition; on a seulement alors le droit d’empêcher les bâtiments neutres de s’y introduire; car cette place ainsi attaquée est en danger d’être prise, et sa domination est vacillante et contestée entre le maître de la ville et celui qui la bloque ou l’assiège. De là le droit d’en ôter l’accès aux neutres mêmes.

La souveraineté et l’indépendance du pavillon sont, comme la souveraineté et l’indépendance du territoire, la propriété de tous les neutres. Un État peut se donner à un autre, briser l’acte de son indépendance, changer de souverain; mais les droits de la souveraineté sont indivisibles et inaliénables; personne ne peut en rien céder.

L’Angleterre a mis la France en état de blocus; l’Empereur a, par son décret de Berlin, déclaré les îles Britanniques en état de blocus. La première mesure éloignait les bâtiments neutres de la France; la seconde leur interdisait l’Angleterre. 

Par ses ordres du conseil du 11 novembre 1807, l’Angleterre a mis un octroi sur les bâtiments neutres et les a assujettis à passer dans ses ports avant que de se rendre à leur destination. Par décret du 17 décembre de la même année, l’Empereur a déclaré dénationalisés les bâtiments dont le pavillon aurait été violé, dégradé, foulé aux pieds.

Pour se dérober aux actes de violence dont cet état de choses menaçait son commerce, l’Amérique a mis un embargo dans ses ports; et quoique la France, qui n’avait fait qu’user de représailles, vît ses intérêts et les intérêts de ses colonies blessés par cette mesure, cependant l’Empereur applaudit à cette détermination généreuse de renoncer à tout commerce plutôt que de reconnaître la domination des tyrans des mers.

L’embargo a été levé. On y a substitué un système d’exclusion. Les puissances continentales liguées contre l’Angleterre font cause commune; elles visent au même but; elles doivent recueillir les mêmes avantages; elles doivent aussi courir les mêmes chances; les ports de la Hollande, de l’Elbe, du Weser, de l’Italie et de l’Espagne ne jouiront d’aucun des avantages dont ceux de France seraient privés. Les uns et les autres seront en même temps ouverts ou fermés au commerce dont ils peuvent être l’objet.

Ainsi, Monsieur, la France reconnaît en principe la liberté du commerce des neutres et l’indépendance des puissances maritimes; elle les a respectées jusqu’au moment où la tyrannie maritime de l’Angleterre, qui ne respectait rien, et les actes arbitraires de son gouvernement l’ont forcée à des mesures de représailles, qu’elle n’a prises qu’à regret. Que l’Angleterre rapporte sa déclaration de blocus de la France, la France rapportera son décret de blocus de l’Angleterre; que l’Angleterre rapporte ses ordres du conseil du 11 novembre 1807, le décret de Milan tombera de lui-même; le commerce américain aura repris toute sa liberté, et il sera sûr de trouver faveur et protection dans les ports de France.

Mais c’est aux États-Unis à amener par leur fermeté ces heureux résultats.

Une nation qui veut rester libre et souveraine peut-elle mettre en balance quelques intérêts du moment avec le grand intérêt de l’indépendance et le maintien de son honneur, de sa souveraineté et de sa dignité ?

 

Schönbrunn, 21 août 1809

Au comte Régnier, Grand-Juge, ministre de la justice, à Paris

Des plaintes me sont faites par des personnes recommandables et dignes de foi sur de grands abus qui auraient lieu dans le canton de Claye et autres cantons environnants. On se plaindrait d’expropriations forcées sans indemnité préalable, et dès lors de violation du Code Napoléon. On se plaindrait également que, depuis cinq ans, des particuliers de ce canton n’auraient pas été indemnisés par l’administration de Paris, et que beaucoup de familles se trouveraient ruinées par ces oublis et ces atteintes portées à la propriété.

Nous ne pouvons pas nous faire à l’idée que nos tribunaux aient besoin de nos ordres spéciaux pour faire exécuter les lois et respecter les principes fondamentaux de l’institution sociale.

Nous voulons donc qu’au reçu de la présente vous fassiez appeler notre procureur impérial près le tribunal de première instance de Paris, et que vous lui ordonniez de recueillir les plaintes faites contre nos officiers, soit du département, soit des ponts et chaussées, et d’informer, soit aux fins civiles, soit aux fins criminelles, selon la nature de l’acte qu’ils auront commis. Si, dans la marche prescrite par nos institutions, il se trouve d’abord arrêté, parce qu’il faudra une décision du Conseil d’État qui l’autorise à informer contre des agents du Gouvernement, il en résultera toujours que nos officiers près de nos tribunaux, en nous en instruisant et en ayant recours au Conseil d’État, mettront à même ce corps de nous dénoncer les abus et d’y porter remède. Si, après avoir lu ces dispositions, vous pensez que notre législation, soit à raison de la séparation du civil et ducriminel, soit par toute autre cause, s’oppose absolument à ce que nos agents de justice interviennent, notre intention est que vous vous rendiez au Conseil d’État et que vous y donniez lecture de la présente, afin que les rédacteurs du Code comprennent cette lacune et les embarras qui en résultent dans la législation. Cc qui se fait à Paris sous nos yeux se fait bien davantage à une plus grande distance dans un empire aussi vaste, et cependant les sujets ne peuvent avoir recours qu’au souverain, recours suprême et d’exception, et qui ne doit pas entrer dans la marche ordinaire des affaires.

Si l’on peut toucher à la propriété des citoyens sans violer les lois qui y sont relatives et que les magistrats ne puissent rien faire pour s’y opposer, il est évident que la propriété n’est pas en sûreté dans l’Empire.

Cependant l’esprit de vertige et d’empiétement qui peut s’introduire dans les corps de magistrature exige qu’on les maintienne dans de justes bornes; dans le cas surtout où il est question de l’administration publique, ils ne doivent pas pouvoir continuer les informations contradictoirement aux arrêts du Conseil. Or un arrêt du Conseil est une belle et grande garantie pour les citoyens. Mais il est indispensable que les tribunaux puissent informer, empêcher l’expropriation et enfin recueillir les plaintes et garantir le droit des propriétaires contre les entreprises de nos préfets, des conseils de préfectures et autres de nos agents, sous quelque dénomination que ce soit.

L’expropriation est un acte judiciaire: comment arrive-t-il qu’elle se fait par le canal administratif ? La violation d’une propriété particulière, même par l’autorité publique, sans l’expropriation, est un délit : pourquoi nos juges de paix et procureurs impériaux n’en informeraient-ils pas, soit au grand, soit au petit criminel ?

Je reçois souvent directement des plaintes sur des abus qui se renouvellent; ces plaintes s’adressent à moi, et de là je suis fondé à penser qu’il y a une grande lacune dans notre législation.

Le but de cette lettre est donc que, si notre jurisprudence actuelle donne ouverture à des procédures contre nos officiers civils de la Seine, vous ayez à faire recueillir toutes les plaintes qui auraient pour objet la mainmise sur des propriétés particulières, sans expropriation valable, ou par expropriation extrajudiciaire et sans la formalité préalable d’être indemnisé. Cela peut donner lieu à une affaire, ou criminelle ou civile, et j’attache de l’importance à l’existence de cette procédure, pour servir d’exemple et donner une direction aux tribunaux.

Si, au contraire, notre jurisprudence actuelle ne donne aucune ouverture à cette manière de procéder, je désire que vous me fassiez connaître quel est le changement à faire dans notre législation pour abolir toute expropriation administrative, et enfin pour donner à tous les Français recours à une autorité locale contre les abus de l’administration.

 

Schönbrunn, 21 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris 

Faites connaître au maréchal Jourdan mon extrême mécontentement des inexactitudes et des faussetés qui se trouvent dans ses rapports sur les affaires des 26, 27, 28 et 29 juillet; que ses dépêches ne me font pas connaître les événements comme ils se sont passés, et que c’est la première fois qu’on se moque ainsi du Gouvernement. Il dit que le 28 on s’était emparé du champ de bataille de l’armée anglaise, c’est-à-dire de Talavera et du plateau sur lequel était appuyée sa gauche, tandis que les rapports subséquents et ceux de différents officiers disent le contraire et que nous avons été repoussés toute la journée. Faites-lui sentir que cette infidélité envers le Gouvernement est un véritable crime, et que ce crime a manqué d’avoir des résultats funestes, puisque, ayant appris la nouvelle que les Anglais avaient été battus et que dans cette affaire une armée qui n’était que la moitié de nos forces avait suffit pour les chasser, cela allait influer sur mes déterminations, lorsque heureusement j’ai appris à temps que mon armée avait été battue, c’est-à-dire qu’elle n’avait pris ni Talavera ni le plateau; qu’il pouvait dire dans le journal de Madrid tout ce qu’il voulait, mais qu’il n’a pas le droit de déguiser la vérité au Gouvernement.

