Tascher – Janvier 1808

Le 1er janvier 1808. – Reparti le 2 d’Orléans.

Arrivé le 3 au soir à Paris.

Le 9, Frédéric 1)Louis Frédéric de Tascher (1795 – 1808), l’avant-dernier frère de l’auteur, tombé tout à fait malade, donne quelques inquiétudes.

Le 10, reçu du ministre mon ordre de rejoindre en Portugal 3)Le 16 décembre de l’année précédente, Tascher écrit dans son Journal : « Je vais en Portugal. Le ministre de la Guerre m’a accordé ma demande, et j’ai écrit aujourd’hui à mon pauvre Georges pour qu’il vienne me rejoindre avec mes chevaux ». Mais c’est en Espagne qu’il va se retrouver. à l’expiration de mon congé qui finit le 26.

Le 15. – Mon temps se trouve partagé entre la physique, les armes, la musique et l’allemand. Je vois fort peu de société; chaque jour, je trouve moins de charme aux grands cercles et aux bals. Un très petit cercle, chez une femme aimable, une bonne pièce aux Français, une conversation avec un ami, ou enfin quelques heures d’études au coin du feu sont pour moi des passe-temps délicieux.

Le 18. – Spectacle français: Rodogune2)Pièce de Corneille, créée en 1645., jouée par Raucourt 4)Françoise-Marie-Antoinette Saucerotte, dite Mademoiselle Raucourt (1756 – 1815), fille d’un comédien de province, qui débuta à Rouen avec succès dans la tragédie. Elle est appelée à Paris en 1772 à la Comédie-Française,  devenant sociétaire l’année suivante. Elle a rapidement un renom éclatant, qu’elle doit, dit-on, à sa beauté autant qu’à son talent. Elle excellait dans les fortes passions, dans les rôles de Cléopâtre, Cornélie, Agrippine, Athalie, Médée ou Sémiramis. ). Depuis quatre ans que je vois le théâtre, c’est la pièce qui m’a fait la plus vive impression.

Le 19 et le 20. – Visité quelques-uns des embellissements multiples qu’a reçus la capitale depuis quelques années. Le Louvre achevé, de nouveaux quais créés, les ponts d’Austerlitz et d’ Iéna, qui transmettront à nos neveux le souvenir de nos victoires. Colonne sur la place Vendôme: ex aere capto 5)Tascher fait ici allusion à l’inscription au bas de la colonne : Napolio. Imp. Aug, Monumentum. belli. Germanici anno. m. d.cccv. (1805.) trimestri. spatio.ducto. suo. profligati. ex aere. capto. gloriae. exercitus. maximi dicavit. (Napoléon empereur auguste, a consacré à la gloire de la grande-armée, cette colonne, monument formé de l’airain conquis sur l’ennemi pendant la guerre d’Allemagne en 1805, guerre qui, sous son commandement, fut terminée dans l’espace de trois mois.)  Rue ouverte de ce monument au jardin des Tuileries. Projet gigantesque d’un temple de la victoire élevé à la gloire des armées françaises 6)Il s’agit de la Madeleine . Les noms des blessés aux batailles d’Iéna, d’Eylau et de Friedland doivent être inscrits sur des tables de marbre en lettres d’argent, et ceux des morts en lettres d’or.

Le 21. – Vu et entendu le Panharmonicon 7)Instrument de musique mécanique inventé par Johann Nepomuk Maelzel en 1804 dont il ne subsiste aujourd’hui aucun exemplaire. De très grande taille, il consistait en une sorte de clavier qui reproduisait les sons d’instruments mécaniques spécialement conçus pour lui, par la mise en jeu d’un soufflet et de rouleaux musicaux mécaniques. Les quarante-deux instruments qui composaient le Panharmonicon étaient ceux d’un orchestre militaire : flûte, clarinette, trompette, violon, violoncelle, percussions, triangle. Maelzel commanda à Beethoven en 1813 une œuvre orchestrale pour inaugurer cet instrument singulier : ce fut la Victoire de Wellington., instrument d’une justesse et d’une harmonie parfaites, formant à lui seul un concert, n’imitant point le son des divers instruments, mais les mettant eux-mêmes en jeu. Les instruments à vent et les trompettes sont d’une beauté admirable; le tout joué par un simple clavier de piano, ou mis seul en mouvement à volonté est un chef-d’œuvre d’harmonie et de mécanique. L’inventeur de cet instrument se nomme Maelze 8)Johann Mälzel (1772 – 1838). En 1816, il fabriquera le métronome qui porte son nom, ancêtre de la plupart des métronomes modernes. En 1813, Beethoven écrira sa Bataille de Vittoria pour son Panharmonica. Pour le compositeur, Mälzel construisit également de nombreux cornets acoustiques..

