25 décembre 1800 – Bataille de Pozzolo

Reprise de l’offensive.

Au moment de l’arrivée de Dupont, la situation était donc la suivante : trois demi-brigades de la division se trouvaient sur la rive droite, dont deux en arrière du pont (28e et 40e) qu’elles pouvaient facilement franchir, et la troisième (22e), à 2 kilomètres environ en amont. Sur la rive gauche, la 6e légère et les grenadiers des 28e et 40e, abrités derrière la levée de terre, couvraient le pont et avaient déblayé la plaine comprise dans la boucle de la rivière en avant d’eux. Du côté de l’ennemi, aucune force nouvelle ne semblait prête entrer en action. Pourquoi ne pas profiter des avantages déjà acquis : possession d’un pont avec tête de pont, et débouché assuré ? Le contre-ordre écrit, expédié par Oudinot et faisant suite à la mission de l’aide de camp de Suchet, semblait avoir été envoyé sans que l’état- major général eût eu connaissance de la possession de ces avantages 1)de Dupont à Brune, Volta, 6 nivôse (Cité par Titeux).. Pourquoi ne pas en profiter pour exécuter le passage réel de toute l’armée à Pozzolo?

D’ailleurs, la retraite des troupes passées sur la rive gauche ne pourrait se faire sans grosses pertes, elle entrainerait infailliblement la destruction du pont de bateaux par l’ennemi qui pourrait ou l’incendier, ou le détruire à coups de canon, avant qu’il ne fût remonté sur les haquets et mis à l’abri.

Renoncer à profiter du chemin ouvert et recommencer la tentative le lendemain, c’était s’exposer y trouver l’ennemi averti et en force, ou sacrifier un point de passage dont les avantages tactiques étaient hors de pair, pour recommencer ou plus bas, c’est-à-dire en s’exposant à être pris entre l’armée autrichienne et la place de Mantoue, et en s’éloignant de l’objectif stratégique, la ligne de l’Adige ; ou plus haut, c’est-à-dire en se heurtant aux défenses de Salionze et de Pra Vecchio.

Louis Gabriel Suchet, duc d'Albufuera. Adèle Gault. Musée de l'Armée
Louis Gabriel Suchet,. Adèle Gault. Musée de l’Armée

Ces considérations décidèrent Dupont, Watrin et Suchet à ne pas sacrifier les avantages déjà obtenus et à rendre compte à Brune des événements favorables qui lui permettaient de modifier son plan primitif. L’adjudant-commandant Ricard, de l’état-major de Suchet, fut donc expédié vers le général en chef avec mission de lui dépeindre la situation de l’aile droite et de rapporter de nouveaux ordres.

Dupont prescrivit en même temps aux troupes qu’il avait sous la main de traverser la rivière pour renforcer la 6e légère. La 28e passa la première ; Watrin avait ordonné à son chef Valhubert de se placer derrière la 6e légère, mais, comme la nature du terrain permettait d’étendre la ligne, la 6e légère appuya à gauche et la 28e vint se placer à sa droite.

La 40e de ligne, accompagnée de deux pièces d’artillerie légère, déboucha ensuite du pont, tourna à droite et marcha l’attaque de Pozzolo, sous la conduite du général Petitot en longeant la rive. Aidée par le tir de l’artillerie de la rive droite, elle chasse les troupes légères de la brigade Bussy hors du village et s’y établit.

La division Watrin occupe alors toute l’étendue de la levée de terre et s’appuie à droite sur Pozzolo. Elle a avec elle deux escadrons du 4e chasseurs et deux escadrons du 11e hussards qui viennent de traverser. Watrin se borne à garder la défensive, et couvrir le pont.

Vers midi, la division Monnier arrivait enfin de Santa-Maria dont elle était partie à heures du matin 2)Rapport de Watrin à Brune, Volta, 5 nivôse ; Rapport de Dupont.. Elle était réduite aux 58e de ligne et 24e légère avec deux escadrons du 11e hussards. Elle passa la rivière et vint s’établir à la droite de la division Watrin qui lui cédait Pozzolo et se resserrait sur sa gauche 3)Rapport de Watrin..

References   [ + ]

1. de Dupont à Brune, Volta, 6 nivôse (Cité par Titeux).
2. Rapport de Watrin à Brune, Volta, 5 nivôse ; Rapport de Dupont.
3. Rapport de Watrin.