Dans une lettre séparée, vous ferez connaître au maréchal Jourdan que les affaires ont été mal dirigées; que le maréchal Soult devait venir de Salamanque par Avila sur Madrid, et que, les corps ayant marché isolément, dès le 27 ou le 28 la tête serait arrivée; qu’il aurait fallu, pendant ce temps, reculer à petites journées et ne donner bataille sous Madrid que lorsque toutes nos forces auraient été réunies; que la marche du maréchal Soult et de ses trois corps sur Plasencia était dangereuse et surtout inutile : dangereuse, puisque notre armée pouvait être battue à Talavera, sans qu’on lui portât secours, et qu’on compromettait ainsi la sûreté de toutes mes armées en Espagne, tandis que les Anglais n’avaient rien à craindre, car en trois heures de temps ils pouvaient se mettre derrière le Tage, et, soit qu’ils le repassassent à Talavera, soit qu’ils le repassassent au pont d’Almaraz, soit partout ailleurs, ils avaient leur ligne d’opération sur Badajoz à l’abri; qu’on a donc compromis mes meilleures troupes et le sort de l’Espagne par ignorance des règles de la guerre et sans que, en cas de succès, on pût obtenir un résultat; qu’enfin, puisqu’on avait fait l’énorme faute de se diviser en deux armées de 50,000 hommes chacune, que des montagnes et une grande étendue de pays séparaient, on devait au moins ne livrer bataille qu’à peu près en même temps; or il était bien évident que le maréchal Soult ne pouvait pas arriver avant le 4 à Plasencia, puisqu’il ne commettrait pas la faute d’y arriver sans le 6e corps, lequel étant à Astorga ne pouvait tout au plus arriver qu’à cette époque; au lieu que l’autre armée de 50,000 hommes, du côté de Madrid, pouvait manœuvrer et gagner quelques jours sans livrer bataille; les Anglais certes ne se seraient pas compromis s’ils l’avaient trouvée dans une bonne position; qu’enfin, arrivé devant Talavera, on savait bien qu’on avait l’armée anglaise en présence; on le savait par les prisonniers qu’on avait faits les jours précédents; il est donc de la dernière absurdité de les avoir attaqués sans les avoir reconnus; il était bien évident que, ceux-ci ayant placé leur droite sur Talavera (où se trouvaient les Espagnols, qui, s’ils ne valent rien en plein champ, sont du moins de bonnes troupes lorsqu’ils peuvent se retrancher dans des maisons) et leur gauche sur un plateau, il fallait s’assurer si ce plateau ne pouvait être tourné; que cette position de l’ennemi exigeait donc des reconnaissances préalables, et qu’on a conduit mes troupes sans discernement, comme à la boucherie; qu’enfin, étant résolu à la bataille, on l’a donnée mollement, puisque mes armes ont essuyé un affront, et que 12,000 hommes de réserve sont cependant restés sans tirer; que les batailles ne doivent pas se donner si l’on ne peut calculer en sa faveur soixante-dix chances de succès sur cent; que même on ne doit livrer bataille que lorsqu’on n’a plus de nouvelles chances à espérer, puisque de sa nature le sort d’une bataille est toujours douteux; mais qu’une fois qu’elle est résolue on doit vaincre ou périr, et que les aigles françaises ne doivent se ployer en retraite que lorsque toutes ont fait également leurs efforts;  que cette manière de conduire mes armées excite d’autant plus mon mécontentement que je suis que le duc de Bellune pensait que, si la réserve avait été mise sous ses ordres, il aurait enlevé la position des Anglais; qu’il a fallu la réunion de toutes ces fautes pour qu’une qu’une armée comme mon armée d’Espagne ait été ainsi bravée par 30,000 Anglais; mais que, tant qu’on voudra attaquer de bonnes troupes comme les troupes anglaises dans de bonnes positions, sans reconnaître ces positions et s’assurer si on peut les enlever, on me conduira des hommes à la mort en pure perte.

 

Schönbrunn, 22 août 1809

Au prince Cambacérès, archichancelier de l’empire, à Paris

Mon Cousin, comme j’écris au ministre des finances sur la noblesse des États romains, ce ministre pourra vous communiquer ce que je pense devoir faire à ce sujet. J’ai été induit, par la transition des idées, à écrire au ministre des finances. Faites-vous remettre la copie de cet article de ma lettre. Je pense qu’il faut vous occuper de cela sans ébruiter l’idée principale, qui ne doit être connue que par l’exécution. Il faut l’appliquer à toutes les familles historiques, telles que celles des papes et autres grandes maisons. La même chose doit être faite en Toscane pour une centaine de maisons historiques. Il faut s’étudier à les constituer, leur donner des titres, des armoiries; cela les arrangera et les attachera.

 

Schönbrunn, 22 août 1809.

Au comte Gaudin, ministre des finances, à Paris

J’ai reçu votre lettre du 12. J’ai répondu à la Consulte qu’elle ne devait point fournir les fourrages aux troupes du royaume de Naples.

Je désirerais avoir un rapport sur les finances de la ville et des États de Rome. Écrivez à la Consulte que je désire connaître quelles sont les recettes et dépenses pour 1809. Y aura-t-il équilibre ? En 1810, le pays pourra-t-il être gouverné par les lois françaises, ou faudra-t-il proroger l’état actuel pendant encore un an ? Dans ce dernier cas, il est nécessaire que l’on m’envoie de bonne heure le budget, en recettes et en dépenses, car je veux bien laisser un système de contributions différent, mais mon intention est que tout soit ordonnancé par mes ministres. Si en 1810 les deux départements des États romains peuvent être entièrement gouvernés comme le reste de la France, cela aura quelque avantage; mais si cela devait froisser le pays, comme cela a eu lieu en Toscane, et qu’il fallût du temps, je prorogerais d’un an la Consulte. Mais il sera nécessaire que la recette soit portée à la recette du budget de France; que la dépense soit portée à la dépense du budget de France, et par ministère, c’est-à-dire ce qui regarde l’administration financière dans le budget de votre ministère, ce qui regarde la dette au ministère du trésor public, ce qui regarde la guerre au budget du ministère de la guerre et de l’administration de la guerre; enfin que tout cela soit organisé de manière qu’il n’en résulte aucun froissement.

Viennent les renseignements suivants que je vous prie de me transmettre: 1° sur la dette; 2° sur les biens nationaux. Y a-t-il équilibre entre ces deux objets ? Quel parti y a-t-il à prendre ?

Il faut que personne n’abuse de l’habit ecclésiastique; on ne doit le permettre qu’aux sous-diacres et aux jeunes gens qui sont dans les séminaires. Ainsi les sous-diacres, c’est-à-dire ceux qui seraient déjà engagés dans les ordres, et les jeunes gens enfermés dans les séminaires doivent seuls porter cet habit.

Je n’ai pas encore reçu un rapport sérieux sur Rome. Il m’est cependant important de l’avoir, afin que, si les ressources venaient à être insuffisantes, je voie à y suppléer. Demandez à la Consulte le nom de deux personnes que je pourrais nommer sénateurs, de deux conseillers d’État, d’un maître des requêtes, de deux auditeurs. Écrivez-lui de ne point s’occuper de l’organisation de Rome comme ville impériale avant que je lui aie fait connaître mes intentions.

Les droits féodaux doivent être supprimés dans tout l’État de Rome, mais il n’y a pas de difficulté à laisser subsister les titres, livrées, et armoiries; demandez qu’on m’en envoie l’état, et je les confirmerai; cela coupera court à toute discussion. Je désire faire la même chose pour la Toscane. Demandez donc des renseignements à la Consulte et à la Grande-Duchesse.

Quand j’entends confirmer les titres, mon intention est cependant de faire un choix. Ainsi les ducs, les comtes, les barons, qui sont pauvres ou n’ont pas l’aisance convenable, je les supprimerai. Les marquis, je les ferai barons, et je reconstituerai leurs armoiries en y faisant quelques changements. Voyez pour tout cela M. l’archichancelier. Il me semble que ce sera un moyen simple de contenter beaucoup de monde et d’ôter des germes d’inimitié. Mais il faut que ce projet-là reste secret. Le conseil du sceau pourra envoyer quelqu’un sur les lieux pour recueillir les renseignements nécessaires et mettre à même de finir cette question.

Il faudrait s’occuper à Rome de la liste civile. Mon intention est qu’elle soit d’un million de rente; j’y attacherai un palais et une campagne, et la jouissance en appartiendra au titulaire d’une grande dignité de l’Empire, que je compte former.

 

Schönbrunn, 22 août

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Écrivez au roi d’Espagne que, lorsque les six corps auront fait leur jonction, il est nécessaire de renvoyer à Valladolid au moins 10,000 hommes d’infanterie, pour former une bonne division sous les ordres du général Kellermann, destinée à garder les provinces de Lyon, de Salamanque, et à empêcher la Romana de faire des progrès. .Je pense qu’il faudrait envoyer là la division Heudelet, qui est composée de dix bataillons, qui seront là à portée d’être recrutés par la France.

 

Schönbrunn, 22 août 1809, quatre heures après-midi

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Je reçois votre lettre du … Je vois dans la copie de celle que vous avez écrite au prince de Ponte-Corvo que vous lui dites qu’il faut hasarder une bataille pour sauver Anvers. Je crains que vous ayez mal saisi mon idée. J’ai dit que dans aucun cas il ne fallait hasarder une bataille, si ce n’est pour sauver Anvers, ou à moins qu’on ne fût quatre contre un et dans une bonne position couverte par des redoutes et par des batteries. Voici ma pensée tout entière:

Il y a deux points distincts, Anvers et l’île de Cadzand, tous deux fort importants, parce que, si l’ennemi s’en emparait. . . . . . . . . nos villes de France et inquiéterait la rive gauche.

Je crois que le maréchal Moncey doit porter son quartier général à Gand, et avoir le commandement de l’île de Cadzand, de Terneuse, jusqu’aux inondations de la Tête de Flandre; que le prince de Ponte-Corvo doit porter son quartier général à Anvers, et avoir sous ses ordres toute la partie de l’armée qui est actuellement entre Lille et Berg-op-Zoom; qu’il doit choisir de bonnes positions pour empêcher l’ennemi de passer le canal de Berg-op-Zoom, n’engager d’affaire qu’en nombre très supérieur à lui et dans de bonnes positions, et passer son temps à exercer et discipliner ses troupes. Une guerre de postes est sans inconvénient et aguerrira ses troupes. Si l’ennemi n’a que 20 ou 25,000 hommes pour se porter sur Anvers, que le prince de Ponte-Corvo puisse l’attendre dans une position avantageuse et l’attaquer avec 50,000 hommes français et hollandais, et surtout avec beaucoup d’artillerie, il peut le faire, mais en s’assurant la retraite sur Anvers. Dans tous les cas, il devrait se retirer sur Anvers, considérer cette place comme un grand camp retranché, s’y enfermer, en occuper les dehors et voir ce que font les Anglais. Alors le mouvement de ceux-ci serait bien déterminé. Le maréchal Moncey approcherait, dans ce cas, son quartier général de la Tête-de-Flandre pour être à portée d’Anvers; le duc de Valmy se porterait sur Maëstricht pour harceler l’ennemi; et, si l’ennemi faisait la folie d’investir Anvers, le maréchal Moncey ferait passer en une nuit tout ce qu’il aurait de disponible, par la Tête-de-Flandre, sur Anvers; le duc de Valmy et les Hollandais qui sont dans Breda harcèleraient l’ennemi, et le prince de Ponte-Corvo sortirait sur un des points avec toutes ses forces et écraserait l’ennemi. Ainsi le prince de Ponte-Corvo, cerné de la citadelle à l’autre extrémité de la place, ne serait pas cerné par la Tête-de-Flandres, et aurait par là sa communication avec le maréchal Moncey. On ferait avancer la réserve, et l’ennemi ne tarderait pas à lever le siège pour éviter une entière destruction. Ainsi Anvers ne doit jamais être abandonné; le prince de Ponte-Corvo doit en défendre les approches le plus possible et s’y enfermer avec l’escadre, faire des redoutes et des forts tout autour pour défendre le camp retranché, qui tiennent l’ennemi à 1,000 ou 1,200 toises de la place, l’empêchent de bombarder la ville, et se mettre à même, après avoir réuni tous les moyens et les faisant passer par la Tête-de-Flandre, de tomber sur lui avec 10 ou 80,000 hommes, et surtout avec une immense quantité d’artillerie de campagne.