Le 23. – J’ai été pour la première fois au grand bal masqué de l’Opéra. Histoire du Domino Noir 9)Sans doute le début d’une liaison amoureuse, qui n’aura pas de suite..

Le 24. – Suite de l’aventure. Lettre, sot début, tête-à-tête embarrassant.

Le 28. – Aujourd’hui mon congé expire, et je viens de prendre ma feuille de route, mais, comme on ne se bat pas, je vais encore passer ici une vingtaine de journées d’étapes et puis la poste.


 

References   [ + ]

1. Louis Frédéric de Tascher (1795 – 1808), l’avant-dernier frère de l’auteur
2. Pièce de Corneille, créée en 1645.
3. Le 16 décembre de l’année précédente, Tascher écrit dans son Journal : « Je vais en Portugal. Le ministre de la Guerre m’a accordé ma demande, et j’ai écrit aujourd’hui à mon pauvre Georges pour qu’il vienne me rejoindre avec mes chevaux ». Mais c’est en Espagne qu’il va se retrouver.
4. Françoise-Marie-Antoinette Saucerotte, dite Mademoiselle Raucourt (1756 – 1815), fille d’un comédien de province, qui débuta à Rouen avec succès dans la tragédie. Elle est appelée à Paris en 1772 à la Comédie-Française,  devenant sociétaire l’année suivante. Elle a rapidement un renom éclatant, qu’elle doit, dit-on, à sa beauté autant qu’à son talent. Elle excellait dans les fortes passions, dans les rôles de Cléopâtre, Cornélie, Agrippine, Athalie, Médée ou Sémiramis.
5. Tascher fait ici allusion à l’inscription au bas de la colonne : Napolio. Imp. Aug, Monumentum. belli. Germanici anno. m. d.cccv. (1805.) trimestri. spatio.ducto. suo. profligati. ex aere. capto. gloriae. exercitus. maximi dicavit. (Napoléon empereur auguste, a consacré à la gloire de la grande-armée, cette colonne, monument formé de l’airain conquis sur l’ennemi pendant la guerre d’Allemagne en 1805, guerre qui, sous son commandement, fut terminée dans l’espace de trois mois.)
6. Il s’agit de la Madeleine
7. Instrument de musique mécanique inventé par Johann Nepomuk Maelzel en 1804 dont il ne subsiste aujourd’hui aucun exemplaire. De très grande taille, il consistait en une sorte de clavier qui reproduisait les sons d’instruments mécaniques spécialement conçus pour lui, par la mise en jeu d’un soufflet et de rouleaux musicaux mécaniques. Les quarante-deux instruments qui composaient le Panharmonicon étaient ceux d’un orchestre militaire : flûte, clarinette, trompette, violon, violoncelle, percussions, triangle. Maelzel commanda à Beethoven en 1813 une œuvre orchestrale pour inaugurer cet instrument singulier : ce fut la Victoire de Wellington.
8. Johann Mälzel (1772 – 1838). En 1816, il fabriquera le métronome qui porte son nom, ancêtre de la plupart des métronomes modernes. En 1813, Beethoven écrira sa Bataille de Vittoria pour son Panharmonica. Pour le compositeur, Mälzel construisit également de nombreux cornets acoustiques.
9. Sans doute le début d’une liaison amoureuse, qui n’aura pas de suite.