En résumé, le duc de Conegliano doit défendre l’île de Cadzand, Terneuse, et étendre sa défense à la Tête-de-Flandre. Les communications doivent être assurées, au travers de l’inondation, entre la Tête-de-Flandre, Gand et Bruxelles. Le duc de Conegliano doit avoir le double but d’empêcher l’île de Cadzand d’être prise, de défendre la rive gauche et d’empêcher l’ennemi de cerner la Tête-de-Flandre, par laquelle il doit se mettre en communication avec le prince de Ponte-Corvo.

Le but du prince de Ponte-Corvo doit être d’empêcher l’ennemi de passer le canal de Berg-op-Zoom, de se placer autour d’Anvers comme dans un camp retranché, de protéger sa communication avec la Tête-de-Flandre et de profiter d’une occasion favorable pour tomber sûr l’ennemi.

Si le duc d’Istrie se porte bien, envoyez-le à Lille remplacer le duc de Conegliano.

Nommez l’armée du prince de Ponte-Corvo Armée d’Anvers, l’armée du duc de Conegliano Armée de la Tête-de-Flandre, et la réserve Armée de réserve. Donnez au duc de Conegliano la division des gardes nationales du sénateur d’Aboville, qui est à Bruxelles, et ce qui défend l’île de Cadzand; cela fait 24 à 30,000 hommes, c’est tout ce qu’il peut commander. Vous pouvez composer l’armée du prince de Ponte-Corvo de tout ce qui est sous les armes d’Anvers à Berg-op-Zoom et de la division de gardes nationales qui est aujourd’hui dans Anvers. Vous pouvez donner au duc d’Istrie les trois divisions de réserve de gardes nationales.

Ainsi donc le prince de Ponte-Corvo, mon escadre, le sénateur Colaud ne doivent pas quitter Anvers. Vous devez faire connaître le plan de défense au duc de Valmy, qui doit s’approcher pour porter son quartier général à Maëstricht. Le duc de Conegliano doit porter son quartier général à Gand, pour être à portée de l’île de Cadzand, de Terneuse et de la Tête-de-Flandre. Enfin, le duc d’Istrie, s’il est en santé, doit se charger de commander la réserve et d’organiser les trois divisions de gardes nationales.

Pour avoir de vrais succès contre les Anglais, il faut de la patience et attendre tout du temps, qui ruinera et dégoûtera leur armée, laisser venir l’équinoxe, qui ne leur laissera de ressource que de s’en aller par capitulation. En principe, des affaires de postes, mais point d’affaires générales.

P. S. Les ducs de Conegliano et de Valmy devraient communiquer tous les jours.

 

Schönbrunn, 22 août 1809

Au vice-amiral comte Decrès, ministre de la marine, à Paris

Monsieur le Vice-Amiral Decrès, Flessingue est imprenable; les bombes ne font rien dans une place. Quand même on n’aurait pas la ressource de l’inondation, il faut exécuter le passage du fossé, qui est rempli d’eau; c’est une grande affaire. L’inondation d’ailleurs répond à tout. Vous devez avoir dans l’île de Cadzand un télégraphe pour communiquer avec Flessingue; vous devez en avoir à Anvers, Faites donc passer l’ordre de couper les digues. Votre lettre du 16 août ne vaut rien; votre tête n’est pas assez claire. L’escadre ne peut rien pour défendre l’Escaut que sous la protection des batteries d’Anvers.

En laissant mon escadre placée comme elle l’est aujourd’hui, l’ennemi, s’il est le plus fort, viendra assiéger Anvers, et mon escadre, surprise et pressée par le temps, s’échouera; au lieu que, dès aujourd’hui, se réunissant à son aise sous la protection de la citadelle, deux ou trois vaisseaux placés à l’amont, deux ou trois à l’aval, toujours débordés par les batteries de la place, le reste de l’escadre dans le centre, les chaloupes canonnières en avant, elle sera hors de toute atteinte et contribuera à la défense de la place. L’idée de lui faire dépasser Anvers est absurde. Je suis étonné que vous ayez eu cette idée obscure; c’est à Anvers que doit périr l’escadre. Aussitôt que l’ennemi aura forcé le canal de Berg-op-Zoom et culbuté les troupes qui lui disputent le passage, il se portera sur la citadelle d’Anvers; et,  si mes vaisseaux abandonnent la protection d’Anvers, ils se trouveront dans un Escaut étroit, où ils seront canonnés, maltraités, sans pouvoir manœuvrer, et où ils finiront par se faire détruire. Les fortifications d’Anvers, sa citadelle, ses fossés pleins d’eau, les ouvrages que j’y ai fait faire depuis trois ans, rendent cette place susceptible de soutenir six mois de siège. Mon escadre doit donc décidément rester à Anvers, placée, comme je l’ai dit, en amont et en aval. C’est dans ce sens que vous devez en écrire à mon amiral. Si mon escadre abandonne Anvers pour se porter au delà, elle dissémine la garnison et les moyens de défense d’Anvers, et elle se fera prendre deux ou trois lieues plus loin.

Ces idées sont si simples, que je ne conçois pas que je sois obligé de vous les donner. L’ennemi ayant débarqué dans l’île de Walcheren, mon escadre n’a d’autre refuge que la place d’Anvers. Deux vaisseaux en amont, deux en aval; un, le meilleur manœuvrier et le mieux monté, en avant, entre Anvers et Lillo, soutenu d’une ou deux frégates et corvettes; les cinq autres dans l’intérieur, en seconde ligne, prêts à tout : voilà les seules dispositions qui conviennent à mon escadre. Dans aucun cas, elle ne doit abandonner Anvers: elle doit périr avec Anvers. Avec des instructions en si et mais on perd tout. Il faut des instructions claires et précises, les voilà; ce sont celles que vous devez donner. Sans même le secours de l’escadre, je me chargerais de défendre Anvers avec 4,000 hommes, pendant trois mois, contre 60,000 Anglais. Il me tarde d’apprendre que mon escadre est mouillée en amont, en aval et au centre; que les grands canots, armés d’une pièce de 24, et les petits, d’un obusier, sont placés en avant; ce qui augmentera la flottille de 20 ou 30 espèces de caïques; qu’on a réuni à Anvers toutes les chaloupes canonnières et embarcations qui pourront servir, et qu’on a composé la flottille de 150 à 200 bons bâtiments; qu’on a placé à l’amont et à l’aval, sous les batteries de la place, quatre des vaisseaux de l’escadre; que les autres bâtiments sont placés au centre: voilà la manière de défendre l’Escaut. Si vous en aviez agi ainsi, ma flottille serait équipée et en état de se battre. Au lieu de cela, vous m’avez placé des cadavres qui ne peuvent se dégarnir de leurs équipages, dans une situation à être la proie des Anglais et à gêner la défense de la place. Faites bien attention que je n’admets aucune modification à l’exécution de mes volontés; que je ne dois pas perdre un vaisseau à Flessingue, que tous doivent périr à Anvers, si Anvers doit succomber. De là vous ferez connaître à l’amiral qu’il doit concourir à la défense d’Anvers, si la place est assiégée ; que, de ses 6,000 hommes d’équipage, il peut disposer de 2,000 tous les jours pour le service de la ville, secours qui, avec ses canons, ses ouvriers, fait une augmentation de force immense.

Vous communiquerez cette lettre au ministre de la guerre, qui en notifiera aux chefs de l’armée de terre ce qui les concerne. J’entends qu’on ne gâte point l’Escaut, et qu’on ne déshonore pas l’armée et la nation par cette excessive pusillanimité. Augmentez par tous les moyens la défense d’Anvers. Qu’on arme des pontons, de grosses flûtes ou batteries flottantes, dont la perte ne me sera en rien sensible; mais qu’on épargne mes vaisseaux. Indépendamment des maladies qui doivent déjà avoir fait un énorme ravage dans l’île de Walcheren, la nécessité de porter des secours à l’armée de Portugal décidera le ministère à rappeler promptement l’expédition.

 

Schönbrunn, 22 août, quatre heures après-midi

Au comte de Champagny, ministre des relations extérieures, à Altenburg

Monsieur de Champagny, je reçois vos deux lettres du 22. Je suppose que le premier acte de la négociation va bientôt se terminer, et que la cour de Vienne, qui n’a pas jusqu’à présent discuté l’état des choses, va faire connaître à M. de Metternich les sacrifices qu’elle veut faire de préférence. Lors de la paix de Presbourg, on a suivi une autre marche. L’empereur est venu me trouver à mon camp de Moravie, s’est mis à ma discrétion, a renvoyé sur-le-champ l’armée russe, a renoncé à son alliance. Je lui ai déclaré que je voulais faire la paix avec lui, mais que je ne me relâcherais jamais, ni sur le Tyrol, ni sur Venise. Cela a servi de base à la négociation, ou plutôt il n’y a pas eu de négociation, puisque par l’entrevue tout fut réglé, hormis les détails. Aujourd’hui les choses se sont passées différemment. Le prince de Liechtenstein avait des pouvoirs pour négocier sur la base de l’intégrité de la monarchie; je me suis moqué de cette ouverture. Depuis, vous avez négocié et offert l’uti possidetis. M. de Metternich n’a rien avancé. Qu’il offre de la part de son maître de supporter les mêmes pertes que l’Autriche a faites à la paix de Presbourg, il aura fait un pas; vous pourrez alors en faire un et proposer de prendre pour base un mezzo termine entre l’uti possidetis et l’évaluation des pertes faites par l’Autriche à la paix de Presbourg.

C’est à vous à tâcher par tous les moyens d’amener promptement la négociation à ces termes. Cela fait, il restera à connaître les possessions que la Maison d’Autriche veut céder de préférence. Il s’agit de céder un lot de quatre ou cinq millions d’habitants. Le Salzburg, la basse Autriche jusqu’à l’Enns, Villach, la Carniole, l’Esclavonie jusqu’à la Bosnie et la Save, ne peuvent être un sujet de difficulté; quelle est l’opinion de vos négociateurs là-dessus ? Quant au protocole, je pense qu’il est nécessaire de le continuer quelque temps, jusqu’à ce que vous soyez d’accord sur les premières bases.

 

P. S. Les choses se sont raccommodées en Espagne. Les trois corps sont arrivés à Talavera; Wellesley s’est sauvé en passant le Tage; il a laissé ses hôpitaux avec 4,000 blessés, qu’il a recommandés à la générosité française.

 

Schönbrunn, 23 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Je reçois votre lettre relative aux généraux que vous avez envoyés pour commander les gardes nationales. Ces généraux sont ou extrêmement  mauvais ou peu sûrs; je n’ai point de confiance en eux.

Donnez-leur leur traitement, puisque vous les avez appelés, mais ne les employez pas. Envoyez le général Bazancourt, qui est à Paris, le général Chanez, qui est à Melun, le général Morin, qui est dans les Ardennes, où il est parfaitement inutile; le général Jacopin, qui est à Nancy, où il est également inutile, les généraux Grandjean et Marion, qui sont dans la 5e division militaire, le général Valette, qui commande la 6e division militaire. Le commandant d’armes de Besançon peut commander la 6e division militaire, où il n’y a presque point de troupes. Vous avez cinq généraux de brigade dans la 12e division militaire, savoir : les généraux Cassagne, Devaux, Beauregard, Degrave et Drouas; vous pouvez en prendre deux. Vous pouvez prendre dans la 13e division militaire le général Boyer; dans la 18e le général Baville; le commandant de la gendarmerie, le commandant de l’école d’Auxonne ou le commandant des vétérans peuvent commander cette dernière division, puisqu’il n’y a pas de troupes. D’ailleurs j’envoie le général Vaux pour y commander. Vous avez le général Laurent dans la 25e division militaire, le général Guérin dans la 26e. Voilà donc douze généraux de brigade sur lesquels mon intention est que vous preniez les huit dont vous avez besoin, sans recourir aux officiers réformés, dans lesquels je n’ai aucune confiance et auxquels je ne puis point me fier.

Quant aux adjudants commandants, je ne veux pas davantage d’officiers réformés; nommez des majors de cavalerie pour faire les fonctions d’adjudant commandant; par ce moyen, il n’y aura d’employés à l’armée que des officiers en activité de service. Rien n’est plus dangereux dans le moment actuel que de remettre les armes à la main à un Talon et autres gens de cette espèce.

Vous ne manquez pas de généraux de brigade. Quant à des généraux de division, il y en a d’inutiles dans les divisions militaires que vous pouvez employer. Je donne ordre à deux généraux de division de l’armée de se rendre à Anvers.

Le duc d’Abrantès et le général Rivaud n’ont pu rien faire du général Charles Lameth; ce n’est pas qu’il manque de bonne volonté, mais il ne sait pas remuer un bataillon. J’ai été obligé de l’envoyer commander la citadelle de Würzburg. Théodore Lameth intriguera, parlera beaucoup, mais ne fera rien. Il faudrait que je fusse bien malheureux pour avoir besoin de pareils individus.

Enfin je vais vous envoyer encore quelques généraux de brigade que je tirerai de l’armée. Ce que je vous demande par-dessus tout, c’est de ne remettre en activité aucun général, colonel ou officier en retraite ou réformé. Vous m’en avez mis quelques-uns dans l’armée, je suis obligé tous les jours de les renvoyer. Cela occasionne des dépenses inutiles et nuit à mon service. Il faut laisser en repos des gens qui ont été jugés inutiles depuis longtemps. Je ne veux, je vous le répète, aucun officier réformé; qu’ils restent tranquilles chez eux.

 

Schönbrunn, 23 août 1809

Au vice-amiral comte Decrès, ministre de la marine, à Paris

Je vous ai écrit hier sur l’escadre. Il ne serait pas impossible que l’ennemi commît l’imprudence de donner occasion à l’escadre de faire quelque chose contre lui. Je n’ai pas besoin de vous dire que, dans cette circonstance, l’amiral Missiéssy a tous les pouvoirs nécessaires pour tomber sur les bâtiments anglais.

 

Schönbrunn, 23 août 1809

Au comte Garnier, président du Sénat, à Paris

Monsieur le Comte Garnier, je reçois votre lettre du 15. La question qui se présente du renouvellement des préteurs, chancelier et trésorier du Sénat, peut être également bien résolue de deux manières.

C’est à l’usage à servir de règle. Ce que le Sénat fera dans cette circonstance servira d’usage. Quand vous ferez connaître au Sénat qu’il doit procéder au renouvellement de ses officiers aux termes du sénatus-consulte de l’an XI, vous lui présenterez les deux questions et vous lui demanderez quel parti il veut prendre. Il me semble que cette marche est plus simple qu’un sénatus-consulte. Je suis assez partisan de l’interprétation des lois par l’usage.

 

Schönbrunn, 23 août 1809

A Joachim Napoléon, roi des Deux-Siciles, à Naples

Je vous réitère l’ordre de faire partir les bataillons du 14e léger, du 6e de ligne, les deux bataillons du 101e à moins que vous ne préfériez deux bataillons du 22e léger, deux bataillons soit d’Isembourg, soit napolitains, avec une centaine de chevaux, faisant plus de 5,000 hommes. Il me tarde de connaître l’époque où ces troupes seront arrivées à Bologne. Il faudrait pourvoir à la défense de Rome par d’autres troupes. Mon armée de Naples est de 20,000 hommes présents sous les armes, indépendamment des troupes napolitaines, qui doivent être nombreuses; avec cela vous pouvez occuper Rome, Naples, et avoir encore des forces pour se porter où il est nécessaire.

 

Schönbrunn, 24 août 1809, midi

Au comte de Champagny, ministre des relations extérieures, à Altenburg

Monsieur de Champagny, je reçois vos deux lettres du 23. Ma lettre d’hier vous aura donné des facilités. Voici les propositions que je vous engage à faire. La question est ici complexe; elle se compose de la qualité et de la quantité : la quantité est la base de l’uti possidetis, la qualité est d’abord la cession de Salzburg et de la haute Autriche jusqu’au thalweg de l’Enns. Voilà donc la question entamée. Je considère comme vous que la négociation a fait un pas, et cette manière de répondre va leur faire sentir la nécessité de traiter la question de la quantité avant d’aborder celle de la qualité, et d’obtenir des modifications à l’état de l’uti possidetis avant d’entrer dans le détail des provinces à céder. A cela vous êtes le maître d’accorder des facilités, puisque vous pouvez suggérer que, s’ils veulent proposer la base des pertes qu’ils ont faites par la paix de Presbourg, vous ferez un pas à leur rencontre. Il me semble donc que la négociation va commencer à marcher. Il ne faut pas s’attendre qu’elle aille vite.

Ces gens-ci ne peuvent se résoudre qu’à la dernière extrémité à ce qu’ils doivent sacrifier. Ils vont sans doute insister et déclarer qu’ils ne peuvent pas répondre jusqu’à ce que vous ayez fait toutes vos propositions. Vous répondrez que vous avez commencé, et qu’il faut être d’accord sur la base avant d’aborder le système de tout ce qu’ils doivent céder.

NOTE

L’empereur d’Autriche ayant fait connaître par la voie du prince de Liechtenstein qu’il désirait la paix, Sa Majesté l’Empereur des Français a cru ne pouvoir mieux montrer sa modération et son désir de la paix qu’en consentant à renoncer à ce qu’il pouvait espérer de la continuation de la guerre, à se contenter de ce que le sort des armes avait mis dans ses mains. Mais, les plénipotentiaires autrichiens désirant que le plénipotentiaire français fasse connaître sur quelles provinces doivent tomber les sacrifices que la Maison d’Autriche doit faire, l’Empereur Napoléon avait cru faire une chose agréable à l’empereur d’Autriche en lui laissant ce choix; c’était une facilité qui était donnée à la négociation. On désire que la France ait l’initiative: on adhère au vœu du plénipotentiaire autrichien en exécution des propositions faites sur la base de l’uti possidetis.

On demande d’abord la province de Salzburg, la haute Autrichien jusqu’au thalweg de l’Enns, pour ces provinces être réunies à la Bavière.

Lorsqu’on sera d’accord sur le principe, Sa Majesté l’Empereur Napoléon n’aura pas de difficulté à faire connaître également ce qu’il désire, toujours en exécution de l’état de l’uti possidetis, pour d’autres frontières et surtout pour les frontières d’Italie.

 

Schönbrunn, 24 août 1809, quatre heures après midi

Au comte de Champagny, ministre des relations extérieures, à Altenburg

Monsieur de Champagny, je vous renvoie les dépêches de M. de Caulaincourt que vous m’avez laissées; je crois qu’il est temps d’y répondre. Répondez-lui, en chiffre, que la lettre que vous lui avez écrite sur les affaires de Pologne s’est croisée avec son courrier; qu’il a donc la latitude nécessaire pour traiter la question de la Galicie; qu’il ne doit pas s’écarter du principe que, dans aucun cas, je ne veux me brouiller avec la Russie, ni sortir du système de l’alliance qui nous unit; que les négociations se font par protocole; que, depuis huit jours qu’elles sont ouvertes, qu’il n’a a pas encore eu de séance arrêtée, ce qui a retardé l’envoi de votre courrier; que vous ne voulez pas cependant le retarder davantage; qu’incessamment vous lui enverrez les protocoles des cinq ou six premiers jours; qu’en général on est d’accord sur peu de choses; que nous ignorons le parti que l’ Autriche veut prendre et que nous attendons d’être éclairés là-dessus; que, si la Russie veut envoyer un plénipotentiaire, elle envoie un homme qui soit dans le système, qui ait l’instruction de s’en tenir à l’article du traité d’alliance et qui ne fasse pas cause commune avec les Autrichiens; que, s’il a la confiance de l’empereur, il pourrait être chargé de lever les difficultés qui pourraient se présenter entre nous et la Russie. Vous pourrez envoyer à M. de Caulaincourt une idée des principales choses qui ont été discutées dans la négociation.

Après cela, vous lui donnerez des nouvelles des expéditions des Anglais en Hollande et en Espagne; vous lui ferez connaître qu’en Espagne ils ont été battus, quoiqu’ils s’attribuent la victoire, et que la preuve en est que lord Wellesley est à l’heure qu’il est rentré en Portugal, après nous avoir abandonné 6 ou 7,000 blessés ou malades. Je pense que l’expédition de ce courrier est pressante. Mandez bien à Caulaincourt de prévenir M. de Romanzof de se tenir en garde contre les insinuations de l’Autriche; de l’assurer que le mot Galicie n’a pas été prononcé; que nous ne voulons pas le prononcer, quoique l’on voie que les Autrichiens cherchent des moyens de commencer par là la question, et que c’est la crainte des bavardages qu’ils voudraient faire qui nous a fait prendre le parti de faire un protocole.

Expédiez ce courrier sans délai; je tiens cela pour pressé. Je vous enverrai les gazettes anglaises jusqu’au 15 août, mais je pense qu’il ne faudra pas les montrer.

 

Schönbrunn, 24 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Je reçois votre lettre du 18. Il me répugne de croire que Flessingue soit rendu; cela ne me paraît pas possible. Il y aurait dans cette conduite tant de lâcheté que cela approcherait d’une trahison. Flessingue peut se défendre tant qu’il aura un morceau de pain. Les moyens d’inondation, l’ennemi ne peut les avoir coupés; le général Monnet peut les faire passer dans les fossés de la place.

J’expédie au prince de Ponte-Corvo mon aide de camp Reille, officier d’un mérite distingué, avec une lettre dont je vous envoie copie, pour que vous la lui fassiez passer, en cas d’accidents ou d’événements imprévus qui pourraient arriver. Je lui prescris les mêmes dispositions que je vous ai fait connaître dans ma lettre d’avant-hier; vous aurez déjà expédié ces ordres.

 

Schönbrunn, 24 août 1809

NOTE POUR LE PRINCE DE NEUCHATEL, MAJOR GÉNÉRAL DE L’ARMÉE D’ALLEMAGNE –  A SCHÖNBRUNN.

Le major général demandera au duc de Danzig pourquoi, non content d’évacuer le Tyrol, il a fait évacuer aussi le Vorarlberg, où tout se pacifiait. Faire connaître au général Beaumont que j’ai nommé le général Lagrange commandant du Vorarlberg; qu’il faut s’étudier par tous les moyens à pacifier ce pays et à y rétablir la tranquillité.

 

Schönbrunn, 24 août 1809

Au maréchal Bernadotte, prince de Ponte-Corvo, commandant l’armée d’Anvers, à Anvers

Mon Cousin, le général Reille, qui est un militaire d’une haute distinction, vous portera cette lettre. L’expédition actuelle des Anglais a eu  pour but de prendre Anvers et de brûler mon escadre. La grande quantité de brûlots qu’ils ont fait foi de leurs intentions à cet égard.

Je suppose que mon escadre se sera placée, comme je l’ai plusieurs fois ordonné, dans l’enceinte d’Anvers en aval et en amont, couvrant la place et en même temps en étant protégée, se servant d’une avant-garde pour appuyer la flottille manœuvrant dans l’espace compris entre le fort Lillo et la ville. Je suppose que l’on aura profité du mois d’août pour assurer la défense d’Anvers, qui, couvert par l’inondation et ayant acquis un nouveau degré de force par les travaux que j’y ai fait faire depuis trois ans, est raisonnablement inattaquable.

Les forces françaises et hollandaises doivent être employées à empêcher l’ennemi de cheminer sur Anvers, à le battre s’il faisait le siège de Lillo; et, enfin, s’il surmontait ces obstacles, ce qui me paraît difficile, vous devez rester avec votre corps d’armée dans Anvers, comme dans un camp retranché; quand même l’ennemi aurait assez de forces pour vous cerner de la droite à la gauche de la place, vous auriez votre communication par la Tête-de-Flandre, et le duc de Conegliano porterait son quartier général de ce côté. Ayant ainsi dans vos mains toutes vos forces réunies, et secondé par le duc de Valmy, qui harcèlerait l’ennemi, il faudrait à l’ennemi des forces immenses pour cheminer sur Anvers. Vous le tiendrez ainsi éloigné de la place des semaines entières; vos troupes se formeront, de nombreux renforts vous arriveront de France, avec laquelle votre communication par la Tête de Flandre me  paraît suffisante.

Il ne faut pas que l’escadre aille plus loin qu’Anvers; il ne faut pas non plus abandonner Anvers en y laissant seulement une forte garnison. Il faut occuper Anvers avec tout votre corps d’armée, en maintenant votre communication par la Tête-de-Flandre.

En manœuvrant ainsi, vous déjouerez les projets des Anglais, qui auraient besoin de 80,000 hommes pour vous forcer dans Anvers; et tout me fait penser que, s’ils marchaient sur Anvers, ce ne serait pas avec plus de 21,000 hommes. Ils doivent avoir perdu beaucoup de monde depuis leur débarquement dans l’île de Walcheren; ce qui me fait espérer que vous les empêcherez de passer le canal de Berg-op-Zoom, et que, à mesure que les Anglais s’affaibliront et par les maladies, qui doivent être funestes dans ce pays pour leur armée, et par les affaires journalières, l’armée sous vos ordres se formera, et qu’il deviendra loisible de reprendre l’offensive et de les faire repentir de leur audace.

 

Schönbrunn, 24 avril 1809.

Au général comte Reille, aide de camp de l’Empereur, à Schönbrunn

Monsieur le Général Reille, dirigez-vous sur Mayence, de Mayence sur Maestricht et de là sur Anvers. Vous trouverez probablement à Maëstricht le duc de Valmy.

Comme vous n’arriverez que dans les premiers jours de septembre, il n’est guère possible de prévoir ce qui se sera passé alors. Mes dernières nouvelles d’Anvers sont du 16. Le prince de Ponte-Corvo avait sa droite appuyée à Berg-op-Zoom et sa gauche au fort Lillo, ayant devant lui les marais de Berg-op-Zoom. Le fort Lillo était fortement occupé, ainsi que l’île de Cadzand, Terneuse et la Tête-de-Flandre. L’escadre était à Anvers et la ville était armée.

Mon intention est que vous fassiez connaître au prince de Ponte-Corvo, comme je lui en ai déjà fait donner l’instruction par le ministre de la guerre, que dans aucun cas il ne doit se laisser couper d’Anvers, et que, si l’ennemi était supérieur et marchait sur Anvers, il doit s’y tenir comme dans un camp retranché, ayant sa communication avec la France par la Tête-de-Flandre, où dans ce cas doit être appuyée la droite du duc de Conegliano, qui est chargé de la défense de la rive gauche. Le duc de Valmy, destiné à agir en espèce de partisan dans le même cas, doit battre la campagne et inquiéter l’ennemi en se tenant en communication avec le duc de Conegliano.

60,000 gardes nationales qui sont sur pied, dont partie est sous les ordres du duc de Conegliano et partie sous les ordres du duc d’Istrie, manœuvreront pour marcher d’accord. Les généraux Chambarlhac, Olivier et Dallemagne, généraux accoutumés à la guerre, le sénateur Colaud  qui a le commandement d’Anvers, les sénateurs Rampon et Soulès sont à l’armée.

Mon intention est que vous restiez là pour être employé, sous les ordres du prince de Ponte-Corvo, à la défense d’Anvers, et de manière à contribuer de tous vos moyens au succès des opérations. Vous pourrez m’écrire tous les jours pour m’instruire de ce qui se passe.

Je compte sur votre zèle et sur votre attachement à ma personne pour rendre tous les services que vous pourrez, soit du côté d’Anvers, soit aux différents maréchaux.

L’escadre doit contribuer à la défense d’Anvers. Ce serait une folie de la faire sortir d’Anvers; elle doit se placer en aval et en amont, pour aider à la défense de la ville et en être protégée. Tout me porte à espérer que le grand nombre de troupes que j’ai réunies sur l’Escaut rendra nuls les efforts de l’ennemi. Il ne pourrait forcer le fort Lillo qu’en l’assiégeant par terre; ce qui donnerait le temps et offrirait les occasions de tomber dessus. Le roi de Hollande doit de son côté réunir tous ses moyens. Vous irez voir ce Prince, le prince de Ponte-Corvo, le duc de Conegliano; enfin vous devez vous servir du double caractère d’envoyé par moi et de mon aide de camp pour faire ce qui sera le plus avantageux pour mon service.

Si les circonstances étaient pressantes, vous pourrez dire que je vais arriver à Paris.

 

Schönbrunn, 25 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Vous trouverez ci-joint une relation du général Sébastiani, que la reine d’Espagne m’envoie. Aussitôt que j’aurai reçu celle du duc de Bellune, qu’il m’annonce, je verrai s’il convient de les faire mettre dans le Moniteur. Vous verrez par la relation du général anglais Wellesley que nous avons perdu vingt canons et trois drapeaux.

Témoignez au Roi mon étonnement, et mon mécontentement au maréchal Jourdan de ce que l’on m’envoie des carmagnoles et que, au lieu de me faire connaître la véritable situation des choses, on me présente des amplifications d’écolier. Je désire savoir la vérité. Quels sont les canonniers qui ont abandonné leurs pièces, les divisions d’infanterie qui les ont laissé prendre ? Laissez entrevoir dans votre lettre au Roi que j’ai vu avec peine qu’il dise aux soldats qu’ils sont vainqueurs; que c’est perdre les troupes; que le fait est que j’ai perdu la bataille de Talavera; que cependant j’ai besoin d’avoir des renseignements vrais, de connaître le nombre des tués, des blessés, des canons et des drapeaux perdus; qu’en Espagne, les affaires s’entreprennent sans maturité et sans connaissance de la guerre; que le jour d’une action elles se soutiennent sans ensemble, sans projets, sans décision. Écrivez au généra! Sébastiani que le Roi m’a envoyé son rapport sur la bataille de Talavera; que je n’ai point trouvé le ton d’un militaire qui rend compte de la situation des choses, que je n’ai vu que de l’emphase; que j’aurais désiré qu’il eût fait connaître les pertes et eût présente un détail précis, mais vrai, de ce qui s’est passé, car enfin c’est la vérité qu’on me doit et qu’exige le bien de mon service.

Faites sentir aux uns et aux autres combien c’est manquer au Gouvernement que de lui cacher des choses qu’il apprend par tous les individus de l’armée qui écrivent à leurs parents, et de l’exposer à ajouter foi à tous les récits de l’ennemi.

 

Schönbrunn, 25 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Je donne ordre aux généraux de division Conroux et Lamarque, aux généraux de brigade Bourke, Cacault et Gency, et aux adjudants commandants Dumarest, Passinge et Shée, de se rendre à Bruxelles, où ils recevront vos ordres pour être employés dans les corps que commandent le prince de Ponte-Corvo et les ducs de Conegliano et d’Istrie.

J’ai demandé au général Bertrand les noms de quelques officiers du génie de l’armée connaissant le mieux l’île de Walcheren, pour être envoyés sur l’Escaut.

Vous recevrez un décret par lequel j’ai nommé le général d’Hastrel chef d’état-major du prince de Ponte-Corvo. Ce général s’est mis sur-le-champ en route; il voyagera jour et nuit; il emmène avec lui l’adjudant commandant Shee, pour être employé dans l’état-major du prince.

 

Schönbrunn, 26 août 1809, midi.

Au comte de Champagny, ministre des relations extérieures, à Altenburg

Monsieur de Champagny, je reçois votre lettre du 25 août. La réponse de la légation autrichienne est courte. Leurs communications de vive voix me paraissent, par cette dépêche, être nulles. La négociation n’avance pas, et c’est par leur faute. Peut-être est-il convenable d’envoyer un second courrier à M. de Caulaincourt avec les protocoles des deux séances. M. de Metternich ne peut se plaindre que ce n’est pas nous qui ne parlons pas. L’ouverture que vous lui avez faite confidentiellement de prendre pour base l’équivalent des pertes par l’Autriche à la paix de Presbourg fait presque une chute de huit millions à trois ou quatre ; et cependant ils n’ont rien répondu. Lorsque vous avez demandé la cession de la haute Autriche jusqu’à nous, ils ont assez l’usage des négociations pour savoir que cette demande n’est pas sans appel; et, par l’observation qu’ils ont faite, qu’ils n’auront pas de position militaire, ils me paraîtraient disposés à céder jusqu’à la Traun. Il me reste donc à vous engager à savoir réellement ce que veulent ces gens-là. Au reste, ce qui se passe ne m’étonne pas; il est dur de se résoudre à des cessions, surtout à des cessions aussi près de la capitale de la monarchie. Nous sommes dans une bonne marche ; c’est à eux à en prendre une.

Tâchez de découvrir si c’est embarras de leur position et nécessité de délibérer, ou si cela tient aux chances de l’expédition anglaise ou à une négociation étrangère. Mes lettres du 20, de Paris, me font penser que Flessingue est pris; cependant il y a encore du louche.

 

Schönbrunn, 26 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Je reçois vos lettres des 19 et 20. Je suppose que le prince de Ponte-Corvo ne se sera pas affaibli des secours sur lesquels il doit le plus compter, de la division Rampon. Il faut fortifier le corps du duc de Conegliano par les nouvelles levées, et que son but, comme je vous l’ai écrit il y il plusieurs jours, soit de couvrir la Tête-de-Flandre.

Vous aurez porté son quartier général à Gand. Faites connaître au duc d’Istrie que j’ai donné ordre à ses aides de camp et à son chef d’état-major de se rendre à Lille. Je viens de faire ordonner au général d’artillerie Mossel et au général de brigade Maison de se rendre à Anvers. .Je vous ai fait connaître hier que j’ai envoyé le général d’Hastrel pour chef d’état-major au prince de Ponte-Corvo. La division hollandaise du général Gratien doit être arrivée en Hollande ou à Wesel.

Il ne faut pas envoyer de gardes nationales en poste. Il vaut mieux qu’elles aillent à journée d’étapes pour se former. Il faut les bien former au chef-lieu de département avant de les diriger, surtout sur le point des ennemis, car qu’est-ce que c’est que des hommes désarmés si près de l’ennemi ? Envoyez des inspecteurs aux revues et des commissaires des guerres pour qu’il y ait le moins d’abus possible dans cette immense quantité de monde.

Il y a un mystère sur Flessingue; il ne me paraît pas que les Anglais en soient maîtres, puisqu’il est d’usage que le commandant ait la faculté de prévenir son gouvernement par un officier, et parce que la ville l’aurait fait connaître par quelques signaux. Aurait-on perdu tout à fait la tramontane dans cette place ? Ceux qui disent que les généraux Monnet et Osten auraient été tués donneraient l’explication de ce mystère, en supposant que le commandement fût tombé dans les mains de quelque subalterne ignorant et pusillanime.

Recommandez au duc de Conegliano de se porter sous les ordres et au secours du prince de Ponte-Corvo avec le zèle qu’exigent les circonstances. Il doit sentir que, si les ennemis attaquent la rive gauche, il n’a rien de mieux à faire que de se prêter à ce que lui demandera le prince de Ponte-Corvo.

Si l’ennemi s’approchait d’Anvers, il ne faudrait plus y envoyer de gardes nationales; l’ennemi est beaucoup trop près; désignez un point plus en arrière; cette ville est déjà trop encombrée et serait surchargée d’un embarras qui nuirait à l’organisation de ses moyens de défense. On avait choisi Anvers comme lieu de réunion des gardes nationales, parce qu’Anvers était alors fort loin du point attaqué. Il faut en général beaucoup d’ordre et de travail dans l’organisation de ces gardes nationales. Je ne puis croire que Flessingue se soit rendu après une si légère résistance.

La négociation continue à Altenburg, mais elle marche lentement; on attend l’issue des événements de l’Escaut.

P. S. Il ne faut aucun froissement. Si cela est nécessaire, mettez Moncey sous les ordres du prince de Ponte-Corvo; cela lèvera tout embarras. Si le maréchal Moncey allait mal volontiers sous les ordres du prince, ce que je ne saurais croire, il faudrait le rappeler.

 

Schönbrunn, 26 août 1809

Au général Clarke, ministre d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

Monsieur le Général Clarke, toutes les nouvelles que je reçois d’Angleterre, et que vous verrez par les journaux anglais, prouvent que l’ennemi a deux buts: de prendre l’île de Walcheren et de brûler l’escadre. Il est possible que, s’étant aperçu que le général Monnet mettait l’île sous les eaux, il parlemente avec lui pour empêcher ce désastre. Mais comment cela empêcherait-il Flessingue de faire quelques signaux ? Si Flessingue était pris, l’île de Cadzand n’aurait presque plus d’importance. On doit être porté à penser que les premiers coups se porteront sous les murs du fort Lillo. Les Anglais prendront-ils ou ne prendront-ils pas ce fort ? Voilà la question. Il est bien important que toutes les forces soient concentrées sur Anvers.

Je pense toujours que le prince de Ponte-Corvo n’aura pas exécuté votre ordre de renvoyer ses meilleures troupes dans l’île de Cadzand.

P. S. Vous verrez par mes lettres subséquentes que vous avez mal compris mes ordres, et que, au lieu d’un corps d’observation de l’île de Cadzand, c’est un corps de la Tête-de-Flandre qu’il fallait organiser.

 

Schönbrunn, 26 août 1809

A Joachim Napoléon, roi des Deux-Siciles, à Naples

Je reçois votre lettre du 16 août. Je suis avec un vif intérêt les progrès de votre marine ; ses combats journaliers sont du meilleur effet. Il serait bien glorieux pour vous, et tout à fait dans les besoins de votre royaume, d’avoir une escadre de quatre à cinq vaisseaux de ligne et de huit à dix frégates, ne serait-ce que pour agir contre les Barbaresques et protéger vos côtes.

Je vous ai mandé de me diriger sur Bologne, d’abord, tout ce que vous pouvez envoyer de vos troupes. Je désire que vous ayez fait partir deux bataillons du 14e d’infanterie légère, deux bataillons du 6e léger, deux bataillons du 101e de ligne ou du 22e léger, et le bataillon de la Tour d’Auvergne, si vous le jugez convenable, ou un bataillon de vos troupes. Si vous pouviez joindre à cette colonne deux de vos bataillons, aussi bien que vos chasseurs à cheval, faites-le.

Du moment que ces troupes seront hors de vos frontières, vous n’aurez plus à leur payer que leur solde, et je me chargerai de leur nourriture et de leur entretien.

J’ai besoin de réunir au centre de l’Italie 8 à 10,000 hommes.

Les Bavarois ont échoué dans le Tyrol, et il paraît que ces montagnards seront difficiles à soumettre. Si donc les hostilités viennent à recommencer, j’ai besoin de 8 à 10,000 hommes, Français, Napolitains et de toute autre nation, pour contenir l’Italie et le Tyrol. Je pense donc que vous aurez mis votre 1er régiment de chasseurs dans cette colonne.

Si le général de brigade Digonet ne vous est pas utile, vous pouvez l’envoyer pour prendre le commandement de cette colonne. Voilà l’hiver qui approche, et je suppose que les Anglais ne pourront plus rien tenter sur vos côtes.

Si la guerre venait à recommencer ici, je vous verrais avec plaisir venir reprendre le commandement de ma cavalerie, qui n’a jamais été plus belle, car j’ai 40,000 chevaux, indépendamment de ceux qui sont en Espagne.

Le général Arthur Wellesley a été battu en Espagne et forcé de se retirer sur Lisbonne en nous laissant tous ses blessés. Mais lord Chatham, avec quatre cents bâtiments de transport et 40,000 hommes, est venu débarquer à Walcheren, et je crains qu’à l’heure qu’il est Flessingue ne soit pris. Le maréchal prince de Ponte-Corvo est à Anvers, où il a pris poste avec toutes les troupes qui s’y trouvent. Le maréchal Moncey est à Gand. Le maréchal duc d’Istrie est à Lille ; 100,000 gardes nationales sont accourues de tous les côtés. Jugez quelle immense dépense tout cela me produit ! Quelle que soit l’issue de cette expédition, les Anglais y perdront immensément de monde par maladie et par suite des évènements de la guerre. La nécessité de secourir le Portugal va exiger des renforts nombreux; ainsi il n’y a plus à craindre qu’ils envoient des forces en Sicile.

 

Schönbrunn, 27 août 1809, cinq heures après midi.

Au comte de Champagny, ministre des relations extérieures, à Altenburg

Monsieur de Champagny, je reçois votre lettre du 26 à deux heures après midi.

Je vois que les négociations ne marchent point. Je vous envoie les journaux anglais jusqu’au 15 août. Je désire que vous ne les montriez à personne et que vous les gardiez pour vous seul. La relation de la bataille de Talavera y est fausse en plusieurs points. Lord Wellesley s’est, depuis, retiré en Portugal, abandonnant ses blessés.

Flessingue paraît décidément être pris; nous ne connaissons pas encore la capitulation; et le 19, à Breskens, il y avait encore un mystère là-dessus. Cependant il paraît certain que la ville est prise.

Le maréchal prince de Ponte-Corvo commande à Anvers; mon escadre est renfermée dans l’enceinte de la place. La flottille et un vaisseau seulement sont à Lillo. Le duc de Conegliano est à Gand; le duc d’Istrie est à Lille. Nous nous donnons beaucoup de mouvement; on prépare à Anvers des brûlots. Mes nouvelles d’Anvers sont du 21. L’ennemi avait voulu faire un mouvement et s’était avancé à une portée de canon de Lillo, mais il s’était retiré. Tout porte à penser qu’il ne s’exposera pas à  un échec.

Il faut me proposer des moyens, qui soient le moins coûteux, d’avoir en Perse un charge d’affaires.

 

Schönbrunn, 27 août 1809

Au maréchal Bernadotte, prince de Ponte-Corvo, commandant l’armée d’Anvers

Mon Cousin, j’ai reçu votre lettre du 18; j’ai reçu celle du 20.

Le général Reille vous arrivera le 30 et vous portera une lettre de moi. Flessingue rendu après un bombardement de vingt-quatre heures est une chose qui ne peut s’expliquer. Cette place devait tenir six mois par la protection de l’inondation. Cependant ces vingt jours perdus par l’ennemi ont mis à même de se mettre en état et de se préparer à Lillo et à Anvers. Je n’ai rien à ajouter à mes derniers ordres. Si Flessingue est pris, je ne puis l’attribuer qu’au manque de tête du commandant. Sous ce point de vue, je considère Anvers comme imprenable. L’escadre, la garnison, l’armée et vous, devez ne pas vous séparer d’Anvers et courir son sort. Je vois avec confiance que vous avez enfin 80,000 hommes de troupes, toutes troupes. Le général d’Hastrel est parti, il y a trois jours, pour être votre chef d’état-major. Le général d’artillerie Mossel est parti de Bayreuth avec le général de brigade Maison. Les généraux de division Lamarque et Conroux et quatre généraux de brigade sont également partis. Des officiers du génie connaissant la Hollande et Flessingue partent pour Anvers; un chef de bataillon, deux _capitaines et deux lieutenants d’artillerie s’y rendent également en poste. Je me confie en votre bravoure, habileté et expérience. Si les ennemis tentent quelque chose contre Anvers, ils seront repoussés.

 

Schönbrunn, 27 août 1809

A Frédéric-Auguste, roi de Saxe, à Dresde

J’ai reçu la lettre de Votre Majesté. Je la félicite sur sa rentrée dans sa capitale. J’espère que, quels que soient les événements, les ennemis n’y rentreront plus. Je vois avec plaisir qu’elle a porté le nombre de ses gardes nationales à 2,400, force suffisante pour garder l’enceinte de la ville, et qu’elle a fait armer ses remparts de soixante pièces de canon. Les mesures qu’elle a prises pour avoir un corps de 6,000 hommes d’infanterie et de 2,000 chevaux, avec pièces d’artillerie attelées, me paraissent extrêmement convenables. Cela formera à Dresde une bonne division. J’ai donné ordre au duc d’Abrantès de se porter à Dresde et de visiter lui-même toute la frontière.

Les conférences se suivent à Altenburg, mais il paraît que la descente des Anglais en Zélande, ou rehausse les espérances des plénipotentiaires autrichiens, ou met plus de lenteur dans leur marche.

D’ailleurs, il y a dans le cabinet beaucoup de divisions. Le prince Charles, qui, après s’être momentanément laissé entraîner dans ce système de guerre, en est le premier revenu, parait avoir été desservi auprès de son frère et avoir encouru sa disgrâce.

 

Schönbrunn, 28 août 1809

Au comte de Champagny, ministre des relations extérieures, à Paris

Monsieur de Champagny, écrivez au sieur Bourgoing que je suis étonné que le général Carra Saint-Cyr prenne un traitement; qu’il ne doit en prendre aucun. Faites connaître également au sieur Bourgoing que je donne des ordres à l’intendant général pour que les bons du roi de Saxe ne soient pas présentés jusqu’à de nouvelles circonstances.

 

Schönbrunn, 28 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Mon Cousin, écrivez au général Carra Saint-Cyr qu’il ne doit prendre aucun traitement du roi de Saxe; que cela est de règle dans une province ennemie, mais qu’on ne doit rien exiger d’un allié; que c’est à l’armée à pourvoir à son traitement; qu’il faut donc qu’il refuse toute espèce d’indemnité du roi de Saxe.

 

Schönbrunn, 28 août 1809

ORDRE.

Un officier d’ordonnance partira demain à la pointe du jour et ira à Anger, où il couchera, prendra des renseignements sur la situation de la tête de pont, sur le nombre d’ouvriers qui y travaillent, sur ce qu’il y a de fait et sur l’époque où elle sera terminée.

De là il ira aussi loin qu’il pourra, jusqu’à nos avant-postes, et par Malaczka jusqu’à Gœdin, et s’en reviendra par Nikolsburg.

D’Anger à Gœding, il ira à petites journées, s’informera de ceux de nos postes qui sont sur la limite des cantonnements, des régiments qu’il y a vis-à-vis, et prendra tous les renseignements qui peuvent faire connaître les dispositions et mouvements de l’ennemi. II s’assurera à Gœding que les ouvrages ont été entièrement détruits; il s’informera s’il doit encore passer des troupes par là. A Nikolsburg, il prendra la situation de la division de cavalerie légère de Quesnel et visitera l’emplacement de·la division Morand.

Il prendra des notes deux ou trois fois par jour, pour ne rien oublier; il marquera les villages où il passera, le nombre de maisons, la population et les endroits où les troupes se trouvent. En revenant par la route de Brünn, il prendra les mêmes l’enseignements sur la manière d’être des troupes, maladies, etc.

 

Schönbrunn, 29 août 1809

Au comte de Champagny, ministre des relations extérieures, à Paris

Monsieur de Champagny, j’ai reçu vos lettres du 27; je reçois celles du 28. Je ne vous ai pas écrit hier. Il me semble que vous pouvez faire la réponse ci-jointe aux plénipotentiaires autrichiens. Vous leur ferez remarquer que cela ne fait pas deux millions d’habitants.

Je pense que vous aurez envoyé un courrier en Russie porter les protocoles des cinquième et sixième séances.

Les nouvelles d’Espagne sont bonnes. Venégas a eu la bêtise de perdre deux jours; il a été attaqué et battu. Il a perdu ses bagages, quarante pièces de canon et 4,000 prisonniers. Il est poursuivi en Andalousie. Les Anglais rentrent en Portugal, après avoir perdu 10,000 hommes et trente pièces de canon. Girone est en notre pouvoir.

Du côté de l’Escaut, il n’y a rien de nouveau; trois armées se forment, l’une de 40,000 hommes à Anvers, sous les ordres du prince de Ponte-Corvo; l’autre à Gand et dans l’île de Cadzand, forte de 30,000 hommes, sous les ordres du duc de Conegliano, et la troisième de 40,000 hommes à Lille, sous les ordres du duc d’Istrie.

NOTE.

Les plénipotentiaires autrichiens ont fait connaître dans une note qu’ils désiraient savoir ce que le soussigné avait entendu par des réserves du côté de l’Italie, et que, lorsqu’ils auraient cette communication, ils remettraient un contre-projet. Le soussigné a l’honneur de répondre qu’il a entendu se réserver la Carinthie, la Carniole et les pays compris dans une ligne qui, de la Carniole, suivrait le cours de la Save jusqu’à la Bosnie.

 

Schönbrunn, 29 août 1809

Au général Clarke, comte d’Hunebourg, ministre de la guerre, à Paris

On a mal fait de demander à Paris des armes, surtout avec tant d’éclat. C’est faire croire au dénuement de nos arsenaux; nous n’en sommes pas réduits là. Il doit y avoir quelque part 40,000 fusils hanovriens, dont on aurait pu se servir dans cette circonstance. 

L’événement fait voir que nous n’avons pas les armes proportionnellement à l’étendue de territoire et à l’importance de nos arsenaux.

Puisque ma réserve de 120,000 fusils va en diminuant par les guerres que nous avons dû soutenir, je pense qu’il est nécessaire d’y suppléer en faisant fabriquer 300,000 fusils du n° 1 républicain. On fera de ces armes tant qu’on voudra dans une année, et on peut les avoir à bon marche. On les mettra à part pour une circonstance telle que celle-ci, et même il serait utile de les donner aux recrues. Ce serait une dépense de six à sept millions que je ferais volontiers.

Faites-moi un rapport là-dessus. Il paraît que l’on ne fait que 120,000 fusils par an du modèle de 1777; c’est à peu près ce que nous consommons. Il faudrait qu’indépendamment de ces 120,000 fusils on en fit 120 ou 140,000 du n° 1. Je n’en serai pas embarrassé, parce que, lorsqu’ils ne serviront pas, je les céderai à des puissances amies.

Que sont donc devenus les 60 ou 80,000 fusils que j’avais faits réunir à Saint-Omer pour l’expédition d’Angleterre ?

 

Schönbrunn, 29 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Expédiez sur-le-champ un de vos officiers au général Rusca, avec les instructions suivantes.

Sa Majesté a choisi le général Rusca pour négocier avec les Tyroliens et voir s’il n’y a pas moyen de fixer le sort de ces peuples sans avoir recours aux armes.

Au reçu de la présente, le général Rusca enverra un officier intelligent auprès des chefs des Tyroliens pour leur faire connaître que je désire arranger leurs affaires à l’amiable, afin de ne pas être obligé de porter la mort et l’incendie dans leurs montagnes; que, si le but de leur révolte est de rester attachés à l’Autriche, je n’ai plus qu’à leur déclarer une guerre éternelle, parce qu’il est dans mes intentions que jamais ils ne rentrent sons la domination de la Maison d’Autriche; que, s’ils ont un autre but, qu’ils désirent soit des privilèges, soit toute autre chose, je souhaite et désire leur tranquillité et contribuer à leur bonheur; que, s’ils ne veulent pas être Bavarois, je ne trouverai pas d’inconvénient à les réunir à mon royaume d’Italie, et à leur accorder des privilèges et une organisation qui satisfassent leurs vues et assurent leur tranquillité et leur bien-être; qu’il est convenable, pour ménager la dignité de la Bavière et celle de la France, de ne rien mettre par écrit de ces conditions, mais d’avoir une entrevue et de voir s’il y a moyen d’arriver à cet arrangement. Si cela forme la volonté des Tyroliens, qu’ils s’assemblent, qu’ils m’envoient une députation nombreuse, qu’ils fassent leur demande de réunion au royaume d’Italie ; qu’enfin ils fassent connaître ce qu’ils désirent, et je verrai si je puis le leur accorder, car je préfère les soumettre plutôt par la conviction que par la force des armes.

 

Schönbrunn, 29 août 1809

Au maréchal Marmont, duc de Raguse, commandant le 11e corps, à Krems

Allez voir Presbourg, la position de Theben, Marchegg, Anger, et remontez la March jusqu’à Gœding; de là allez à Nikolsburg et Brünn; visitez la citadelle de Brünn, et revenez par Znaym sur Krems. Cette tournée est convenable pour bien observer la nature, le terrain entre les monts Karpathes, aussi loin que vous le pourrez, jusqu’aux postes ennemis. Reconnaissez bien Presbourg et le terrain depuis Presbourg jusqu’à Marchegg et le long de la March.

 

Schönbrunn, 30 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Mon Cousin, écrivez au général Reynier qu’il est nécessaire qu’il prenne des mesures pour qu’à dater du ler septembre il y ait toujours 800 travailleurs saxons à la tête de pont d’Anger, afin que cette tête de pont puisse être terminée pour le 10 septembre. Recommandez-lui également de mettre des travailleurs en nombre suffisant pour finir promptement les travaux de Theben.

Faites-lui connaître que je pars cette nuit pour aller à Raab; que je partirai probablement de Raab dans la nuit du 31 au 1er; que de Kitsee je viendrai m’embarquer pour faire un tour dans Presbourg au galop, de là voir le château; mais que je désire rester dans le plus grand incognito, que la garnison ne s’en aperçoive même pas. Je le ferai prévenir de l’heure, et il pourra, comme pour se promener, venir à Kitsee; que, quant au corps de troupes qu’il commande, je désignerai un jour pour le voir dans la plaine de Marchegg.

 

Schönbrunn, 31 août 1809

Au comte de Champagny, ministre des relations extérieures, à Altenburg

Monsieur de Champagny, je reçois votre lettre. Je vous verrai volontiers à mon retour. Je devais depuis longtemps voir Raab et la ligne de la Raab, et je me suis décidé à faire cette tournée aux premières fraîcheurs.

 

Schönbrunn, 31 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Mon Cousin, envoyez l’ordre au général de division Montbrun de porter son quartier général à Göding. La brigade Jacquinot couvrira les postes sur Olmutz, du côte de Wischau, ainsi que sur Iglau et sur Zwittau. La brigade Pajol éclairera le chemin de Göding à Hradisch et celui de Göding sur Presbourg. Cette brigade sera cantonnée aux environs de Göding ; elle fera le service jusqu’à l’embouchure de la Taya. Donnez ordre au général de brigade Colbert de porter son quartier général à Malaczka et de couvrir depuis Sankt-Johann jusqu’à Stampfen; les villages de l’une et l’autre rive seront occupés par cette brigade, non compris Marchegg et Stampfen, qui continueront à être occupés par les Saxons.

 

Schönbrunn,  31 août 1809

A Alexandre, prince de Neuchâtel, major général de l’armée d’Allemagne, à Schönbrunn

Mon Cousin, la gendarmerie ne fait aucune espèce de service. Il arrive journellement des courriers de Komorn, de sorte que l’empereur d’Autriche gouverne l’Autriche comme s’il y était maître. Donnez l’ordre formel au commandant de la gendarmerie que tous les courriers venant sur la route de Raab et sur toute la ligne de nos postes soient dirigés sur l’état-major général, hormis les courriers que M. de Metternich, qui est à Altenburg, enverrait à Komorn et en recevrait, ceux-là seuls ayant une spéciale liberté. Les dépêches de tout autre courrier ne doivent être remises que par mon ordre. Tenez la main à l’exécution de cet ordre, que le commandant de la gendarmerie fera exécuter sur toutes les routes, et avant peu nous aurons cinq ou six courriers autrichiens porteurs de dépêches. J’avais donné l’ordre qu’aucune signature que la vôtre ne devait autoriser le passage d’un courrier ou individu quelconque sur la ligne occupée par l’armée; rendez-moi compte si vous avez donné cette autorisation pour quelques courriers.

 

Schönbrunn, 31 août 1809

Au général comte de la Riboisière, commandant l’artillerie de l’armée d’Allemagne, à Vienne

Monsieur le Général la Riboisière, je vous ai envoyé un ordre pour porter l’artillerie saxonne à trente-six pièces de canon. Voici la situation actuelle de cette artillerie, divisée en cinq batteries, savoir : une batterie d’artillerie à cheval de deux pièces de 6 et de deux obusiers, et quatre batteries d’artillerie à pied de trois pièces de 8 et d’un obusier du calibre saxon. Il y a de plus au parc cinq pièces de 8 et trois obusiers saxons; ce qui fait en tout vingt-huit pièces. Il paraît que les pièces de 8 et les obusiers saxons sont d’un calibre particulier, ce qui rend nécessaire de faire revenir à Vienne six pièces de 8 et deux obusiers. Ces pièces serviront pour la place. Il faudrait les remplacer par huit pièces de 6. Il resterait encore à donner aux Saxons huit pièces de canon pour arriver au nombre de trente-six.

Ces trente-six pièces seront divisées en six batteries, de six pièces chacune. En attendant que vous puissiez en fournir trente-six, il faut en organiser au moins trente, afin qu’il y ait une batterie à cheval et quatre à pied. Le général Reynier me rend·compte qu’il aura les canonniers et les chevaux d’artillerie nécessaires pour servir trente pièces avec leur approvisionnement à 300 coups. Donnez donc sans délai les ordres pour retirer les six pièces de 8 et les deux obusiers, pour les remplacer, et pour porter d’abord à trente le nombre des pièces; les six autres seront fournies après. Mais, par-dessus tout, il faut un officier général français pour commander toute cette artillerie. L’armée saxonne a aussi besoin de fusils; ses fusils ne sont pas d’une aussi bonne qualité que les nôtres. Je donne ordre que les deux compagnies de pontonniers qui sont à Linz rejoignent le corps saxon à Presbourg.


 

References   [ + ]

1.De nos jours Bratislava
2.Semmering
3.L’Aiguille du Pont-Neuf, adjugée à l’architecte Chalgrin – membre de l’Institut, qui commença la construction de l’Arc de Triomphe de Paris -, ne fut jamais érigée
4.Le général Sainte-Suzanne était tombé gravement malade
5.Le roi de Wurtemberg, blessé de l’ordre du général Beaumont relativement à l’évacuation de Bregenz, venait de rappeler les troupes wurtembergoises
6.illisible